Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 21 juin 2017

K.O.

   Au sens littéral, le titre désigne l'état dans lequel se retrouvent certains participants à des combats de boxe (semi) clandestins, auxquels assiste le héros Antoine (Laurent Lafitte, magistral). Au sens figuré, le titre fait allusion à la sensation de chaos (un terme homophone du titre) qu'éprouve Antoine lorsqu'il sort du coma. L'une des clés de l'énigme est la cause de ce coma : est-ce une crise cardiaque ou une balle qui lui a été tirée dans la poitrine ? Nous voilà lancés dans la résolution d'une énigme psychologique, qui n'est pas sans rappeler Mulholland Drive de David Lynch. (C'est dire la qualité du scénario coécrit par Fabrice Gobert.)

   PARTIE 1 (environ 30 minutes)

   Antoine est un directeur de chaîne télévisée arrogant, déterminé, sans pitié. Tout ou presque lui réussit. Egocentrique, il ne se rend pas compte du malheur qu'il peut répandre autour de lui... jusqu'au jour où sa compagne (Chiara Mastroianni, assez bonne, pour une fois) décide d'écrire un roman à clés. En même temps, au boulot, les nuages s'accumulent... jusqu'à l'incident.

   Cette partie a le mérite de mettre en scène un prédateur et de pointer certaines des mauvaises habitudes du petit monde de l'audiovisuel, que l'auteur connaît bien. Au second degré, il y a peut-être aussi une dénonciation de la manière dont Vincent Bolloré a "repris en mains" le groupe Canal+.

 

   PARTIE 2 (environ 1h10)

   Antoine se réveille d'un long coma. Très vite, tout lui paraît bizarre. Certains visages familiers ne correspondent pas aux noms ou aux fonctions qu'il leur connaissait auparavant. Pire, il découvre qu'il n'est qu'un simple présentateur météo, en fin de course, et que ses diverses conquêtes ne semblent pas le connaître, à commencer par sa compagne !

   La satire sociale est toujours présente dans cette partie. Certaines personnes ont profité de l'absence du héros pour jouer leurs propres cartes. L'hypocrisie et l'ambition sont à leur comble. (Pour les acteurs, ça a dû être un bonheur d'incarner deux versions de leur personnage.)

   Plus étrange, certaines des répliques entendues dans la première partie refont leur apparition, prononcées par d'autres personnes, dans un contexte différent. Que se passe-t-il réellement ?

   On peut formuler quatre hypothèses.

   La première est qu'aucune des deux parties ne représente la réalité. Il s'agit de vies alternatives, créées par le cerveau du héros hospitalisé. Ses multiples pertes de conscience, suivies d'autant de réveils, penchent dans ce sens.

   La deuxième hypothèse est que les deux parties représentent la réalité. On en arrive à la conclusion que le héros a raison d'être paranoïaque : il est victime d'un complot. Mais qui l'a ourdi ? Et pourquoi ?

   La troisième hypothèse est que seule la partie 1 représente la réalité, la deuxième (cauchemardesque) se déroulant dans l'esprit du héros comateux : elle met en scène ses pires craintes.

   La quatrième hypothèse est le miroir de la précédente : seule la partie 2 représente la réalité, la première étant un fantasme du héros comateux, insatisfait de sa carrière télévisuelle comme de sa vie sentimentale.

 

   PARTIE 3 (environ 10 minutes)

   On retrouve l'Antoine de la partie 1... et l'on croit comprendre quelle est la bonne version... jusqu'aux trente dernières secondes, qui bouleversent à nouveau le schéma de l'intrigue. C'est passionnant... et tellement bien construit que cela a désarçonné une bonne partie de la critique et des spectateurs.

 

VOICI VENU LE MOMENT D'AIDER LES SPECTATEURS UN PEU MOUS DU BULBE OU CEUX QUI N'ONT PAS VOULU FOURNIR L'EFFORT DE RÉFLÉCHIR À CE QUI LEUR ÉTAIT MONTRÉ À L'ÉCRAN.

