Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 08 janvier 2022

355

   La signification du titre n'est donnée qu'à la fin de l'histoire : c'était le nom de code d'une espionne, dont l'identité est longtemps restée secrète. En quelque sorte, c'est une figure tutélaire pour la brochette de déglingueuses qui évolue sous nos yeux.

cinéma,cinema,film,films

   Au centre, un peu en avant par rapport aux autres, se trouve l'Américaine Mace, agent de la CIA, inévitablement interprétée par Jessica Chastain (qui coproduit le film). Lui tient la dragée haute l'Allemande Marie (Diane Kruger... mmmm). Les autres sont un peu un cran en-dessous : la Britannique Khadijah, meilleure amie de Mace (MI6 et CIA main dans la main ?), la Colombienne Graciela (Penelope Cruz, dans un rôle stéréotypé au possible)... et une Chinoise (il  y a vingt ans, ç'aurait été une Russe), la méticuleuse Lin (qui a les traits de Bingbing Fan). La distribution est de qualité... et remarquablement internationale, tout comme les dialogues.  (Dans la version originale, on entend parler anglais, espagnol, allemand, français, arabe, russe et chinois !)

   Avant de former une équipe soudée, les dames vont un peu se foutre sur la gueule, en particulier Mace et Marie, la seconde ayant subtilisé un sac que convoitait la première. S'en suit une affriolante poursuite dans les rues et le métro de Paris, Jessica Chastain en robe fleurie se lançant dans le 400 mètres haies pour tenter de rattraper une intrépide Diane Kruger à moto. J'adore! La rivalité entre les deux fortes têtes culmine dans une baston "poissonnière" du plus bel effet.

   Le problème est qu'après cette tonitruante première partie (succédant à une introduction explosive en Colombie), l'histoire patine un peu. Les espionnes commencent à s'apprivoiser et à déjouer les combines d'à peu près tous les mecs qui se dressent sur leur chemin, au Maroc comme à Shanghai. On est sur le point de tomber dans le film de copines quand, soudain, la violence masculine reprend le dessus, dans une séquence particulièrement intense.

   L'intrigue est cousue de fil blanc mais, franchement, c'est très correctement filmé et les actrices se donnent à fond. Le dénouement survient lors de l'attaque (spectaculaire) d'une suite, dans un hôtel de luxe. Même si je pense que cela sera assez vite oublié, c'est incontestablement divertissant.

00:11 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : cinéma, cinema, film, films

Commentaires

Sitôt vu, sitôt oublié.
Les filles qui se bastonnent ça doit effectivement plaire aux garçons. Au bout d'un moment je me suis amusée à me demander (pendant qu'elles s'occupaient à résoudre l'énigme) laquelle je trouvais la plus jolie. Ce fut longtemps Diane. Jusqu'à ce qu'apparaisse Bingbing. Et là... bing, mais ce n'est pas drôle.
C'est quand même mieux que Matrix même si ça n'a rien à voir, mais dans le genre film d'action je veux dire.

Écrit par : Pascale | samedi, 08 janvier 2022

Répondre à ce commentaire

Comme comédienne (pas forcément sur ce film), je trouve Jessica Chastain meilleure... mais je dois reconnaître que j'ai un faible pour Diane (dont j'ai appris incidemment qu'elle était très fière d'avoir retrouvé ses abdos après son accouchement, survenu après ses quarante ans).

Quant à "Matrix"... ce n'est plus vraiment un film d'action, en tout cas, ça l'est moins qu'auparavant.

Écrit par : Henri G. | samedi, 08 janvier 2022

Je parlais de la beauté des filles. C'est Diane et Bing que je préfère.

Écrit par : Pascale | dimanche, 09 janvier 2022

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire