Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 11 décembre 2016

Doctor Strange

   C'est ce qu'on appelle une séance de rattrapage. J'ai trop tardé avant de me décider à aller voir ce film qui, du coup, n'était plus programmé ou alors uniquement en 3D, un calvaire de près de deux heures que je refuse d'imposer à mes yeux.

   Et pourtant, au vu de la qualité des effets spéciaux (parmi les plus spectaculaires qu'il m'ait été permis d'observer), le visionnage en 3D peut se justifier dans le cas de ce film. Dès la séquence inaugurale, on nous en met plein la vue, avec, de surcroît, l'intervention de deux très bons acteurs : Tilda Swinton et Mads Mikkelsen, qui fait de nouveau un très bon méchant.

   Mais, bien vite, l'attention des spectateurs est focalisée sur Stephen Strange, sorte de décalque de Tony Stark : il est jeune, beau gosse, brillant, arrogant, riche. Dans le rôle, Benedict Cumberbatch est à son aise, même si, pour le public de la version française, il faut s'habituer à une voix de doublage qui n'est pas celle qu'on lui connaît, notamment dans la série Sherlock. Clin d'oeil du scénario : quand Strange émerge d'un immeuble londonien où il a été téléporté, il se trouve 177 A, Bleecker Street, une possible référence au célèbre 221 B Baker Street. (Mais c'est aussi une adresse de Strange dans la bande dessinée d'origine.)

   A partir du moment où Strange perd presque tout, l'histoire prend de l'épaisseur, même si l'on n'échappe pas aux idées reçues sur les philosophies religions orientales. Le nouvel apprenti magicien se révèle là encore doué, ce qui fait qu'il brûle les étapes... et permet à l'intrigue d'avancer !

   Ce sont de nouveaux les effets spéciaux qui occupent l'attention. C'est vraiment impressionnant, bien que l'accumulation puisse lasser, à la longue. Fort heureusement, on a émaillé certaines scènes de pointes d'humour, qui rendent l'ensemble moins sentencieux (un défaut majeur à mes yeux de certains films de super-héros). Au départ, c'est l'humour sarcastique du chirurgien (et celui de sa charmante collègue) qui font mouche. Par la suite, ce sont les difficultés du nouvel apprenti qui sont sources de gag. La séquence la plus drôle est pour moi celle de l'opération que subit Strange, alors que son double astral se bat avec l'un des "zélotes". J'ai aussi apprécié tout ce qui a trait à la cape de lévitation, presque un personnage en soi (un peu comme la Chose dans La Famille Adams).

   Bref, ce n'est sans doute pas un grand film, mais c'est incontestablement un bon spectacle, à voir sur grand écran.

   P.S.

   Ne quittez pas la salle trop vite : le générique s'interrompt pour nous livrer une scène bonus, entre le héros et un type que l'on a l'habitude de voir porter un gros marteau. C'est drôle... mais c'est surtout l'annonce d'un prochain film... et ce n'est pas terminé : on revoit l'un des personnages de Doctor Strange au bout du bout.

12:43 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, cinema, film, films

Écrire un commentaire