Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 28 juin 2019

Nevada

   C'est dans cet Etat des Etats-Unis que se trouve l'une des prisons participant au programme de réhabilitation des détenus par le cheval, tout en contribuant à la sauvegarde des mustangs, ces chevaux sauvages nord-américains qui descendent d'animaux domestiques apportés jadis par les Européens.

   La première scène, sans dialogue, est un superbe plan de "corraling", cette technique de capture dont le principe est de poursuivre les animaux que l'on veut piéger jusque dans un grand enclos, que l'on referme après leur passage. C'est très bien filmé, à l'image de tout le long-métrage , qui se signale aussi par la qualité de la photographie.

   Roman Coleman (Mathieu Schoenaerts, impeccable, comme d'hab') est emprisonné depuis une douzaine d'années, pour un acte que l'on ne découvre que tardivement dans l'histoire. C'est un condamné mutique, mais pas du genre serein : c'est une boule de nerfs prête à exploser.

   Sa chance est de se voir offrir de participer à ce programme de réhabilitation. Au départ, il est utilisé pour ramasser la merde. Mais il semble avoir un don avec les animaux. Avec un en particulier, un étalon sauvage récemment capturé, particulièrement rétif au dressage. Le cheval claustrophobe qui martèle la porte du hangar où il est enfermé est un double du détenu, aussi sauvage que lui.

   Une belle histoire s'amorce, avec ses hauts et ses bas. Attention : ce n'est pas un conte de fées. Le héros peine à tisser des liens avec le cheval qu'il est chargé de préparer pour une vente aux enchères, qui permet de financer le programme. Dans le même temps, il a vraiment du mal à renouer avec sa fille (une mineure déjà enceinte), seule personne à lui rendre visite à la prison.

   Outre la beauté des plans (les chevaux étant très bien filmés), j'ai aimé cette histoire âpre, qui voit un détenu pour lequel une porte semble s'ouvrir se retrouver entre le marteau et l'enclume, la vie au pénitencier n'étant pas de tout repos. En cette période canicule, c'est une excellente raison d'aller s'enfermer dans une salle obscure climatisée.

Commentaires

Oui c'est beau, admirablement filmé. On dirait un western. La scène de la tempête. Mathias et sa fille. Le cheval qui va vers l'homme...
Et Mathias...

Écrit par : Pascale | samedi, 29 juin 2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire