Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 16 octobre 2021

Les Mystères de Londres

   Cette série policière britannico-canadienne date de 2016 et elle vient d'arriver sur la TNT, plus précisément sur TF1. Son action se déroule au début du XXe siècle et l'ambiance oscille entre celle de Sherlock Holmes et celle des Enquêtes de Murdoch. Elle nous fait suivre les aventures de trois personnages, deux d'entre eux ayant donné leur nom à la série, dans la version originale (Houdini and Doyle).

cinéma,cinema,film,films,télévision

   Voici donc Harry Houdini (Michael Weston), le pétulant illusionniste, au faîte de sa gloire. Quoi qu'habitant encore avec sa mère, il mène une vie de patachon et regarde son époque avec un œil ironique. C'est un fervent rationaliste.

cinéma,cinema,film,films,télévision

   Il doit (amicalement) croiser le fer avec Arthur Conan Doyle (Stephen Mangan), écrivain reconnu qui, au début de la série, vient de "tuer" Sherlock Holmes. Mais ce sont d'autres aspects de sa vie qui passent ici au premier plan : son activité de médecin, ses soucis familiaux... et son penchant pour le paranormal, l'ésotérique.

cinéma,cinema,film,films,télévision

   Navré pour ces deux mâles dominants, mais le véritable personnage principal est Adelaide Stratton, première femme officier de police à Scotland Yard... mais reléguée jusqu'à présent à des tâches subalternes. Elle est incarnée par la délicieuse Rebecca Liddiard, dont j'avais déjà remarqué (entre autres) les jolis sourcils dans Frankie Drake Mysteries.

   Le premier épisode, intitulé L'Assassin fantôme, met en scène la formation du trio. Il se réunit au cours d'une enquête sur la mort mystérieuse d'une nonne.

   Le deuxième épisode, intitulé Vengeance d'une vie passée, plonge les spectateurs dans l'énigme d'une possible réincarnation, celle d'un homme disparu dans le corps d'un enfant meurtrier. Excellent !

   Le dernier épisode diffusé la semaine dernière s'intitule Croire ou ne pas croire. L'intrigue tourne autour d'un étrange guérisseur et de morts inexpliquées. Dans le même temps, la femme de Conan Doyle voit son état de santé changer de manière spectaculaire, tandis qu'Houdini tombe subitement malade.

   J'aime beaucoup l'ambiance de la série, très bien servie par les décors, les costumes et l'éclairage. Elle aborde de surcroît des thèmes intéressants, de la religion au féminisme en passant par les croyances populaires.

samedi, 18 septembre 2021

One Lane Bridge

   La chaîne franco-allemande vient d'achever la diffusion de la première saison de la mini-série One Lane Bridge ("Le Pont à voie unique"), dont les six épisodes sont disponibles en ligne jusqu'à la mi-novembre.

cinéma,cinema,film,films,télévision,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Nous sommes en Nouvelle-Zélande, en zone rurale. Ariki Davis, jeune inspecteur de police, débarque à Queenstown. Il est Maori (ses ancêtres viennent des îles Cook), mais, jusqu'à présent, a toujours vécu à Auckland. Il a accepté cette mutation pour pouvoir travailler sous les ordres d'une "pointure", Stephen Tremaire, qui dirige le commissariat local. Faute de logement disponible dans la commune, il va d'ailleurs être hébergé chez son supérieur hiérarchique, dont l'épouse ne se déplace plus qu'en fauteuil roulant.

   Peu de temps après son arrivée, un cadavre est découvert sous le fameux pont, qui en a déjà vu beaucoup d'autres. Mais, cette fois-ci, c'est plus personnel, puisque le mort était un ami de Tremaire... et qu'il était aussi lié à son épouse.

   L'enquête va conduire le jeune Davis à découvrir les secrets des habitants de cette petite ville provinciale, au risque de se fâcher avec son supérieur... et même de ruiner sa carrière.

   Au centre des regards se trouve une famille de paysans, dont l'exploitation est sur le point de fêter ses cent ans. Le grand-père (veuf) est atteint de démence sénile, tandis que ses enfants se déchirent pour savoir quoi faire de la ferme (qui n'est plus rentable). À l'arrière-plan évoluent des investisseurs chinois et un couple de nouveaux riches néo-zélandais, pas toujours bien perçus par les locaux.

   Une once de fantastique est introduite par des visions, celles d'Ariki qui, quand il s'approche du pont, "perçoit" des choses, du passé comme de l'avenir. Au fil des épisodes, on comprend que ce pont, en plus d'avoir mauvaise réputation, est peut-être une fenêtre sensorielle sur l'espace-temps.

   J'ai tenté cela un soir, pour voir (en version originale sous-titrée, c'est mieux)... et je n'ai pas décroché avant d'avoir avalé les six épisodes (comme pour Bron), ce qui a quelque peu écourté ma nuit. Je n'ai pas tout aimé dans la série (en particulier le personnage d'une mère alcoolique -très bien interprété- irritante au possible), mais le suspens est intense, prenant. C'est de plus bien joué, avec de très beaux plans de la campagne néo-zélandaise. Cela m'a un peu rappelé Mystery Road et Top of the Lake (une série de Jane Campion, avec Elisabeth Moss). C'est dire.

mercredi, 15 septembre 2021

Code 7500

   C'est le titre d'un téléfilm germano-américain, qu'Arte vient de diffuser et qui est encore accessible pendant quelques jours en mode rattrapage. (Il sera rediffusé le 23 septembre prochain.)

   Pendant 1h22, on suit, en temps réel, le vol d'un avion effectuant le trajet Berlin-Paris, de l'embarquement à... la fin, que je ne dévoilerai pas ici.

   Peu de temps après le décollage, le cockpit est attaqué par quatre terroristes islamistes. Un seul membre d'équipage survit. C'est Tobias Ellis, le copilote (d'origine américaine), interprété par Joseph Gordon-Lewitt. Les autres personnages semblent être tous allemands, à l'exception de quelques passagers que, dans la version originale, on entend parler français.

   À partir de là commence un huis-clos tendu à l'extrême, Tobias étant parvenu à conserver les commandes de l'avion, que les terroristes tentent par tous les moyens de lui reprendre. Le héros se retrouve face à un dilemme : doit-il suivre la procédure d'urgence à la lettre (et ne plus tenir compte de ce qui se passe en dehors du poste de pilotage, quoi que les terroristes fassent subir aux passagers)... ou bien doit-il tenter quelque chose ? Le fait que que sa compagne soit présente dans l'avion rend ce choix particulièrement cornélien.

   La scénario est excellent et s'inspire visiblement de ce qui est arrivé au Vol 93, le 11 septembre 2001, auquel Paul Greengrass a jadis consacré un bon film.

   Au cours de cette brève histoire, certains personnages évoluent. Au départ, le jeune copilote (âgé de 31 ans) paraît un peu tendre, pas taillé pour affronter ce genre de situation. Il va devoir rapidement s'endurcir. En face, l'un des quatre pirates de l'air (le plus jeune) révèle une personnalité moins monolithique que celle de ses comparses.

   Je n'attendais pas grand chose de ce téléfilm. Finalement, ce n'est pas mal du tout.

dimanche, 29 août 2021

Amaryllis Fox

   Cet ancienne agent de la CIA est le sujet du dernier numéro de l'émission radiophonique "Espions, une histoire vraie", diffusée cet été le samedi sur France Inter. L'auteure et présentatrice, Stéphanie Duncan, est une "ancienne" de la radio publique et des émissions historiques. Elle a participé à "2000 ans d'histoire" (sous la direction de Patrice Gélinet), avant de créer ses propres programmes, "Les femmes, tout une histoire", puis "Autant en emporte l'histoire".

histoire,actu,actualite,actualites,actualité,actualités,états-unis;politique internationale,amérique,médias,etats-unis,usa

   Pour raconter la vie de l'ex-espionne états-unienne, elle s'est beaucoup inspirée de son autobiographie Undercover, avoir vingt ans à la CIA (publiée sans l'imprimatur de l'Agence).

   L'émission de France Inter résume bien le bouquin, en y ajoutant un habillage sonore et des extraits d'archives radiophoniques ou télévisuelles.

   Je recommande néanmoins aussi de lire le livre, d'environ trois cents pages. Cela se dévore comme un roman d'espionnage, même si de nombreux passages sont consacrés à la vie personnelle d'Amaryllis Fox (peu abordée dans l'émission radiophonique). Dans le livre, on découvre qui étaient ses parents (la mère étant d'origine britannique)... et l'une de ses grands-mères, assez atypique. On suit aussi davantage la formation de celle qui ne fut, au départ, qu'une sorte d'employée de bureau, avant que ses talents (qu'elle ne cherche pas du tout à dissimuler) n'incitent ses supérieurs à l'envoyer sur le terrain.

   Les missions de l'espionne l'envoient en Tunisie, en Irak, au Pakistan, en Chine, en Indonésie... et même en France (pays dont elle parle la langue). Une rencontre secrète s'est déroulée à Lyon. Notre pays et sa culture sont d'ailleurs présents à plusieurs reprises dans le parcours de l'agent. Lors de sa formation, à Langley, elle semble avoir été en contact avec un collègue d'origine française (spécialiste du déguisement). Plus tard, en Chine (à Shanghai), elle et son compagnon se font servir des crêpes par un Français ! Enfin, je laisse à chacun le plaisir de découvrir quel usage l'apprentie espionne, alors simple étudiante, fait de stylos Bic en Birmanie...

   Le lectorat français sera peut-être surpris de la franchise avec laquelle l'auteure relate sa vie privée, analysée de manière quasi clinique... une vie qui n'était en réalité plus vraiment privée, à partir du moment où elle est entrée dans l'Agence. Avec l'un de ses partenaires, elle s'est quasiment comportée comme ces couples d'espions russes infiltrés aux États-Unis.

   C'est bien écrit, passionnant à lire, sauf peut-être à la fin, quand elle évoque sa reconversion et son amour de l'humanité. L'ancienne agent aux nerfs d'acier est devenue une militante pour la paix, bien sous tout rapport, puisqu'elle a épousé l'un des rejetons de la famille Kennedy. Bientôt une carrière politique ?

samedi, 28 août 2021

Meurtres en Berry

   Ce samedi soir, France 3 diffuse un épisode inédit de sa collection Meurtres à... qui se déroule dans le Berry. Comme il est déjà accessible en ligne, j'ai pu le visionner. Même s'ils ne sont pas toujours bien joués (il y a peu de prises pour chaque scène), j'aime ces polars du terroir, qui font découvrir une région française et s'appuient souvent sur une légende locale. C'est encore le cas ici, même si la référence culturelle majeure est un roman de George Sand (La Mare au diable).

télévision,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   J'ai tenté le coup en raison de la présence au générique d'Aurélien Wiik, un acteur que j'apprécie et que j'ai déjà vu dans d'autres "policiers du samedi soir".

   Comme d'habitude, le scénario croise l'intrigue criminelle avec les difficultés de la vie personnelle des enquêteurs, en saupoudrant le tout d'un début de romance. Le cahier des charges est respecté. Je signale toutefois que, pour goûter toute la saveur de l'intrigue, il faut accepter l'introduction d'un peu de "fantastique", puisqu'il est question de magnétiseurs-guérisseurs...

   A. Wiik incarne un capitaine de police basé à Bourges qui, pour les besoins d'une enquête, retourne dans son village d'origine, avec lequel il a coupé les ponts, en raison d'un passé douloureux. Bien évidemment, ce passé va refaire surface au cours de ses investigations. Même si certaines scènes auraient mérité d'être rejouées, j'ai globalement apprécié cette fiction, les personnages secondaires étant bien campés.

   Les téléspectateurs aveyronnais seront particulièrement attentifs à l'arme du premier crime (présentée ci-dessous dans la salle d'autopsie) :

télévision,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   C'est fou comme le couteau Laguiole se marie bien avec les séries policières. Rappelez-vous, j'avais déjà signalé sa présence dans Les Experts (Las Vegas), Profilage, Elementary et Cherif (dont l'un des acteurs figure au générique : François Bureloup, dans le rôle du médecin légiste). Tout récemment, j'ai même pu en voir un exemplaire dans le film Profession du père, dans la main du personnage incarné par Benoît Poelvoorde.

   P.S.

   À lire, dans Le Monde, un article mettant en valeur, parmi les produits "made in France", le célèbre couteau aveyronnais.

samedi, 19 juin 2021

La gare de Rocamadour

   Son existence (ou sa non-existence) a fait l'objet d'une altercation lundi dernier, au cours du débat qui a réuni huit des neuf têtes de liste se présentant aux élections régionales en Midi-Languedoc. Plus précisément, le sujet a opposé Vincent Terrail-Novès, qui mène une liste d'obédience macroniste, à Aurélien Pradier, tête de liste LR.

politique,occitanie,regionale,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Acte I - A la quarante-huitième minute de la première partie du débat, V. Terrail-Novès fait pertinemment remarquer qu'il n'est pas très efficace de mettre de l'argent dans les TER (notamment pour développer le tourisme) si la gare à laquelle descendent les visiteurs est éloignée du site qu'ils viennent visiter (ou mal reliée à celui-ci). Il prend pour exemple celle de Rocamadour-Padirac.

politique,occitanie,regionale,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Acte II - Au début de la seconde partie du débat (à partir de la quatrième minute), Aurélien Pradier s'en prend vivement à V. Terrail-Novès, affirmant qu'il n'y a pas de gare à Rocamadour... sous-entendant par là que son adversaire ne connaît pas le territoire qu'il aspire à gérer. (Au passage, je trouve que le député du Lot a raison de rappeler que les déplacements intrarégionaux se font très majoritairement par la route.)

   Vincent Terrail-Novès lui a vertement répondu, ce qui a enclenché une mini-polémique, sous la forme d'un véritable échange (calme mais peu amical) entre les deux hommes. Cela changeait de la succession de contributions des différents candidats, les uns après les autres.

   Alors, qui a raison ? Les deux, mon général !

politique,occitanie,regionale,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Sur la carte ci-dessus, on remarque la présence d'une gare (encadrée en bleu). Celle-ci se trouve bien sur le territoire de la commune de Rocamadour. Celle-ci est assez vaste, s'étendant sur une cinquantaine de kilomètres carrés (un peu plus qu'Onet-le-Château, mais moins que Salles-la-Source... et deux fois moins que Paris, en gros).

   Pour atteindre le village de Rocamadour, on peut emprunter un petit sentier de randonnée (en pointillés bleus), qui longe des pâturages. Ce sentier aboutit à l'Hospitalet, un des lieux-dits de la commune de Rocamadour, situé en aplomb du village. On y trouve de grands parkings. Il n'y a donc pas de gare dans le village de Rocamadour, mais il y en a bien une sur le territoire de la commune, assez loin de celui-ci. C'est exactement ce qu'affirmait Vincent Terrail-Novès.

   Toutefois, ce n'est pas une véritable gare. Voyons ce qu'en dit la SNCF :

politique,occitanie,regionale,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Cette "gare" a le statut de halte ferroviaire. C'est une simple desserte, sans personnel (chef de gare) ni possibilité d'acheter un billet. (À une époque pas si ancienne que cela, on pouvait encore acheter un titre de transport sur une borne automatique.)

   Bilan des hostilités ? Aurélien Pradier a raison d'affirmer qu'il n'y a pas de gare de plein exercice (ce qu'il s'est gardé de préciser) à Rocamadour (commune comme village). Vincent Terrail-Novès a raison d'affirmer qu'il existe bel et bien une "gare" sur le territoire de la commune et que cette "gare" est éloignée, mal reliée au bourg touristique.

   Mais, bon, pour qui n'est pas du coin, cette querelle peut paraître picrocholine. Autre chose se cache derrière : Vincent Terrail-Novès et Aurélien Pradier sont issus du même parti, LR (ex-UMP). C'est sous cette étiquette qu'en 2014, le premier a été élu maire de Balma, dans la banlieue toulousaine (avant de se faire réélire comme candidat du camp d'E. Macron en 2020). Aux régionales de 2010, il figurait en deuxième position sur la liste de droite menée par Brigitte Barèges en Haute-Garonne... tandis qu'Aurélien Pradié était le numéro 2 de la liste de même obédience dans le Lot. Rebelote en 2015 : Vincent Terrail-Novès menait la liste soutenant Dominique Reynié en Haute-Garonne, Aurélien Pradié dans le Lot. Les deux jeunes loups du centre-droit sont aujourd'hui des rivaux. La position d'Aurélien Pradié est d'autant plus délicate que, sur sa droite, le RN est mené par un autre ancien UMP (LR) : Jean-Paul Garaud. Dans cette élection régionale, il n'est pas facile d'exister à droite, face à une sortante (Carole Delga) qui semble maîtriser ses dossiers.

mardi, 15 juin 2021

Elementary (fin)

   Samedi soir, la chaîne 6ter (du groupe M6) a enfin diffusé les quatre derniers épisodes de la septième et ultime saison de la série Elementary. On les attendait depuis l'été 2020... en sachant que le public états-unien en avait profité un an auparavant, en... 2019.

cinéma,cinema,film,films,télévision

   Les scénaristes n'ont eu que treize épisodes pour conclure la série avec tous ses arcs narratifs : la relation Holmes-Watson, la relation Holmes-Moriarty, la relation Holmes-Holmes senior, le désir d'enfant de Watson... et la lutte contre un nouveau vilain (façon Minority Report), peut-être le plus redoutable de tous, Odin Reichenbach.

cinéma,cinema,film,films,télévision

   Pour les fans de la saga holmsienne, le nom de celui-ci est évocateur. C'est une allusion aux Chutes du Reichenbach, un lieu bien réel, où se déroule un épisode clé d'une des enquêtes du célèbre détective. Bien entendu, le choix de ce nom, pour l'adversaire de Sherlock, n'est pas le fait du hasard...

   J'ai laissé partir ce sympathique duo. Les scénaristes ont gagné leur(s) pari(s) : faire du docteur Watson une femme, mettre en scène une association professionnelle fondée sur une filiation intellectuelle, devenue amicale, contemporaniser et américaniser les aventures du duo. Ce fut le plus souvent prenant et drôle, notamment grâce au talent des deux acteurs principaux : Lucy Liu et Jonny Lee Miller. Bye, Watson ! Bye Holmes !

samedi, 29 mai 2021

Meurtres à Toulouse

   Quatre mois après Albi, c'est au tour de la capitale du Midi-Languedoc de faire l'objet du polar du samedi soir de France 3, façon dépliant touristique. Sans surprise, l'épisode débute à l'église Saint-Sernin, devant laquelle les héros sont amenés à repasser.

télévision,occitanie,actu,actualite,actualites,actualité,actualités,cinéma,cinema,film,films

   Le duo d'enquêteurs est composé de Cécile Gimet, une capitaine de police tout juste sortie de l'école (situation très improbable dans la réalité) et du commandant Keller. Il est interprété par Lionnel Astier, qu'on ne présente plus. Sa partenaire, Camille Aguilar, commence à se faire connaître. Je l'avais découverte dans la série Zone blanche. Plus récemment on a pu la voir dans HPI (une bonne création de TF1), un épisode de Mongeville et, au cinéma, dans Papi-Sitter.

   C'est une habitude dans les épisodes de cette série : au départ, les deux OPJ ne s'entendent pas. Le vieux commandant bougon n'a pas envie d'avoir une "bleue" dans les pattes... surtout si elle se prénomme Cécile. (Je vous laisse découvrir pourquoi.) Quant à la capitaine, elle est entreprenante, avide de bien faire, maline... mais parfois maladroite. Bien évidemment, les deux vont finir par s'apprécier mutuellement.

   Plus intéressante est la visite touristique de la "ville rose" (plutôt jaune/marron les soirs de fête étudiante...). Outre la basilique, on nous présente la place du Capitole, sur laquelle est trouvé un autre cadavre :

télévision,occitanie,actu,actualite,actualites,actualité,actualités,cinéma,cinema,film,films

   Ici encore, la vraisemblance n'est pas au rendez-vous. Quiconque s'est déjà rendu là-bas sait qu'il n'y a pas de banc de ce type sur la place. Pour délasser leurs jambes, les passants qui souhaitent éviter de payer une boisson chère dans l'un des cafés du coin ne disposent que de blocs de béton (et de quelques planches en bois fixées contre le bâtiment). D'ailleurs, quand les personnages repassent en ces lieux, plus tard dans l'histoire, on ne peut y voir le fameux banc métallique sur lequel se trouvait le cadavre...

   Un autre détournement a été opéré au niveau de la (grande) médiathèque José Cabanis, située dans l'Arche de Marengo, à proximité de la gare de Matabiau :

télévision,occitanie,actu,actualite,actualites,actualité,actualités,cinéma,cinema,film,films

télévision,occitanie,actu,actualite,actualites,actualité,actualités,cinéma,cinema,film,films

   Ci-dessus, le commissariat (fictif) se trouve à droite de l'image, en face de l'entrée de la médiathèque. La proximité de la gare SNCF s'entend quand on perçoit une annonce officielle, lancée à quelques centaines de mètres de là, du même côté du Canal du Midi.

   Celui-ci, comme les berges de la Garonne, apparaît à plusieurs reprises. C'est d'ailleurs dans une annexe du canal, les Bassins du radoub, qu'un troisième cadavre est trouvé.

   L'enquête policière est plaisante. Je suis moins convaincu par les péripéties de la vie personnelle des protagonistes. Tout n'est pas toujours bien joué. Mais, globalement, ça passe.

vendredi, 14 mai 2021

L'Art du crime

   Cette série policière atypique est diffusée depuis bientôt quatre ans sur France 2. Elle s'insère dans le mouvement des comédies policières, qui allient humour et polar (avec un brin de romantisme), dans la lignée de Rizzoli & Isles et Castle. La particularité de la série française est d'inclure l'analyse d'oeuvres d'art dans le déroulement des intrigues. Aux cinéphiles, cela rappellera Ce que mes yeux ont vu (avec Sylvie Testud). Aux (vieux) téléspectateurs d'Arte, cela évoquera l'austère mais fascinante série Palettes.

télévision,médias,actu,actualite,actualites,actualité,actualités,culture,peinture,art,occitanie

   Les enquêtes associent un improbable duo, composé de Florence Chassagne, une historienne de l'art (un peu fantasque) en poste au Louvre, et Antoine Verlay, un officier de police judiciaire bourru et opiniâtre. Dans les rôles, Eléonore Bernheim et Nicolas Gob sont très bons, même si les aspects liés à leur vie privée sont les éléments les moins intéressants des intrigues.

   Le dernier épisode inédit, diffusé ce vendredi soir, s'intitule Danse de sang. Il a pour cadre le Moulin-Rouge et (sans surprise) les oeuvres d'Henri de Toulouse-Lautrec. L'une d'entre elles semble particulièrement liée au meurtre :

télévision,médias,actu,actualite,actualites,actualité,actualités,culture,peinture,art,occitanie

   Il s'agit du tableau "Au Moulin-Rouge", dont on ne verra pas l'original durant l'épisode, puisqu'il se trouve à l'Art Institute of Chicago :

télévision,médias,actu,actualite,actualites,actualité,actualités,culture,peinture,art,occitanie

   Au cours de l'enquête, d'autres oeuvres de l'artiste sont montrées à l'écran. On peut citer le "Panneau pour la baraque de la Goulue", que l'héroïne va examiner au musée d'Orsay. Mais c'est une autre peinture, intitulée "Bal au Moulin-Rouge", qui est susceptible de livrer la clé de l'énigme. (Hélas, ce tableau-ci se trouve lui aussi outre-Atlantique, dans un musée de Philadelphie.)

   À noter la présence au générique de Bruno Solo (en Toulouse-Lautrec) et de Sara Mortensen (remarquable dans Astrid et Raphaëlle), qui incarne ici une danseuse du Moulin-Rouge. Celle-ci, qui a perdu la mémoire, est un personnage trouble, à la fois victime et (peut-être) coupable...

télévision,médias,actu,actualite,actualites,actualité,actualités,culture,peinture,art,occitanie

   L'énigme est suffisamment complexe pour retenir l'attention des amateurs de polar. Au niveau de l'humour, je suis moins enthousiaste : la fixation que fait l'historienne de l'art sur son musculeux partenaire commence à devenir lourdingue (et très prévisible dans les maladresses qu'elle entraîne) ; toutefois, dans cet épisode, les scénaristes ont introduit un quiproquo savoureux, autour d'un doigt...

   P.S. I

   La cinquième saison est en route.

   P.S. II

   À celles et ceux qui voudraient découvrir la plus belle collection d'oeuvres de Toulouse-Lautrec (bien qu'incomplète), je ne peux que recommander le musée d'Albi, auquel j'avais consacré un billet détaillé en 2011. Sachez qu'il est sur le point de rouvrir ses portes, avec une exposition temporaire consacrée au Montmartre de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Alléchant, non ?

lundi, 03 mai 2021

Double meurtre au paradis

   L'épisode inédit de la série Meurtres au paradis diffusé ce lundi soir sur France 2 (et accessible en replay) s'intitule "Pacte avec le diable" (deuxième partie). Il conclut une intrigue débutée dans l'épisode précédent, une intrigue particulièrement bien ficelée et qui est le prétexte au retour de deux figures historiques de la série.

télévision,médias,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   C'est tout d'abord "le" sergent Camille Bordey qui arrive de Paris. Elle débarque pour contribuer à élucider l'agression dont a été victime sa mère. Curieusement, six ans après sa réintégration dans la police française, non seulement elle ne semble pas avoir été promue, mais elle a gardé un grade anglo-saxon ! Même si le pseudo-mélo autour du possible décès de sa mère ne tient pas la route, j'ai pris plaisir à revoir la comédienne Sara Martins, dont le piquant manque à la série, devenue un peu trop "gentille" après son départ.

télévision,médias,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   L'une des plus belles scènes de cet épisode riche en rebondissements voit la réapparition de l'inspecteur Richard Poole (Ben Miller, égal à lui-même), qui fut le partenaire aussi irritant qu'indispensable du sergent Bordey au cours des deux premières saisons. Et là j'entends les fans s'exclamer : "Comment est-ce possible, alors que l'inspecteur Poole a été assassiné au début du premier épisode de la troisième saison ?" Je laisse à chacun le plaisir de découvrir comment les scénaristes ont résolu ce problème.

   Quant à l'énigme policière, elle va mettre à rude épreuve les méninges des enquêteurs, mis en échec à plusieurs reprises. L'une des clés du mystère se trouve dans une maison située sur une île voisine de Sainte-Marie. Les téléspectateurs attentifs remarqueront, lors de la fouille de ladite maison, que l'occupant est un passionné de cinéma... aussi bien anglo-saxon que français (et espagnol) !

télévision,médias,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

 

 

 

 

vendredi, 30 avril 2021

HPI

   C'est le titre de la nouvelle série policière française de TF1, diffusée le jeudi. Hier soir, les deux premiers épisodes ont "cartonné" en terme d'audience... et, à mon avis, c'est justifié, même si cette fiction ne fait pas preuve d'une étourdissante originalité.

télévision,médias,actu,actualite,actualites,actualité,actualités,cinema,cinéma,film,films

   Les histoires sont construites autour d'un énième duo flic/consultant(e), aux tempéraments contrastés. À gauche ci-dessus se trouve Morgane Alvaro, femme de ménage, mère célibataire et... surdouée, plus précisément à "Haut Potentiel Intellectuel" (d'où le titre de la série). Elle a le verbe haut, la jupe courte et le décolleté pigeonnant. Si vous ajoutez à cela un passé de zadiste, une hostilité certaine envers la police, vous comprendrez que la collaboration de cette fine observatrice avec les forces de l'ordre ne va pas de soi.

   C'est pourtant avec elle que le commandant Adam Karadec (à droite) est voué à travailler. Méticuleux, voire maniaque, un peu triste, coincé, il va devoir beaucoup prendre sur lui pour supporter le voisinage de sa nouvelle (et encombrante) collaboratrice.

   Évidemment, on pense à des séries comme Castle, Profilage ou Monk, les caractéristiques du héros de cette dernière étant réparties entre les deux personnages principaux : Alvaro a le côté surdoué, Karadec le comportement maniaque.

   C'est caricatural, un brin excessif... mais cela passe, parce que les interprètes (Mehdi Nebbou et Audrey Fleurot) sont excellents. J'ajoute qu'on les a entourés de bons seconds rôles : deux jeunes inspecteurs sympatoches, une commissaire plus finaude qu'elle n'en a l'air... et un voisin retraité (interprété par Rufus).

   Le premier épisode ("Vents d'Ouest") met en scène la rencontre entre les deux héros et leur collaboration sur leur première enquête. On est parfois à la limite du vraisemblable, mais c'est avec plaisir qu'on suit leurs aventures, mâtinées d'humour.

   J'ai trouvé l'intrigue policière du deuxième épisode ("Coutume malgache") mieux écrite. C'est toujours aussi plaisant à regarder, avec des pointes d'humour régulières quand la surdouée explique comment elle a été amenée à tirer ses conclusions. Je recommande aussi le moment où elle se croit plongée dans un épisode des Experts (Les Experts... Lille !).

télévision,médias,actu,actualite,actualites,actualité,actualités,cinema,cinéma,film,films

   En fil rouge se déroule une autre trame, celle de la disparition de l'ancien compagnon de Morgane, restée inexpliquée. Du côté de Karadec, on sent qu'il existe aussi un secret familial, autour de sa cohabitation avec son frère.