DONC, SI VOUS N'AVEZ PAS ENCORE VU LE FILM ET QUE VOUS DÉSIREZ PRÉSERVER LE CHARME DE LA DÉCOUVERTE, IL VAUT MIEUX ÉVITER DE LIRE CE QUI SUIT.

Là, je vois que vous avez ralenti sur la barre de déroulement, pensant que cette partie du texte, rédigée en caractères de taille plus réduite, allait vous donner la solution de l'énigme... Eh bien non ! Nananèreux !

JE COMPRENDS LA FRUSTRATION DES CINÉPHILES QUI, EN LISANT DES CRITIQUES DE SPECTATEURS, CHERCHENT UNIQUEMENT À SE FAIRE UNE OPINION (POUR DÉCIDER SI TEL FILM VAUT LA PEINE D'ÊTRE VU EN SALLE) ET QUI SE RETROUVENT AVEC UNE CHRONIQUE QUI EN EXPOSE LES MOINDRES DÉTAILS.

   Sans révéler le contenu des trente dernières secondes, je peux dire qu'elles incitent à penser que la partie 2 est la réalité, les parties 1 et 3 formant un seul bloc, celui d'une vie fantasmée par un homme qui a connu non pas un mais deux comas. De surcroît, pour que l'histoire soit bien lisible, il faudrait regarder le film dans un ordre différent : partie 2, puis parties 1 et 3. (Même si cela fonctionne aussi en gardant l'ordre des parties, je penche pour une déconstruction plus subtile.) Dans la réalité, Antoine se réveille après un premier coma (suite à sa crise cardiaque). C'est le coup de feu du policier qui le plonge dans le second, où il revit sa vie, de manière modifiée, imaginant que c'est son rival qui lui tire dessus et inversant leurs positions sociales par rapport à la réalité. C'est là que le choix de l'acteur est déterminant : on est tellement habitué à voir Laurent Lafitte interpréter des personnages puissants qu'on a tendance à penser que ce sont les parties 1 et 3 qui sont réelles.

   Il reste le cas des phrases répétées. On a visiblement demandé à Laurent Lafitte de réagir d'une certaine manière quand il est censé les entendre à nouveau, dans la partie 2. En réalité, ces phrases le marquent non pas parce qu'il les a déjà entendues mais parce que ce sont des formules chocs, souvent blessantes et qu'il en souffre. Dans la réalité alternative de son coma, il s'attribue les plus mordantes, se donnant un rôle de vainqueur.

   Je reconnais deux limites à ma théorie. La première est que, dans la partie 2, dès son réveil, le héros affirme que c'est son rival qui lui a tiré dessus, comme s'il fallait voir les parties dans un ordre chronologique. (On pourrait aussi affirmer que la partie 1, vue après la partie 2, ne fait que concrétiser dans le fantasme les préjugés du héros.) La seconde limite est l'arrivée du révolver entre les mains d'Antoine, un peu trop belle... ou alors il y a un truc qui m'échappe. (Cela pourrait accréditer l'hypothèse que tout est fantasmé... ou alors c'est que les scénaristes, à force de vouloir déjouer la sagacité des spectateurs, se sont un peu emmêlé les pinceaux.)

JE DOIS DIRE QUE JE SUIS ENTIÈREMENT D'ACCORD AVEC CE POINT DE VUE ET QUE RIEN NE M'AGACE PLUS QUE CES ABRUTI-E-S QUI DÉVOILENT TOUT D'UN FILM QU'ILS (ELLES) ONT VU AVANT LES AUTRES.

BON, SI VOUS ÊTES ARRIVÉS LÀ APRÈS AVOIR TOUT DÉROULÉ, PENSANT QUE LA SOLUTION SE TROUVAIT A LA FIN DU BILLET, VOUS ÊTES GROSJEAN COMME DEVANT. JE VOUS RECOMMANDE D'ALLER VOIR UN PEU PLUS HAUT. ;)

21:27 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, cinema, film, films

Écrire un commentaire