Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 09 décembre 2016

Louise en hiver

   Ce film d'animation est assez culotté : son héroïne est une vieille femme misanthrope, qui se retrouve seule dans une station balnéaire normande, un soir de septembre, après avoir raté le dernier train. Et les grandes marées de septembre arrivent...

   Il faut tout de suite signaler la grande réussite à la fois scénaristique et visuelle du film : nous faire croire que l'héroïne se retrouve sur île, alors qu'elle est coincée sur une portion du continent coupée du monde. On suit donc notre Robinson du troisième (quatrième) âge, en plein stage de survie autour d'une plage déserte... et la mamie se débrouille plutôt bien ! Elle va même réussir à mettre en culture la portion de terre la plus fertile du coin : le vieux cimetière de l'église paroissiale ! Ça et le produit de la pêche (et de la cueillette) vont lui permettre de passer l'automne, l'hiver... et même davantage.

   Bien que prenants pour une dame âgée, les travaux physiques lui laissent amplement le temps de gamberger. Et voilà le passé qui ressurgit. Celui d'une enfant délaissée par sa mère, qui va finir par s'attacher à une grand-mère d'apparence revêche, mais qui va lui donner accès à un monde enchanté, celui de la campagne et de la débrouille.

   Louise revit aussi ses premières amours. La mémé misanthrope cache une ancienne amoureuse intense, gourmande même. Il semble que cela lui ait joué des tours. La perte de son premier amour lui revient en pleine figure. Et puis il y a le cadavre du parachutiste anglais, avec lequel elle dialoguait volontiers à l'époque.

   Louise va quand même se faire un nouvel ami, qu'elle va surnommer Pépère. Non, il ne s'agit pas de François Hollande, dont l'agenda récemment allégé lui laisse pourtant tout loisir pour faire la conversation à une grand-mère esseulée.

   L'intérêt de cette animation est aussi visuel : c'est une élégante gouache numérique, parfaitement adaptée à l'univers d'une plage battue par les vents et (parfois) inondée de soleil.

   L'intrigue semble se diriger vers une fin prévisible, mais, fort heureusement, on a décidé de nous surprendre aussi sur ce plan-là. Résultat : cette animation, furieusement poétique, est une découverte à ne pas manquer.

00:47 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, cinema, film, films

Écrire un commentaire