   Tout cela donne envie de voir la suite.

lundi, 26 avril 2021

Bron, saison 2

   Bien qu'ayant été emballé par la saison 1 (dont j'ai parlé la semaine dernière), je n'ai pas voulu enchaîner immédiatement avec la saison 2. Mais, un dimanche gris et solitaire a eu raison de mes réticences. Je partais là encore pour regarder les dix épisodes en deux fois... mais, pris par le suspens, je n'ai pas pu résister et j'ai vu la saison d'une traite.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films

   C'est avec plaisir que j'ai retrouvé Martin le Danois et Saga la Suédoise, dans une opposition de styles toujours aussi réjouissante à suivre. Les acteurs (Kim Bodnia et Sofia Helin) sont épatants... et je "craque" toujours autant pour l'enquêtrice acharnée au boulot et pas douée pour les relations humaines. (Quand je pense que les auteurs voulaient faire mourir son personnage à la fin de la saison 1 !)

   Les scénaristes ont toutefois fait évoluer les personnages principaux. L'action se déroule un an après leurs précédentes aventures. Martin est retourné au Danemark, mais a été écarté de la voie publique. Il est séparé de sa compagne. Saga elle tente de mener une "vie normale". Elle s'est donc mise en ménage avec un jeune homme accommodant, très différent d'elle, mais qui, de l'aveu de la jeune femme, la baise bien quand elle le lui demande.

   La nouvelle intrigue démarre avec la découverte d'un bateau dans lequel sont retenus prisonniers trois jeunes hommes et deux jeunes femmes, mystérieusement malades et amnésiques. A ce polar médical se superposent d'autres fils narratifs (qui vont finir par se croiser) : la vie quotidienne d'un préadolescent victime de harcèlement, les errements d'une brillante étudiante, amatrice de voile et de mathématiques, l'organisation d'un sommet européen, les recherches d'une multinationale pharmaceutique... et les activités discrètes d'un gigolo qui a la cote auprès des riches dames esseulées.

   C'est passionnant. Certains ont vu dans une partie du scénario est une référence à L'Armée des douze singes. Certes. Mais je trouve que, comme dans la première saison, l'histoire embrasse quantité de thèmes, avec suffisamment de fausses pistes pour permettre aux amateurs d'énigmes policières d'exercer leurs neurones.

   Du côté des anecdotes, on remarque que, bien que datant de 2013, l'intrigue fait parfois écho à la situation contemporaine, notamment au cours du septième épisode :

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films

   Celles et ceux qui regarderont ce programme en version originale sous-titrée profiteront des dialogues en danois et suédois (en particulier les réponses abruptes de Saga), avec, parfois quelques touches d'anglais et même de français, comme lorsque l'un des commissaires souhaite un "Bon appétit !" à Saga. Notons que la langue de Molière est plutôt à l'honneur quand il est question de nourriture :

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films

   Aux curieux je signale qu'il s'agit d'un décor naturel. Dans cette scène, les policiers sont sur le point de sortir de la Porsche vintage conduite par Saga, garée en face du café Victor, une enseigne de Copenhague.

   Pour achever de vous convaincre de regarder cette série, j'ajoute qu'elle est très bien filmée et que la musique d'accompagnement est vraiment entraînante. Bron est incontestablement est une des meilleures séries télévisées que j'ai vues de toute ma vie. J'espère qu'Arte nous permettra bientôt de profiter des saisons 3 et 4.

mercredi, 21 avril 2021

Meurtres en eaux troubles

   Le titre est trompeur. Bien que diffusée sur France 3, cette série n'a pas de lien avec les polars patrimoniaux du samedi soir, dont les intrigues policières ont pour cadre un site touristique ou une région emblématique de Province. Programmée le dimanche soir, cette fiction germano-autrichienne est, à l'image de la scandinave Bron, transfrontalière.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films

   Les "eaux troubles" sont celles du Lac de Constance, communes à la Suisse, l'Allemagne et l'Autriche. Les histoires se déroulent dans sa partie orientale, dans les régions de Lindau (en Bavière) et Bregenz (dans le Voralberg autrichien).

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films

   Le service replay de France Télévisions permet de (re)voir les tout premiers épisodes. "La malédiction des dieux" met en scène la rencontre entre les deux principaux enquêteurs, l'Autrichienne Hannah Zeiler (rigoureuse et mutique) et l'Allemand Micha Oberländer (volubile et désorganisé). Pour des Français, cela peut paraître étonnant, mais la collaboration entre ces deux voisins germanophones ne va pas aller de soi !

   Aux cinéphiles et téléphages, le visage de l'actrice qui incarne Hannah Zeiler ne sera pas inconnu. La délicieuse Nora von Waldstätten a été à l'affiche du premier épisode de la série Les Rivières pourpres, intitulé "Les chasseurs noirs" et on a pu l'apercevoir l'an dernier (entre deux confinements) dans l'excellent Lands of Murders.

   Les scenarii sont bien écrits et, si les enquêtes policières s'ancrent dans le monde réel, un poil de mysticisme s'y mêle parfois (à tel point que je me demande dans quelle mesure la production germanique n'a pas influencé la française...). Dans le premier épisode, il s'agit d'élucider des meurtres en lien avec de mystérieux masques celtes. Dans le deuxième ("Le secret de la forêt"), au moins l'un des décès semble dû au virus de la rage, dont la réapparition est la clé de l'énigme, particulièrement tordue.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films

   Aux internautes qui ne connaissent pas la série, je recommanderais de s'arrêter là, et de ne pas visionner le huitième épisode (diffusé en première partie de soirée). Certes, "Crime rituel" se situe dans la même veine que les précédents mais, tourné quelques années plus tard, il marque une évolution chez les personnages principaux et révèle des éléments clés de l'intrigue des précédentes aventures, qui n'ont pas encore été rediffusées sur France 3. (Mais ça va venir dans les prochaines semaines.)

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films

   Si l'envie vous prend de visionner aussi cet épisode-là, sachez qu'il y est question d'une mystérieuse et sanguinaire légende locale, qui tourne autour du châtiment des mauvais comportements. Par rapport au début de la série, chacun des deux enquêteurs a subi un traumatisme personnel. Quelque chose me dit que ce n'est pas terminé...

mardi, 20 avril 2021

Bron / The Bridge

   J'avais entendu parler de cette série suédo-danoise (qui en a inspiré d'autres, comme Le Tunnel), mais je n'avais jamais eu l'occasion d'en visionner le moindre épisode. Une fois de plus, c'est à la chaîne franco-allemande Arte (plus précisément, à son site internet, très riche) que je dois d'avoir pu regarder la saison 1. Oui, les dix épisodes. Au départ, je n'avais pas forcément  l'intention de tout voir, mais, j'ai été tellement pris par l'intrigue que j'ai avalé l'ensemble en deux soirées.

médias,télévision,cinéma,cinema,film,films

   Au centre de l'intrigue se trouve un pont transfrontalier, entre une île artificielle danoise (proche de la capitale, Copenhague) et les faubourgs de Malmö, troisième ville de Suède. Une nuit, un corps est trouvé... qui se révèle rapidement être composé de deux moitiés de cadavres, chacune d'un côté de la frontière. Voilà pourquoi l'enquête va associer les polices des deux pays, en particulier Martin Rohde et Saga Norén.

médias,télévision,cinéma,cinema,film,films

   Le premier, le Danois, est un grand costaud un peu rondouillard, qui aime les plaisirs de la vie et considère le code de procédure pénale comme un texte sujet à maintes interprétations. Mais c'est un vieux routier, qui connaît son métier.

   La seconde, la Suédoise, est obsédée par le règlement... et son travail. Le reste passe après, quand elle a le temps (et la place). Elle est rigoureuse, méticuleuse, pas très douée pour les relations humaines... un peu autiste, en fait. J'ai adoré ce personnage, d'autant qu'elle est incarnée par Sofia Helin (aperçue dans Mystery Road), qui n'est pas désagréable à regarder.

médias,télévision,cinéma,cinema,film,films

   À l'image de la fêlure intérieure qu'elle dissimule, son visage aux traits fins est légèrement dégradé par de petites cicatrices... qui renforcent son charme, en fait. Mais, surtout, elle est au moins aussi bonne enquêtrice que son nouveau partenaire.

   Un autre atout de cette série est son scénario extrêmement bien travaillé. Au début, trois intrigues évoluent en parallèle, sans qu'on sache, dans un premier temps, ce qui les relie : l'enquête sur les deux moitiés de corps, le parcours chaotique d'une femme battue et l'arrivée aux urgences d'un hôpital d'un homme d'affaires âgé, accompagné de son exigeante épouse.

   Au fil des épisodes, non seulement on va voir apparaître les liens entre ces trois histoires, mais d'autres fils narratifs vont se greffer dessus, comme le procès d'une bavure policière, la fugue d'une adolescente et la vie des sans-abris. C'est remarquable et très bien joué, avec des personnages secondaires très attachants.

   Si l'on ajoute à cela une réalisation soignée et une musique entraînante, toujours bien placée, on obtient un excellent polar, qui tient en haleine jusqu'au bout.

lundi, 19 avril 2021

Meurtre à l'hôpital

   Ce lundi soir, sur France 2 (et en replay sur france.tv), se poursuit la diffusion de la dixième saison de la série Meurtres au paradis. L'épisode intitulé "Enquête sous perfusion" est particulièrement savoureux.

4 a.jpg

   L'inspecteur Neville Parker se retrouve hospitalisé le jour où survient une mort suspecte, qui pourrait passer pour un suicide. L'intrigue est bien ficelée, avec un mystère vraiment difficile à résoudre, même pour nos policiers perspicaces. À cela s'ajoutent des scènes comiques très réussies. L'inspecteur n'est d'ailleurs pas le seul à connaître quelques déboires, puisqu'il va être rejoint à l'hôpital par le commandant Patterson, dans des circonstances que je laisse à chacun le plaisir de découvrir :

4 c.jpg

   Les amateurs de la série noteront que le sergent Cassell (Joséphine Jobert) joue un rôle plus important dans la direction de l'enquête et que, par petites touches, les scénaristes continuent à la rapprocher progressivement de l'inspecteur maladroit.

samedi, 17 avril 2021

L'article 59

   Celles et ceux qui suivent l'actualité parlementaire savent qu'il va être question de la discussion autour du projet de loi "climat et résilience", actuellement, à l'Assemblée nationale. Trois séances se sont déroulées vendredi 16 avril. L'essentiel de la deuxième (trois heures !) a été consacré à ce fameux article 59, dont la rédaction a été modifiée en cours de séance :

politique,agriculture,environnement,écologie,actu,actualite,actualites,actualité,actualités,france

   Ci-dessus figure la version à laquelle avait abouti la commission parlementaire, dont on peut voir et entendre plusieurs membres s'exprimer dans la vidéo de la séance, déjà mise en ligne. Cette volonté de soutenir la mise en place de menus végétariens quotidiens dans les cantines scolaires se plaçait dans la continuité de la loi Égalim de 2018 (entrée en vigueur en 2019), qui avait imposé (ou plutôt tenté d'imposer), pendant deux ans, l'obligation d'un repas végétarien hebdomadaire. Cela a d'ailleurs suscité un fort mécontentement chez les éleveurs aveyronnais, en particulier quand un collège rural a suivi le mouvement. (Dans cette affaire, il serait bon de savoir si la cantine du collège concerné propose un menu unique ou, à chaque repas, le choix entre deux menus.)

   Suivre cette séance de débat et de vote est d'un grand intérêt civique. On notera qu'elle n'a pas été dirigée par le président de l'Assemblée nationale (Richard Ferrand), mais par l'un des vice-présidents, Sylvain Waserman (un élu Modem, allié donc à LREM).

politique,agriculture,environnement,écologie,actu,actualite,actualites,actualité,actualités,france

   Pendant plus de trois heures (ainsi que pendant les autres séances du jour), stoïque, il a mené les débats avec calme et professionnalisme, devant un hémicycle pas très bien garni, puisqu'à son apogée, il a dû compter quelque 130 députés sur 577...

   À l'écoute des interventions et des propositions d'amendement, il apparaît que plusieurs sensibilités politiques sont divisées : le parti présidentiel, mais aussi la "gauche de la gauche" (LFI et la Gauche démocrate) et la droite non gouvernementale. Il me semble que le vrai clivage est entre les députés des métropoles et les députés des circonscriptions rurales. Ainsi, en entendant certains élus LREM urbains, j'avais l'impression que c'étaient des écologistes, en opposition avec un membre du même groupe, issu de la Creuse, et fervent défenseur de l'élevage extensif. De même, à gauche, l'Auvergnat André Chassaigne n'était pas sur la même ligne que la Francilienne Mathilde Panot.

   Dans un premier temps, les élus ruraux ont tenté de faire rejeter la poursuite de l'expérimentation des repas végétariens. Ils n'y sont pas parvenus. Mais les plus écologistes de leurs collègues n'ont pas non plus réussi à imposer leurs vues. Cela est dû à l'influence modératrice de la rapporteure du projet de loi, la députée LREM Célia de Lavergne, élue de la Drôme (et ingénieure de formation).

   Avant la séance, elle a dû "se cogner" les centaines de propositions d'amendement (certaines différant parfois d'un mot ou d'une virgule) et préparer des réponses argumentées à ceux qui ont été discutés ce jour-là (certains députés n'étant même pas présents pour défendre leur proposition !).

   La séance a parfois pris un tour cocasse, quand, par exemple, des élus ont soutenu des propositions d'amendement qui auraient été écrites par des élèves d'école primaire... sous la direction forcément impartiale de leur professeure des écoles, bien entendu... J'ai aussi souri en voyant ce représentant normand défendre (maladroitement) l'introduction, un jour par mois, d'un menu avec de la viande de venaison (française) ! Plusieurs députés ne m'ont pas semblé très à l'aise avec leur texte... l'avaient-ils tous écrit ? Derrière plusieurs contributions se cache soit une association environnementaliste comme Greenpeace, soit le lobby de la chasse, soit un syndicat agricole...

   Toutefois, même si c'était souvent passionnant, à d'autres moments, le propos était barbant... et pas que pour le public. Certains plans larges permettent de voir des élus quitter l'hémicycle une fois leur minute de célébrité passée. Pour celles et ceux qui doivent se fader toute la séance, il est plus difficile de ruser :

politique,agriculture,environnement,écologie,actu,actualite,actualites,actualité,actualités,france

   Ci-dessus l'on distingue clairement le fonctionnaire de l'Assemblée affecté à la présidence des débats se laisser distraire par son téléphone portable...

politique,agriculture,environnement,écologie,actu,actualite,actualites,actualité,actualités,france

   ... et ce n'est pas le seul, puisque le ministre de l'Agriculture lui-même (Julien Denormandie) a été pris en flagrant délit de "textotage" pendant que Célia de Lavergne (à gauche) s'adressait aux députés. Les plus malins avaient ouvert le parapluie l'ordinateur portable, supposé outil de travail... mais qui offre de multiples distractions.

   L'observation de la procédure de vote ne manque pas non plus d'intérêt. Beaucoup d'amendements ne bénéficient que d'un vote à la va-vite, à main levée, tandis que d'autres font l'objet d'un scrutin public (donc d'un vote électronique). D'ailleurs, voici ce qu'a donné le dernier d'entre eux (avant la suspension de séance), sur l'ensemble de l'article 59 :

politique,agriculture,environnement,écologie,actu,actualite,actualites,actualité,actualités,france

   L'article 59 réécrit a donc été voté à une large majorité des présents. Il a une ampleur plus limitée que celle de la version de travail (rédigée en commission). Il valide la poursuite de l'expérimentation du menu végétarien hebdomadaire dans les cantines scolaires (avec la possibilité d'un choix, c'est-à-dire le maintien d'un menu avec viande dans les structures qui proposent deux menus) et permet aux collectivités locales qui le souhaitent d'étendre la mesure à d'autres jours... d'où l'intérêt de suivre les élections départementales et régionales à venir, puisque ce sont les exécutifs qui se mettront en place en 2021 qui décideront de la manière d'appliquer la nouvelle loi (dans les collèges et lycées)... si le Sénat la vote dans les mêmes termes.

lundi, 12 avril 2021

Meurtre au paradis du loto

   Ce lundi soir, France 2 ne diffuse qu'un épisode inédit de la dixième saison de Meurtres au paradis. Au cours de "Jackpot", les policiers vont devoir déterminer qui a tué une gagnante du loto, installée dans une somptueuse demeure. Mais, bien que correctement écrite, l'intrigue policière n'est pas le coeur de l'épisode. Ce sont les histoires annexes qui occupent le plus de place : l'intégration d'une recrue atypique (un petit escroc qui se réjouit de porter l'uniforme), la relation entre l'inspecteur Neville et le sergent Cassell... et la future paternité du sergent Hooper.

télévision,médias,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   En mariant l'humour et l'émotion, les scénaristes tentent de mettre en scène une complicité grandissante entre ces deux personnages... mais cela m'a semblé un peu téléphoné.

télévision,médias,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Le reste n'est guère plus subtil, mais  j'ai trouvé cocasses les truandages du petit nouveau... et franchement drôles les péripéties liées à la fin de grossesse de l'épouse du sergent Hooper. Comme, en plus, les paysages demeurent splendides, l'ensemble reste supportable. Mais j'attends mieux de la série.

samedi, 10 avril 2021

Les riches de l'Aveyron

   Hier, en fin d'après-midi, le site internet du quotidien aveyronnais Centre Presse s'est garni d'un titre accrocheur, annonciateur d'un article plus développé dans le journal du lendemain :

presse,médias,journalisme,occitanie,politique,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Dans la version papier de Midi Libre que j'ai achetée aujourd'hui (dans laquelle les articles locaux sont identiques à ceux de Centre Presse), le titre a été modifié, ainsi que que quelques informations du coeur de l'article. En tête de gondole, page 2, on peut lire ceci : Impôt sur le revenu. « Éviter aux contribuables de se déplacer ».

   L'intérêt est de comparer les données chiffrées aveyronnaises aux donnes nationales, pas seulement en nombre, mais aussi en pourcentage.

   Ainsi, dans l'article, il est est précisé que le département compte 162 448 foyers fiscaux, dont 62 309 imposables, contre 19,9 millions sur 38,5 millions de foyers fiscaux français. En pourcentage, les foyers fiscaux représentent 58,2 % de la population aveyronnaise, contre 56,6 % de la population française. Cet écart s'explique peut-être par le nombre moins élevé de personnes par foyer fiscal dans l'Aveyron, ainsi que par sa proportion plus importante de personnes âgées.

   C'est en considérant les autres données chiffrées que les écarts se creusent. Ainsi, en Aveyron, les foyers soumis à l'impôt sur le revenu ne pèsent que 38,4 % du total, contre 51,7 % au niveau national. Il y a donc proportionnellement beaucoup plus de foyers non-imposables dans l'Aveyron. Je ne pense pas que ce soit dû à l'habileté rouergate dans la stratégie d'évitement du fisc. C'est plutôt révélateur de la modestie des revenus de la majorité des foyers fiscaux.

   Passons maintenant à l'impôt sur la fortune immobilière. Les 207 foyers aveyronnais ne représentent que 0,3 % des foyers imposables et 0,1 % des foyers fiscaux. Au niveau national, les assujettis à l'IFI représentent 0,7 % des foyers imposables et 0,3 % de l'ensemble des foyers fiscaux.

   Voilà pourquoi un titre tapageur se révèle contre-indicateur de la réalité des chiffres, qui figurent d'ailleurs dans l'article. D'où peut-être le changement entre la version numérique et la version papier.

   J'en viens à la partie erronée de la version numérique. Les chiffres concernant l'Aveyron me semblent corrects : les 164 millions d'euros de recettes correspondraient à un impôt moyen de 2 632 euros par foyer fiscal. Cela place l'Aveyron, comme plus de 90 % des départements français, sous la moyenne nationale qui, en 2017, était de 4 400 euros. (Ce sont des départements de la région Île-de-France - auxquels il faut ajouter le Rhône et les Alpes-Maritimes - qui font monter la moyenne.)

   Or, si l'on utilise les informations puisées dans l'article mis en ligne, on n'arrive pas à ce résultat. Avec 4,7 milliards d'euros prélevés sur les 19,9 millions de foyers imposables, on obtient un écot moyen de... 236 euros ! En réalité, l'impôt sur le revenu rapporte beaucoup plus : en 2019 (d'après l'INSEE), 86,9 milliards d'euros. En divisant par le nombre de foyers imposables, cela donne une moyenne de 4 367 euros, soit quasiment celle donnée par ma source précédente (pour 2017). On a donc bien fait de retirer la référence à ces 4,7 milliards de la version papier de l'article.

   Je termine par une remarque sur l'évolution. L'article n'en parle pas, mais il est intéressant de noter l'évolution du nombre de foyers assujettis à l'ISF puis l'IFI dans le département. Pour cela, je me suis appuyé sur deux articles de La Dépêche du Midi (un datant de 2001, l'autre de 2007) et un troisième, de Centre Presse, publié en 2016.

presse,médias,journalisme,occitanie,politique,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Faute de disposer de toutes les données, je n'obtiens qu'un résultat parcellaire, mais assez parlant. Sous les mandats de Jacques Chirac (en cohabitation puis sans), le nombre d'assujettis n'a cessé d'augmenter, "de manière mécanique" dirais-je. L'écart (visible sur le graphique) avec les années 2014-2015 est dû je pense aux réformes votées sous Nicolas Sarkozy. La chute encore plus forte constatée après 2017 (et la transformation de l'ISF en IFI) est le résultat de la nouvelle politique fiscale menée sous E. Macron et E. Philippe.

   Indirectement, cela prouve que les très riches Aveyronnais n'ont pas tant que cela investi dans la pierre. Ils semblent aussi beaucoup apprécier les actions et d'autres produits financiers plus complexes.

lundi, 05 avril 2021

"Meurtres au paradis" saison 10

   France 2 commence ce lundi soir la diffusion de la dixième saison de la série guadeloupéo-britannique, que les téléspectateurs de la BBC ont eu l'occasion de visionner en janvier dernier.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Cette saison voit le retour de Joséphine Jobert, après deux ans d'absence. Le séduisant sergent va devoir s'accommoder du fantasque inspecteur Parker... jusque chez elle ! Mais le pire est visible sur l'image ci-dessus : au cours d'un dîner, une bouteille de vin rouge est servie... et elle est dotée d'un bouchon à vis ! C'est un scandale !

   Pour les fans de la série, l'intrigue du premier épisode aura un goût de déjà-vu. L'exécution du meurtre s'accompagne d'une supercherie qui ressemble beaucoup à ce qui a été vu au cours des saisons précédentes.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Parmi les suspects figure Henri Pigal, le directeur de la rédaction d'une chaîne de télévision locale, qui a les traits d'un acteur familier du public français : Serge Hazanavicius.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   J'ai aussi apprécié la place plus importante accordée au commandant Patterson (Don Warrington), un vieux matou débonnaire, qui va contribuer, à sa manière, à la résolution de l'énigme.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Ah, puisqu'on parle de matou, je vous présente René, dont la disparition inquiète vivement une dame âgée... et dont la réapparition va permettre l'élucidation d'un autre mystère.

   L'intrigue du deuxième épisode est plus raffinée, même si, au départ, elle paraît (faussement) simpliste. Pour mener à bien cette enquête (qui se déroule dans le monde de l'archéologie), l'inspecteur va devoir déployer tous ses talents... et quelques joujoux :

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   L'humour est toujours présent dans les deux épisodes, marqués aussi par la beauté des paysages. On ressent à peine la disparition de deux personnages féminins (même je regrette le départ de la jeune Ruby). Le poste de police d'Honoré est sur le point d'accueillir une nouvelle recrue, peut-être pas celle qu'espéraient certains officiers...

dimanche, 04 avril 2021

Bäckström... fin ?

   Ce dimanche soir, France 3 diffuse la fin de la mini-série suédoise... qui devrait connaître une saison 2. Au cours de l'épisode 5, les deux enquêtes progressent, parfois dans une direction inattendue. Une personne de l'entourage du héros se rend compte qu'elle a été manipulée, une autre qu'elle s'est trompée, tandis qu'une troisième continue à agir, dans l'ombre. Toutefois, on se rend compte que les liens entre le braquage et la double-mort d'une jeune femme sont plus ténus qu'ils ne paraissaient auparavant.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Le commandant doit néanmoins veiller à sa sécurité, à celle de ses proches et à celle de ses biens. On finit par comprendre pourquoi.

   L'action s'accélère dans l'épisode 6. Une photographie est au coeur de la résolution de l'intrigue. Elle représente trois jeunes scouts, liés par un secret.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   On connaissait déjà l'identité de l'un d'entre eux. La découverte des deux autres représente une grosse surprise, qui réoriente l'enquête mais aussi rapproche les policiers de sa conclusion. C'est la partie la plus réussie de cette série. Je trouve les à-côtés (sur la vie privée des personnages ou les relations entre collègues) moins intéressants.

samedi, 03 avril 2021

Meurtres à la Pointe du Raz

   Ce samedi soir, France 3 diffuse un épisode inédit de la série Meurtres à... et c'est un bon. L'action a pour cadre le sud-ouest du Finistère, parfois considéré comme la "Bretagne authentique".

télévision,actu,actualite,actualites,actualités,actualité,médias

   Classée Grand Site de France, la Pointe du Raz occupe magnifiquement l'écran, avec notamment de superbes plans aériens.

télévision,actu,actualite,actualites,actualités,actualité,médias

   L'enquête policière se révèle particulièrement ardue. Le lieutenant en place, sur le point de prendre un congé marital, décide de rester pour épauler sa remplaçante, une capitaine venue du Bordeaux, qui semble bien connaître la région.

télévision,actu,actualite,actualites,actualités,actualité,médias

   À gauche se trouve Evelyne Bouix (sur le visage de laquelle sont hélas perceptibles les ravages de la chirurgie esthétique), qui incarne la mystérieuse capitaine Leroy. À droite se trouve le lieutenant Meyer, alias David Kammenos, un habitué des polars du samedi soir de la chaîne publique, cette fois-ci rasé de près et doté d'une coupe de cheveux "règlementaire".

   Le duo fonctionne bien, soutenu par une brochette de personnages secondaires bien campés. Parmi ceux-ci, je distingue Clara, la fougueuse fiancée du lieutenant (interprétée par Juliette Aver) et le juge Bellec, un ami de la famille qui a les traits de Jérôme Anger.

   Les péripéties de la vie privée vont croiser l'enquête policière. Au bout d'environ quarante minutes, j'avais compris quel était le secret de famille, tandis qu'il m'a fallu un peu plus de temps pour être certain de l'identité du coupable.

   C'est un très bon divertissement, qui donne furieusement envie d'aller se confiner dans le Finistère !

dimanche, 28 mars 2021

Bäckström (suite)

   Ce dimanche soir, France 3 diffuse la suite de la mini-série suédoise (commencée la semaine dernière), dont l'intrigue fait se croiser (plus ou moins) deux enquêtes policières, l'une sur un braquage, l'autre sur la découverte du squelette d'une personne censée être morte depuis des années, lors du tsunami de 2004.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   L'épisode 3 se déroule principalement en Thaïlande. Le héros (dont on apprend que le prénom signifie "porc intraitable"...) mène ses investigations tout en profitant de la vie. Il est épaulé par un officier de police local, très sympathique... et beaucoup plus à cheval sur le règlement.

   Dans cet épisode, le mystère commence par s'épaissir, avant qu'un début de solution ne poigne à l'horizon. Dans le même temps, en Suède, l'équipe de Bäckström semble près de conclure l'autre enquête. Mais, attention, dans l'ombre s'effectuent des manoeuvres qui ont pour but de déstabiliser le commandant frondeur.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Tout le monde est de retour en Suède pour le quatrième épisode. L'une des enquêtes échoue, tandis que l'autre piétine. Les ennuis de Bäckström ne sont pas prêts de finir, ils ont même plutôt tendance à s'aggraver. On le découvre sous un jour moins flatteur. Il reste le flic acharné à démasquer les tueurs, mais on se pose des questions sur son intégrité... et sur son passé, en lien avec un mystérieux tableau. Du coup, le personnage paraît moins caricatural que dans les premiers épisodes.

   C'est du surcroît bien filmé, en Suède comme en Thaïlande. Le suspens est prenant. La fin de l'épisode nous ramène dans l'île du début, où se trouve peut-être la clé de l'énigme...

vendredi, 26 mars 2021

L'église d'Inières

   Cet édifice religieux vient de faire l'objet d'une conférence du service patrimoine de Rodez Agglomération. Elle est accessible sur sa chaîne Youtube. Elle n'a pas eu de public "physique", mais virtuel, puisqu'elle a été retransmise par visioconférence (Zoom, semble-t-il).

occitanie,histoire,religion,christianisme,médias,culture

   L'église (fortifiée) se trouve sur le territoire de la commune de Sainte-Radegonde (dotée d'une autre église du même type), située à la périphérie sud-est de Rodez;

occitanie,histoire,religion,christianisme,médias,culture

   Quant à son nom (à l'étymologie incertaine), il serait (d'après l'ouvrage de Jean-Marie Cassagne et Mariola Korsak, Les Noms de lieux de l'Aveyron) issu d'asinaria, un dérivé du latin asinus (âne). Rappelons que les équidés à grandes oreilles furent pendant des siècles les meilleurs outils amis des habitants des campagnes.

occitanie,histoire,religion,christianisme,médias,culture

   Mais revenons à nos ânons moutons. Au milieu du XIVe siècle, la guerre de Cent-Ans fait rage. Le comte de Rodez n'est autre que Jean Ier d'Armagnac, chef du parti opposé aux Bourguignons, collabos alliés des Anglais. Entre les ravages des troupes anglaises et les pillages des bandes de routiers, la peur est à son comble dans le Rouergue... à tel point que l'évêque et le comte de Rodez font taire leurs dissensions pour lancer la construction de remparts protégeant la cité et le bourg.

   Bon, ça c'était pour les habitants de Rodez et de sa proximité immédiate. Mais, quand on habitait à cinq-dix kilomètres de là, il fallait vraiment voir venir les bandes de pillards de très loin (ou en être informé très tôt) pour pouvoir se mettre à couvert à Rodez. C'est ce qui explique la construction de chambres-refuges (dans des églises désormais fortifiées). On en trouve plusieurs autour de Rodez : deux à Sainte-Radegonde (dont celle d'Inières), une à Luc (comme de Luc-La Primaube), une à Sébazac (dans l'église Saint-Barnabé, qui mérite le détour), l'autre à Concourès (la partie détachée de l'actuelle commune de Sébazac-Concourès).

