Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 03 décembre 2016

L'hémicycle de Midi-Languedoc

   Il en a été question aujourd'hui dans un article du quotidien Midi Libre. C'est l'un des sujets de déconnade au sein de la nouvelle (et artificielle) grande région... Mais ne riez pas trop, parce que c'est avec notre pognon que cela se fait !

   Voilà le problème : le conseil régional de Midi-Languedoc est composé de 158 élus, soit presque la somme exacte du nombre d'élus des anciens conseils régionaux de Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon (91 + 68 - 1). Or, aucun bâtiment officiel existant ne peut contenir un groupe aussi nombreux. Du coup, c'est... au parc des expositions de Montpellier que se déroulent les assemblées plénières. Voici ce à quoi cela ressemble :

politique,actualité,presse,médias,journalisme,occitanie

   On nous a vendu la fusion comme devant être une source d'économies... On attend de voir. En tout cas, cette histoire d'assemblée plénière est en train de devenir une plaie budgétaire. D'après ce qu'a dit Carole Delga au cours de la dernière réunion, la visio-conférence serait sur le point de se mettre en place pour les commissions sectorielles, ce qui limiterait les déplacements. Néanmoins, il reste le cas des assemblées plénières et des réunions de la commission permanente.

   Construire ex-nihilo un nouveau bâtiment pour un usage somme toute limité serait, en ces temps de frugalité budgétaire, très mal vu (et sans doute superflu). On pourrait donc se contenter de louer une salle pour les quelques réunions qui s'imposent... Mouais. Il existe une autre solution, plus audacieuse, mais qui permettrait de réaliser de substantielles économies (à partir de 2021), sans remettre en question le fonctionnement du conseil régional : la réduction du nombre d'élus, d'au moins 30 %. Si l'on va jusqu'au tiers, l'assemblée plénière perdrait 53 conseillers, pour passer de 158 à 105 membres, ce qui ne serait guère plus élevé que le total de conseillers de l'ancienne région Midi-Pyrénées (91). Je pense que l'hémicycle toulousain pourrait supporter cette modification, sans qu'il soit nécessaire d'engager de dispendieux travaux.

   La conséquence serait la diminution de la représentation de chaque département. Pour les Aveyronnais, cela conduirait à passer de 8 à 5 conseillers régionaux... que de toute façon l'écrasante majorité de la population ne connaît pas. Pour rappel, voici ceux qui ont été élus en 2015 :

politique,actualité,presse,médias,journalisme,occitanie

   Le principal changement survenu depuis est le remplacement de Dominique Reynié par Christophe Saint-Pierre.

Écrire un commentaire