Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 05 mai 2018

Winter Brothers

   Cette histoire tourne autour de trois héros : deux frères et la mine de calcaire danoise où ils travaillent, au sein d'une communauté qui vit dans des préfabriqués. C'est le Danemark d'en bas, isolé, précaire, avec un environnement de travail étrangement sommaire.

   De ce matériau brut, le réalisateur islandais Hlynur Palmason a fait un film noir... dans un écrin blanc, qu'il soit neigeux ou crayeux. Incontestablement, il a le sens du cadrage, nous proposant de très belles scènes d'extérieur. Il a su aussi jouer sur les formes géométriques des bâtiments et les lumières utilisées (ou pas) dans les tunnels. Parfois, il faut un peu de temps pour comprendre ce qu'il se passe.

   On suit plus particulièrement Emil, le cadet des deux frères, plus maigre que l'aîné et que les autres mineurs. On le pense asocial, un peu dérangé... mais il est habile de ses mains. C'est notamment lui qui bricole un tord-boyau artisanal (à partir de produits chimiques...), qu'il vend (en douce) dans l'enceinte de la mine. C'est aussi un chapardeur. En dehors du boulot, il dort, se balade en forêt, regarde des cassettes vidéo (sur le maniement des armes)... et mate une ravissante brune, qu'il rêve de conquérir.

   Autant vous prévenir : l'intrigue ne prend pas le chemin de la comédie sentimentale. L'un des mineurs tombe gravement malade, peut-être à cause de ce qu'il a bu. Les relations se tendent à la mine... et au campement. Cela donne un beau film, implacable et sobre, mais qui n'incite pas à l'optimisme.

15:48 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, cinema, film, films

Écrire un commentaire