Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 23 juin 2013

L'aqueduc romain de Rodez

   Les 7, 8 et 9 juin derniers ont été organisées les journées de l'archéologie. Dans chaque département, diverses animations ont été proposées, mettant en valeur le patrimoine local. A Rodez, il était prévu qu'une unité de légion romaine (composée de bénévoles, s'appuyant sur la recherche historique) fasse plusieurs démonstrations. Le temps exécrable l'a malheureusement empêché. Du coup, les soldats sont restés à l'intérieur du musée Fenaille, où étaient proposés des ateliers expliquant tel ou tel aspect de la civilisation romaine. Les gamins que des parents avisés avaient emmenés sur place ont vite oublié la pluie...

   Les plus âgés pouvaient aussi se rabattre sur une double conférence, consacrée aux aqueducs construits par les Romains pour apporter l'eau aux cités de Rodez et de Cahors.

   Yves Blanc a présenté un exposé rigoureux consacré à l'aménagement aveyronnais, qui date du Ier siècle après JC. Long d'environ 24 kilomètres, il aurait relié le lieu-dit Vors (commune actuelle de Baraqueville) au centre de Rodez, situé à une douzaine de kilomètres à vol d'oiseau.

Vors-Rodez.jpg

   La différence de distance s'explique parce que le tracé de l'aqueduc (en partie souterrain) a suivi les courbes de niveau. C'est la gravité qui faisait s'écouler l'eau, sur une pente en général assez faible (un peu plus d'un mètre par kilomètre, si je ne m'abuse). Signalons que, d'après Google Earth, le hameau de départ culmine à 2 476 pieds, soit environ 755 mètres.

   On estime que le débit était approximativement de 22 000 mètres cubes par an, ce qui était plus que suffisant pour alimenter une population estimée entre 6 000 et 8 000 habitants. Cet aménagement imposant n'en a pas moins fini par être abandonné, oublié.

   Sa redécouverte survient au XIXe siècle. On la doit notamment à des érudits locaux, réunis depuis 1836 dans la Société des arts et lettres de l'Aveyron (aujourd'hui Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron). Yves Blanc a cité deux d'entre eux, Félix-Hippolyte de Monseignat et Etienne-Joseph Boissonnade, particulièrement actifs en 1840-1841. Pour en savoir plus sur eux, je me suis plongé dans le Dictionnaire de l'Aveyron, de Jean-Michel Cosson :

Dictionnaire de l'Aveyron.jpg

   J'ai un doute concernant l'identité du premier, puisque deux hommes ont porté les mêmes nom et prénoms, le père et le fils. Le père fut président du Conseil général de l'Aveyron. L'article donne deux années différentes pour son décès : 1840 et 1849. Je pense que c'est la première qui est juste. Né en 1764, beau-frère du général Béteille, il était trop âgé à l'époque. C'est donc sans doute son fils, qu'on trouve parfois prénommé Hippolyte-Marie-Félix, qui a joué un rôle dans la redécouverte de l'aqueduc romain. Il a été député de l'Aveyron sous la Monarchie de Juillet.

   Etienne-Joseph Boisonnade était l'architecte départemental, nommé sous la Restauration. Certaines de ses initiatives, destinées à moderniser l'espace bâti aveyronnais, ont suscité des polémiques. Il a été révoqué sous le Second Empire.

   C'est pourtant à cette époque que la redécouverte de l'ancien aqueduc va permette la construction d'un réseau rénové (à partir de 1853), sous l'impulsion de l'ingénieur Romain. Dans la première portion du tracé, il réemploie les tunnels antiques (avec une nouvelle maçonnerie), dont il n'utilise qu'une partie de la hauteur. C'est à partir du lieu-dit La Boissonnade (commune de Luc - La Primaube) que le tracé diverge par rapport à l'ancien. Achevé en 1857, il a donné lieu à une imposante cérémonie, place de la Cité, où, d'après Jean-Michel Cosson, un bassin avait été aménagé. Moins de trois ans plus tard, il avait disparu, remplacé par la statue de Monseigneur Affre, qui trône toujours sur la place. Une arrivée d'eau subsiste, dans un coin : une cabine de toilettes publiques (gratuites). (Ceux que l'histoire des rues de Rodez intéresse peuvent se précipiter à la Maison du Livre, où l'ouvrage de J-M Cosson auquel mène le lien précédent est disponible pour moins de 10 euros !)

   Il reste néanmoins une trace de cet aménagement : la fontaine Gally, dite aussi "Naïade de Vors". C'est une œuvre du sculpteur Denys Puech. A l'origine, en 1882, elle se trouvait boulevard Gambetta, comme on peut le voir sur de rares photographies subsistant de l'époque. L'une d'entre elles est reproduite dans l'ouvrage de J-M Cosson. Une autre se trouve dans un autre petit bouquin fort intéressant, Mémoire en images, Rodez :

Naïade Foch.jpg

 

Mémoire Rodez 2.jpg

   Cet aqueduc moderne a connu le même destin que l'antique. Il a été abandonné (sans doute vers 1890) et, en partie, oublié. La municipalité de l'époque a choisi d'alimenter la population ruthénoise à partir des eaux du Lévézou. En 1904 a donc été inaugurée une fontaine, place du Bourg :

Naïade de Vergne 2.jpg

   Cette "Naïade de Vernhes" a évincé la statue de Lebon, qui a retrouvé sa place après la Seconde guerre mondiale, les nazis s'étant emparés de la naïade pour en récupérer le bronze. L'eau arrive toujours en cet endroit, où une borne publique a été aménagée.

   Quant à l'aqueduc du Second Empire, on ne connaît plus l'intégralité de son tracé, de même que l'on n'a pas encore retrouvé les vestiges de la dernière portion de l'aqueduc antique, en partie aérienne. Pour parvenir à Rodez, il lui fallait franchir une vallée, vraisemblablement par un système de siphon inversé :

Siphon 2.jpg

   Il reste toutefois quelques traces des constructions romaines, parfois à peine visibles. Comme il fallait pouvoir entretenir la structure souterraine, des regards avaient été aménagés il y a 2 000 ans, à peu près tous les 100 mètres. On peut en voir un à Vors.

   En se rapprochant de Rodez, ce sont les fondations d'anciens piliers qui ont été mises à jour à l'occasion de travaux. On sait aussi que l'aménagement du contournement de La Primaube avait permis de faire des découvertes. Sinon, il faut prendre un peu de hauteur... et utiliser plutôt Géoportail que Google Earth. A Malan (commune d'Olemps), tout près de La Boissonnade dont j'ai parlé plus haut, on peut encore distinguer les traces des anciens piliers :

culture,histoire

   Un peu épuisé par autant d'érudition, je dois avouer que j'ai été moins attentif pendant la conférence de Didier Rigal, sur l'aqueduc de Cahors. J'ai quand même remarqué des similitudes avec celui de Rodez, notamment le doublement de la distance entre le parcours à vol d'oiseau et celui suivi par l'aqueduc : 16 et 31,5 kilomètres. Là encore, les ingénieurs romains ont choisi de suivre les courbes de niveau, se permettant parfois, plus tard, de "couper" pour raccourcir le trajet.

   Mais, contrairement à ce que l'on observe dans l'Aveyron, la structure lotoise est quasi-exclusivement aérienne, et de pente moyenne plus faible. D'autre part, le débit offert par l'aqueduc lotois était moindre que celui de son équivalent aveyronnais : 11 000 mètres cubes par an, pour une population estimée à 5-6 000 habitants. L'archéologue a émis l'hypothèse que c'est l'acheminement de l'eau qui a déterminé la fondation de la ville romaine, alors qu'à Rodez, l'oppidum gaulois est bien plus ancien. Il est même possible que la première implantation urbaine ait été localisée aux Balquières, dans la plaine (à Onet), avant qu'il ne soit décidé d'aménager le Piton.

   Comme son équivalent rouergat, l'aqueduc de Cahors a été achevé au Ier siècle après JC, mais il a peut-être été commencé (et achevé) plus tôt, sous le règne d'Auguste. La construction pourrait s'être étendue de -15 à +15. Selon Didier Rigal, il serait logique que la main-d’œuvre ait été locale et de statut libre (ou semi-libre). Mais cet aspect de la question est encore mal connu.

   Faute d'entretien régulier (et de main-d’œuvre ?), les aqueducs romains ont fini par s'effondrer, au moins partiellement, peut-être aux IVe et Ve siècles. Les matériaux ont été réutilisés dans d'autres constructions, publiques ou privées. Il a fallu attendre près de deux millénaires pour que l'on redécouvre ces ouvrages et le talent qu'il avait fallu déployer pour les réaliser.

Commentaires

J'ai ouïe dire qu'un ouvrage sur l'aqueduc romain de Rodez était en cours d'écriture, avez-vous plus d'information ?

Écrit par : MENAT | vendredi, 23 mai 2014

Répondre à ce commentaire

Résumé intéressant. Il y a en effet un ouvrage en cours de réalisation prévu normalement pour 2016.

Écrit par : BLANC | mercredi, 25 février 2015

Répondre à ce commentaire

M. Blanc bonjour
Je serai heureux d'échanger avec vous sur ce sujet.
Mon adresse mail sas12@hotmail.fr
Bien à vous,

Écrit par : MENAT | samedi, 07 mars 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire