Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 10 décembre 2016

Mademoiselle

   Park Chan-Wook, le brillant réalisateur de Old Boy et de Je suis un cyborg, s'est lancé dans l'adaptation d'un roman britannique, qu'il a transposé dans la Corée sous occupation japonaise, dans les années 1930-1940. (La présence de soldats japonais, visible à plusieurs reprises, est sans doute liée à l'invasion de la Chine, pour laquelle la Corée a servi de base arrière.)

   Ce passionnant thriller fonctionne sur le principe des faux-semblants : ce que l'on voit à l'écran n'est qu'une version de l'histoire... pas forcément la bonne. Cela commence dès la séquence dans le local des truands, qui s'achève sous la pluie par des répliques qui ne prennent tout leur sens que bien plus tard.

   La première partie nous est racontée du point de vue d'une voleuse qui se fait engager comme servante (incarnée par une actrice inconnue, retenue à l'issu d'un imposant casting... et vraiment canon). On pourrait appeler cela "La vie, l'amour, la guerre, l'argent". A peu près tout le monde ment dans cette histoire, pour des raisons différentes. On comprend très vite que l'oncle de la richissime héritière est une crapule, mais on ne découvrira à quel point que dans la toute dernière partie du film.

   La première heure nous compte la mise en place d'une arnaque, dans un cadre magnifique. Dès l'arrivée de la servante dans la propriété, on est saisi par la beauté des paysages et l'habileté des mouvements de caméra. Le réalisateur se montre aussi expert dans l'utilisation des espaces intérieurs, avec un jeu parfois ironique sur les mouvements des parois coulissantes.

   Toutefois, au bout d'une heure, on se rend compte qu'il y a arnaque dans l'arnaque. Je ne vais bien entendu pas dire pourquoi. C'est le moment que choisit Park Chan-Wook pour nous montrer l'envers du décor, avec quelques pointes d'humour... et une pincée d'érotisme. A la fin de cette deuxième partie, on se dit qu'il n'a toutefois pas tout expliqué. C'est parce qu'il en a gardé sous le coude.

   Et nous voilà partis pour le troisième volet de l'intrigue (plus court), qui permet de comprendre certains détails (comme la présence d'une corde à un arbre)... et qu'il y a arnaque dans l'arnaque de l'arnaque ! C'est savoureux et trépidant, le scénario ménageant des rebondissements quasiment jusqu'à la fin. La conclusion m'a cependant paru inutile, ce qui n'enlève rien aux mérites de ce film extraordinaire, foisonnant et très bien interprété.

11:10 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, cinema, film, films

Écrire un commentaire