Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 30 novembre 2016

Le choix de la continuité ?

   Les conseillers départementaux aveyronnais appartenant à la majorité de Jean-Claude Luche (30 sur 46) se sont réunis pour désigner le candidat de leur camp à sa succession. Cela fait plusieurs mois que les langues s'agitent à ce sujet. Cinq candidats s'étaient finalement déclarés, tous des hommes : Vincent Alazard, Jean-Claude Anglars, Jean-François Galliard, Jean-Philippe Sadoul et Bernard Saules.

politique,actualité,médias,presse,journalisme

   Dans une assemblée désormais totalement paritaire, il est étonnant que les cinq candidats soient du même sexe. Leur moyenne d'âge est d'environ 59 ans, le plus jeune en ayant 52, le plus âgé 68. C'est d'ailleurs celui-ci qui a été élu : Jean-François Galliard. La prime à l'expérience ? Du point de vue professionnel, oui. Et du point de vue politique ? Il n'est conseiller départemental que depuis 2011, vice-président depuis 2015, ce qui fait dire à certains qu'il a gravi décidément très vite les marches du pouvoir.  Ces mauvaises langues sous-entendent que certains de ses concurrents étaient plus qualifiés car plus expérimentés que lui. Ce serait oublier qu'auparavant, il fut maire de Nant (de 1995 à 2008), même s'il fut battu par une liste de gauche en 2008.

   Mais revenons au scrutin. C'est dans La Dépêche du Midi qu'on peut en lire le compte-rendu le plus précis. Le premier tour n'a finalement mis aux prises que trois candidats, Jean-Philippe Sadoul et Bernard Saules ayant décidé de jeter l'éponge... peut-être sur les conseils d'amis bien placés. Résultat ? Une égalité parfaite entre les deux favoris, Jean-Claude Anglars et Jean-François Galliard, avec 12 voix chacun. Vincent Alazard arrive troisième, avec six voix. On notera que personne ne s'est abstenu ou n'a voté blanc... et que tout le monde était présent. Quel civisme ! Cela veut aussi dire que Jean-Claude Luche, le toujours président du Conseil départemental, a exprimé un vote... oui, mais lequel ? Mystère.

   Le second tour n'a pas plus permis de départager les deux candidats arrivés en tête, puisqu'ils ont obtenu 15 voix chacun. Damned ! Comment désigner le vainqueur ? Au bénéfice de l'âge ? A la longueur du pénis en érection ? Allait-on devoir organiser un duel entre les deux prétendants ? Et pourquoi pas un combat dans la boue ? Que nenni ! On procéda à un troisième tour. (C'est à ce genre de détails que l'on reconnaît un pays civilisé.) Comme par miracle, ce troisième tour vit se dégager une (courte) majorité, à 16 voix contre 14 pour Jean-François Galliard. Jean-Claude Anglars fou de rage, insulta l'assemblée, cracha par terre, renversa les tables et les chaises félicita dignement son adversaire victorieux. Celui que l'on a parfois surnommé "Mini-Luche", l'élu ultra-local cumulard, omniprésent dans la presse, celui dont on disait qu'il disposait des meilleurs réseaux, a été battu.

   Les supputations vont bon train concernant l'élu-e qui a fait basculer ce scrutin historique. D'abord, il ne faut pas exclure que plusieurs élu-e-s aient changé de vote (dans les deux sens), et qu'au final un-e de plus ait basculé en faveur de Jean-François Galliard. Le plus cocasse serait que l'élu à bascule soit Jean-Claude Luche lui-même. Mais je n'y crois guère. Pour qui suit un peu la politique aveyronnaise, il semble que l'actuel président du Conseil départemental, bien que très proche de l'élu de Sébrazac, ait plutôt misé sur les compétences (et la disponibilité) de l'ancien fiscaliste, de surcroît âgé de 68 ans, donc peu susceptible de s'incruster dans le poste. Il y a fort à parier que, s'il est élu président, l'ancien maire de Nant placera ses pas dans ceux de son prédécesseur.

   P.S.

   La désignation de Jean-François Galliard comme candidat de la Majorité départementale est aussi une petite révolution, puisque, s'il est élu en 2017, il sera le premier président du Conseil départemental à ne pas être né dans l'Aveyron depuis... Paul Ramadier, soit près de 70 ans. En effet, Jean-François Galliard est né à Alger, en 1948. Il est arrivé à Nant, avec ses parents, en 1962, année de l'indépendance de l'Algérie. C'est donc un "pied-noir".

Commentaires

"L'Hebdo" de cette semaine contient quelques informations intéressantes sur le scrutin. Sous la plume de Benjamin Laumaillé, on apprend que, si tous les votes ont été exprimés, trois conseillers départementaux avaient donné procuration aux premier et deuxième tours. Cela donne donc un taux de présents de 90%, ce qui n'est déjà pas mal.

Mais, ô surprise, à l'issue du deuxième tour qui s'est achevé par une égalité parfaite (15-15 et non pas 16-16, comme sous-entendu dans l'article), un quatrième conseiller, et pas n'importe lequel (le vice-président Alain Marc) a donné procuration... pour le troisième tour. A-t-il eu une urgence ? Si oui, laquelle ? Sinon, que penser de ce manque de courage, qui consiste à se décharger sur un autre de la responsabilité d'un vote ? Dans le cas qui nous occupe, il y a la crainte de mécontenter la moitié des conseillers départementaux (et certains de leurs proches), une attitude risquée pour qui compte se représenter aux élections sénatoriales...

Cette quatrième procuration a-t-elle fait basculer le scrutin ? En tout cas, d'après B. Laumaillé, elle a été confiée à... Jean-Claude Luche, que l'on peut donc sans doute qualifier de faiseur de roi.

Écrit par : Henri Golant | samedi, 03 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire