Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 08 octobre 2020

Lupin III - The First

   Ce film d'animation japonais met en scène Edgar de la Cambriole, un personnage dont les spectateurs français ont pu, l'an dernier (re)voir l'une des premières aventures (Le Château de Cagliostro). Notons que la sortie de ce film survient un an et demi après la mort de Monkey Punch, le créateur de Lupin/Edgar.

   L'action débute en France, pendant la Seconde Guerre mondiale. Des nazis tentent de mettre la main sur le journal d'un archéologue, fin connaisseur d'une ancienne civilisation détentrice de redoutables secrets technologiques. La séquence se termine par un accident dont, dans un premier temps, les spectateurs ne perçoivent pas tous les tenants et aboutissants.

   Des années plus tard, on retrouve le fameux journal exposé dans un musée... et objet de toutes les convoitises... notamment celle d'Edgar, le héros insaisissable et rigolard, qui prend plaisir à narguer les policiers maladroits qui le poursuivent. Mais, sur ce coup-là, le petit-fils d'Arsène Lupin doit affronter une redoutable concurrence féminine : son éternelle rivale, la sublime et fatale Fujiko Mine... et une étrange policière, dont l'intérêt pour le journal suscite des interrogations. J'ajoute que dans l'ombre agit une mystérieuse organisation, nostalgique d'un ordre totalitaire heureusement disparu.

cinéma,cinema,film,films

   C'est donc rocambolesque à souhaits, quelque part entre James Bond et Les Aventuriers de l'Arche perdue. L'humour est bon enfant, décontracté, pas vulgaire, quoique gouailleur, parfois. Il ne faut pas toujours s'attacher à la vraisemblance des situations. J'ai été séduit par cet improbable enchaînement de péripéties, qui mélange les Akkadiens, les trous noirs, Adolf Hitler... et un samouraï !

   P.S.

   Fait étonnant pour ce type de production, l'image est hyper-chiadée, et pas qu'au niveau des décors. Sur un grand écran, la virtuosité de l'animation éclate, avec des effets parfois somptueux.

22:51 Publié dans Cinéma, Japon | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : cinéma, cinema, film, films

Commentaires

Et bien tu m'as convaincue. J'irai.

Écrit par : Pascale | vendredi, 09 octobre 2020

Répondre à ce commentaire

C'est juste un bon divertissement.

Ce n'est pas aussi emballant qu'un Miyazaki, mais j'ai quand même été agréablement surpris par la qualité graphique, très supérieure (dans mon souvenir) à celle de la série télé consacrée jadis au même personnage.

P.S.
J'ai vu le film en version japonaise sous-titrée.

Écrit par : Henri G | vendredi, 09 octobre 2020

Bonsoir Henri Golant, j'ai énormément aimé ce film : beaucoup d'humour, un peu spielbergien. Divertissant. Bonne soirée.

Écrit par : dasola | dimanche, 11 octobre 2020

Répondre à ce commentaire

Le personnage principal m'a déçue. J'ai l'impression que tout le monde est beau sauf lui (oui, la beauté c'est important) et puis après un début que j'ai trouvé MAGNIFIQUE... ça se met à exploser un peu trop dans tous les coins.
Visuellement, c'est vraiment très beau.

Écrit par : Pascale | lundi, 19 octobre 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire