Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 30 octobre 2015

Ni le ciel ni la terre

   Le jeune réalisateur Clément Cogitore mêle deux styles très différents dans cette oeuvre ambitieuse, dont l'action se déroule à la frontière afghano-pakistanaise.

   C'est d'abord un film de guerre, qui évoque l'action de l'OTAN (et plus particulièrement de l'armée française) contre les talibans, dans une zone reculée, très traditionaliste, où les villageois ont des coutumes qui peuvent sembler étranges, y compris à d'autres Afghans.

   Cela nous mène à l'autre angle d'attaque de l'histoire : l'intervention du surnaturel (ou de ce que l'on prend pour tel). Dans cette zone de combat, soudain, des soldats (des deux camps) commencent à disparaître, sans laisser la moindre trace. Le Projet Blair Witch débarque en pleine guerre contre le terrorisme !

   A l'écran, cela donne deux types d'images. Les soldats maîtrisent (ou pensent maîtriser) la situation le jour. On les suit dans leur vie quotidienne, pas trépidante... sauf quand se déclenche une escarmouche avec les talibans du coin. Les relations avec les paysans du village le plus proche ne sont pas non plus toujours très cordiales. Notons que le réalisateur a été sensible à la beauté minérale des paysages de montagne.

   Mais c'est la nuit que surviennent les véritables problèmes. Les personnages nous sont montrés à travers des caméras thermiques (ou des viseurs nocturnes). Cela renforce l'angoissante étrangeté de certaines scènes... et c'est filmé avec une incontestable maîtrise.

cinéma,cinema,film,films

   A cela s'ajoute une interprétation de grande qualité. Jérémie Renier (déjà remarquable dans Cloclo) crève l'écran... mais pas tout seul. Les seconds rôles sont eux aussi excellents. Ils donnent de l'épaisseur aux personnages de jeunes soldats, des hommes ordinaires qui se retrouvent confrontés à quelque chose qui les dépasse.

   Je mets quand même un gros bémol à mon enthousiasme : la conclusion de l'histoire. On sent que le réalisateur n'a pas trop su comment terminer. C'est dommage, mais cette déception mise à part, le film est très bon.

12:21 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, cinema, film, films

Les commentaires sont fermés.