   Il semblerait que l'église d'Inières ait d'abord (bien avant la guerre de Cent-Ans) été nommée Saint-Jacques, puis Saint-Christophe, avant que les deux patrons ne soient associés, à la fin du XVIIIe siècle. Au XIVe siècle, le seigneur d'Inières n'est autre que... l'évêque de Rodez. C'est lui qui autorise les habitants à fortifier leur église (ou plutôt à la reconstruire de manière fortifiée). Ceux-ci ne semblent pas avoir été très nombreux, à l'époque. En 1349, une source estime à 35 le nombre de feux à Inières, ce qui correspond à 170-180 personnes. À Sainte-Radegonde même, on compte 54 feux (260 à 280 personnes). Cette différence explique peut-être que l'église du bourg ait été fortifiée avant celle d'Inières : dès le XIVe siècle, contre le XVe pour la seconde. La reconstruction s'est effectuée en plusieurs étapes.

occitanie,histoire,religion,christianisme,médias,culture

      Il me semble que l'édifice est orienté ouest-nord-ouest / est-sud-est. Sa reconstruction s'est déroulée d'est en ouest.

occitanie,histoire,religion,christianisme,médias,culture

   La partie la plus à l'est est bien mise en valeur par la photographie ci-dessus. On y distingue la tour ancienne, dont le crénelage fut comblé lors de l'élévation du reste de l'édifice. La conférencière a pointé les traces (à peine perceptibles) d'anciens créneaux, intégrés désormais à la paroi sud.

occitanie,histoire,religion,christianisme,médias,culture

   Les travaux se sont achevés à l'ouest, mieux mis en valeur par l'image ci-dessus. On y voit les échauguettes, dont j'ai entouré les deux seules ouvertures apparentes. C'est à ce moment-là que la conférence est devenue encore plus intéressante : il semblerait que ces ajouts, en apparence défensifs, ait en réalité été introduits pour le prestige (de l'évêque de Rodez, sans doute) et/ou dans un but esthétique.

   Ainsi conçue, l'église fortifiée (dont les mâchicoulis n'étaient pas dotés de véritables ouvertures de tir) ne pouvait servir qu'à une défense passive... et elle ne fut achevée qu'après la fin des combats locaux liés à la guerre de Cent-Ans.

   Au cours de la conférence, il fut aussi question de l'action des religieux. Comme l'église se trouvait sous l'autorité directe de l'évêque de Rodez, son personnel était lié aux chanoines de la cathédrale. Le prieur d'Inières était un chantre de celle-ci. Sur place, il disposait de la chambre la plus vaste et la plus confortable (dotée d'une cheminée). À l'intérieur de l'édifice, des peintures et des symboles évoquent l'un d'entre eux, Jacques Pardinel, en poste de 1538 à 1545. Les armes de ce chanoine se retrouvent dans un autre bâtiment du village, proche de l'église, et qui fut baptisé "Maison du Prieur".

   En ces temps où la culture n'est pas considérée comme "essentielle", il faut saluer les initiatives comme celle de cette visioconférence. La suivante aura lieu le 15 avril prochain.

 

ROUVREZ LES MUSÉES ET LES CINÉMAS !

 

 

vendredi, 19 mars 2021

Tropiques criminels (saison 2)

   France 2 achève la diffusion de la deuxième saison de cette série policière "ultramarine", tournée en Martinique, et qui s'inspire un brin de Meurtres au paradis (dont la diffusion de la saison 10 va débuter en avril). Il y a un peu plus d'un an, j'avais parlé des débuts de la saison 1, intéressants, divertissants, sans plus.

cinéma,cinema,film,films,france,télévision,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   L'intrigue est toujours construite autour de la périlleuse association de la capitaine Crivelli (Béatrice de La Boulaye, excellente) et de la commandante Sainte-Rose (Sonia Rolland, raide comme un I). Autant la première est bordélique, gouailleuse, joviale voire paillarde, autant la seconde est rigoureuse, austère voire ennuyeuse.

   Enfin, ça, c'était dans la saison 1. Les scénaristes ont eu l'intelligence de faire évoluer leurs principaux personnages féminins. La fantasque Crivelli a gagné en professionnalisme et cherche désormais une relation stable. La pointilleuse Sainte-Rose connaît quelques moments de faiblesse et aime s'abandonner dans les bras musculeux d'un amant inavouable.

cinéma,cinema,film,films,france,télévision,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   ... Raté ! Ce n'est pas l'amant, mais le lieutenant Charlery, policier très bien implanté localement, qui seconde efficacement ses deux supérieures hiérarchiques. Il est interprété avec talent par Julien Béramis.

   L'épisode 7 est intitulé "Schoelcher", du nom d'une commune martiniquaise où se déroule une partie de l'intrigue. (Elle a pris ce nom à la fin du XIXe siècle, en l'honneur de l'un des acteurs de l'abolition de l'esclavage.) Le scénario, assez malin, conduit les enquêtrices à s'intéresser à la transsexualité...

cinéma,cinema,film,films,france,télévision,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Dans le huitième et dernier épisode de la saison ("La baie du Marin"), la commandante est au coeur de l'action : elle s'est fait enlever... sans que l'on sache, au début, par qui. La résolution de ce mystère ne manque pas de piquant (avec l'introduction d'hallucinations), même si cet épisode n'est pas exempt de clichés ni de maladresses dans le jeu de certains comédiens.

   Globalement, je trouve cette saison plus réussie que la précédente. Le duo d'actrices principales fonctionne très bien... et les vues de la Martinique sont belles.

samedi, 13 mars 2021

Un rêve d'Arizona

   Le vendredi soir, M6 poursuit la diffusion (au compte-gouttes) des inédits de la série NCIS. Un seul nouvel épisode nous est offert chaque semaine, suivi d'une brochette de rediffusions. Hier se terminait la saison 17, sur un superbe épisode, intitulé USS Arizona.

   C'est une référence à un navire de guerre (un cuirassé) américain, qui fut détruit lors de l'attaque japonaise sur Pearl Harbor, le 7 décembre 1941. À lui seul, il pèse pour près de la moitié des quelque 2 400 victimes.

cinéma,cinema,film,films,histoire,télévision,médis,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   L'enquête va conduire les agents fédéraux à s'intéresser à ce qu'il s'est passé dans les îles Hawaï, situées en plein océan Pacifique. Je rappelle que la base de Pearl Harbor se trouve à Honolulu :

cinéma,cinema,film,films,histoire,télévision,médis,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Mais, avant d'en arriver là, les enquêteurs vont devoir résoudre un mystérieux cambriolage. Qui a dérobé la purple heart reçue par la fille d'un amiral ? Pourquoi ? Et où se trouve désormais cette médaille ? Sur leur chemin, Gibbs et son équipe croisent un vieillard un peu fantasque, mais particulièrement buté :

cinéma,cinema,film,films,histoire,télévision,médis,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   J'ose espérer qu'en la personne de Joseph Smith les cinéphiles auront reconnu Christopher Lloyd, qui fit jadis le bonheur des salles obscures en incarnant (entre autres) le Doc' de Retour vers le futur et l'oncle Fétide de La Famille Adams.

   L'introduction de ce personnage, qui se présente comme l'un des rescapés de l'attaque, donne lieu à plusieurs scènes émouvantes. L'une d'elles conduit Gibbs au mémorial consacré au célèbre navire, qui n'a pas été renfloué après la guerre.

cinéma,cinema,film,films,histoire,télévision,médis,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

cinéma,cinema,film,films,histoire,télévision,médis,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

cinéma,cinema,film,films,histoire,télévision,médis,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Cet épisode est aussi l'occasion pour les scénaristes de montrer un Gibbs vieillissant, commençant à faire le bilan de sa vie. On nous prépare doucement à l'arrêt de la série. La saison 18 ne compte que seize épisodes (covid oblige). La saison 19 sera sans doute la dernière.

dimanche, 07 mars 2021

Red Eye

   Encore un week-end sans cinéma... J'aurais pourtant bien besoin de ma dose, pour m'aider à supporter ce monde violent et stupide. Comme durant le premier confinement, je me suis tourné vers une plateforme à laquelle je suis inscrit depuis des années. Parmi les services qu'elle propose figure la vidéo à la demande, gratuite et payante. J'ai tenté ce petit  thriller, sorti en 2005 en France avec comme sous-titre Sous haute tension.

cinéma,cinema,film,films

   C'était l'occasion de voir Rachel McAdams et Cillian Murphy (plutôt) en début de carrière. À l'époque, la première n'avait pas encore tourné Serial Noceurs, Sherlock Holmes, Minuit à Paris ni Game Night. Le second n'avait pas encore été remarqué dans Le Vent se lève, The Dark Knight Rises, Inception, Time Out et Dunkerque.

   Elle incarne Lisa, la gérante d'un hôtel de luxe à Miami. Un soir, à l'aéroport de Dallas, son vol de retour est décalé. Elle est contrainte de prendre un de ces vols de nuit (red-eye flights) courants aux États-Unis. Décollant entre 22h et 1h du matin, ils atterrissent vers 5-6h, faisant économiser une nuit d'hôtel à leurs passagers. (En fonction du type d'avion, le trajet Dallas-Miami s'effectue en quatre à sept heures.)

   Dans la file d'attente, Lisa fait la connaissance de Jackson, un charmant jeune homme, assez sûr de lui et visiblement attiré par la jeune femme. Cependant, une fois dans l'avion, ce qui avait démarré comme une comédie sentimentale tourne au polar. Lisa se retrouve mêlée à un complot. Le film (réalisé par Wes Craven tout de même) prend la forme d'un huis clos. Ce n'est pas nouveau-nouveau (et ça ne l'était pas à l'époque), mais c'est bien fichu.

   La dernière étape se déroule au sol. Craven met en scène un superbe mano à mano entre les deux personnages principaux. Je pense que c'est l'un des rôles les plus intéressants qui aient été confiés à Cillian Murphy... et Dieu que Rachel McAdams a du charme... et du tempérament !

22:18 Publié dans Cinéma, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, cinema, film, films

dimanche, 28 février 2021

Vienna Blood (2)

   C'est le titre d'origine de la série qui, en français, s'appelle Les Carnets de Max Liebermann. La semaine dernière, les téléspectateurs de France 3 ont pu découvrir les premières aventures d'un duo composé d'Oscar, inspecteur bourru, et Max, jeune médecin à la croisée des chemins.

2 d.jpg

   Cette fois-ci, nos Sherlock Holmes et Docteur Watson autrichiens (inversés) sont confrontés à ce qui ressemble à un tueur en série. L'affaire risque de prendre une tournure particulièrement déplaisante : l'entourage du médecin est à son tour menacé.

2 c.jpg

   Paradoxalement, c'est dans la vie personnelle du héros que les rebondissements sont les plus nombreux. Il semble hésiter entre deux femmes (une blonde et une brune... comme c'est original), sans se l'avouer. Il voit aussi avec inquiétude son père nouer des contacts commerciaux avec des gens aux intentions troubles.

   Cela nous mène à l'arrière-plan historique. Une société secrète raciste et antisémite se développe, de manière souterraine. Les enquêteurs se demandent s'il n'y a pas un lien avec la série de crimes récemment commis.

   L'aspect reconstitution du passé est (à mes yeux) le plus intéressant. On nous montre les débuts de la psychanalyse et les tentatives du héros pour la mettre en pratique à l'hôpital où il travaille. La vie culturelle est insérée dans l'intrigue, par l'intermédiaire de la peinture et de l'opéra. Ce n'est pas vraiment novateur, mais c'est bien mis en scène. Enfin, le soin apporté aux décors et à la photographie nous font comprendre très clairement à quel point les inégalités étaient criantes à l'époque.

   Même si je trouve cet épisode un peu moins réussi que le précédent, il mérite largement le détour.

Stag

   En anglais, ce mot peut désigner un cerf, mais aussi un célibataire, un spéculateur... et un enterrement de vie de garçon. Ici, il s'agit du titre d'une mini-série britannique de 2016, récemment mise en ligne sur le site d'Arte.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films

   C'est l'histoire d'une bande de potes réunie au fin fond de l'Écosse pour l'enterrement de vie de garçon d'Angus Johnners. On va vite découvrir que, dans le groupe de mecs (des yuppies en majorité), tout le monde ne s'apprécie pas. De plus, quelques-uns cachent de lourds secrets. Si vous ajoutez à cela des habitants du cru pas franchement amicaux (voire inquiétants) et le temps qui se met à l'orage, vous avez une idée de l'ambiance campée dans ce thriller mâtiné d'humour noir.

   Le premier épisode nous présente les personnages principaux, dont on se demande combien auront disparu à la fin de l'histoire. Il y a comme une ambiance à la Délivrance (de John Boorman).

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films

   Le deuxième épisode montre à quel point la partie de chasse dans l'Écosse sauvage est en train de dégénérer. Deux personnages semblent très inquiétants : le garde-chasse, qui, dans un premier temps, a laissé tomber ses riches clients imprudents, et un nouveau venu, Christophe, sensé avoir été invité, mais qui n'arrive qu'en cours de route. Il rejoint les rescapés dans une maison perdue au bord d'un lac. (Je saisis l'occasion pour signaler que les paysages sont superbes.)

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films

   Dans le troisième et dernier épisode, la situation semble se décanter. On aperçoit la personne qui tue... mais déguisée. Il semble qu'une vengeance ou un complot soit à l'oeuvre. Les derniers survivants sont déterminés à ne pas se laisser faire... mais les apparences sont souvent trompeuses... et certaines situations cocasses ! Les acteurs sont excellents et le suspens très bien tenu. L'intrigue se conclut sur une énième pirouette. (Il y avait complot dans le complot.)

   Je recommande vivement ce triptyque horrifico-comique.

lundi, 22 février 2021

Atomique Morse

   France 3 achève la rediffusion des anciens épisodes de la série Les Enquêtes de Morse. Parmi les derniers reprogrammés, je signale "Les Cartes en main", un petit bijou de polar, qui fait dialoguer les années 1960 avec notre époque.

télévision,cinéma,cinema,film,films,médias

   Les scénaristes ont quelque peu tordu la réalité pour intégrer tous les éléments de l'intrigue. Ainsi, les policiers d'Oxford (ville située au nord-ouest de Londres) récupèrent une affaire située à Bramford (à proximité d'Ipswich), affaire qui va les amener à s'intéresser à la centrale nucléaire de Bradwell, proche de la côte Sud-Est.

   Pour la petite histoire, je signale que cette centrale (aujourd'hui hors service) était (comme toutes les "vieilles" centrales britanniques... et certaines françaises) de type "magnox" (le nom vient de l'alliage dans lequel était fabriquée la tuyauterie).

   L'ambiance des années soixante est ressuscitée à l'aide des voitures, des coiffures et des tenues, celles des femmes étant choisies avec soin. C'est l'occasion de parler de deux personnages féminins, l'agent Trewlove et Joan Thursday.

télévision,cinéma,cinema,film,films,médias

   La première, interprétée par la (ravissante) Dakota Blue Richards, est une policière de base, toujours sur le terrain, reléguée à des tâches ingrates. Pourtant, à plusieurs reprises, elle a prouvé qu'elle était observatrice et capable de prendre de bonnes initiatives. Mais, à l'époque, surtout si elle était belle, une femme n'était pas considérée comme un véritable enquêteur de police. Je trouve aussi intéressant que les scénaristes ne la montrent pas succombant au charme de Morse. Elle apprécie le héros, qui respecte les femmes, mais n'est pas attirée par lui.

   La seconde, incarnée par Sara Vickers, est une adolescente puis une jeune femme de son temps, qui a envie de sortir, de rencontrer du monde, de se "lâcher". Pas facile quand on est la fille de l'inspecteur principal du poste de police... et qu'on a un petit faible pour le nouvel assistant de papa. À travers elle, les scénaristes illustrent les problèmes personnels des jeunes femmes, leur difficulté à s'affranchir de la domination masculine, tout en cherchant le rapprochement avec certains membres du sexe opposé.

   Outre le statut des femmes, l'épisode aborde l'opposition au nucléaire civil, ici à l'extension de la centrale... ce qui fait écho à l'époque contemporaine et au projet d'un nouvel équipement, baptisé Bradwell B.

   Pour le côté "vintage", je signale aussi une référence culturelle, qui intervient au cours d'un dialogue entre Morse et l'épouse de l'un des suspects. Le jour de la disparition du militant antinucléaire, elle dit être allée au cinéma, en ville, et avoir vu le film "sur le prisonnier qui devient coureur de fond". Il s'agit de La Solitude du coureur de fond. Je laisse à chacun le soin de découvrir quel lien il peut exister entre son intrigue et celle de cet épisode.

   P.S.

   France 3 a diffusé en janvier dernier les épisodes de la saison 7. Il y aura bien une huitième et ultime saison, qui verra le retour de Sara Vickers. Celle-ci a été absente de la saison 7 en raison d'un "heureux évènement", comme on dit pudiquement.

dimanche, 21 février 2021

Les Carnets de Max Liebermann

   Ces carnets sont ceux rédigés par un jeune médecin attiré par la psychanalyse naissante, à Vienne, en 1906. D'abord observateur, il finit par devenir le collaborateur d'un policier tenace, bourru et avide de justice, Oskar Reinhardt. Le début de leurs aventures fait l'objet de l'épisode diffusé ce soir sur France 3 : "La Justice de l'inconscient".

télévision,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités,histoire

   Les deux acteurs principaux (Matthew Beard et Jurgen Maurer) sont très convaincants. Ils sont épaulés par une pléiade de seconds rôles bien campés, de superbes décors, une belle photographie et une bonne mise en scène. Ainsi, sur l'image ci-dessus, on voit que l'apprenti psychanalyste (à droite) est placé en position de thérapeute pendant l'interrogatoire d'un suspect (au centre, assis) par l'inspecteur au méthodes rugueuses (debout, à l'arrière-plan, à gauche). Ce n'est pas nouveau-nouveau, mais l'association de ces deux personnalités contrastées fonctionne à merveille.

   Un autre atout de la série est la reconstitution politique et sociale de la Vienne du début du XXe siècle, à l'époque où elle a pu être considérée par certains comme la capitale (culturelle) de l'Europe. C'était le temps de l'Empire d'Autriche-Hongrie, sous la férule d'un François-Joseph vieillissant.

télévision,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités,histoire

   C'était aussi hélas une époque où l'antisémitisme avait pignon sur rue, en particulier à Vienne, dont le maire Karl Lueger (en place de 1897 à 1910) a misé sur la haine des juifs pour faire carrière. Son nom n'est jamais mentionné dans l'épisode diffusé ce soir, mais la ressemblance entre l'acteur qui l'incarne (ci-dessus, à gauche) et l'un des portraits qui ont été faits de lui  (à droite) ne laisse aucun doute.

   J'ajoute que l'on nous fait comprendre que les élites viennoises sont réticentes à accueillir dans leurs rangs la bourgeoisie juive, à laquelle appartient la famille de Max Liebermann.

   D'un point de vue culturel, c'est surtout l'essor d'un nouveau style de peinture qui est mis en avant, avec une exposition consacrée à Gustav Klimt. L'action se déroule un an avant la création du Portrait d'Adèle Bloch Bauer, un tableau dont les pérégrinations ont fait l'objet d'un très beau film sorti en 2015.

   J'ai donc beaucoup apprécié cet épisode, même si la caractérisation des personnages principaux et l'intrigue policière ne sont pas particulièrement novatrices. C'est de la belle ouvrage, à savourer de préférence dans la version originale sous-titrée (qui est en anglais, pas en allemand).

   Il faut saluer la programmation de France 3, qui continue à nous faire découvrir de (très) bonne séries britanniques !