Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 07 janvier 2022

Ma Trique IV

   Échaudé par l'avalanche de critiques négatives que la sortie du film a suscitée, j'ai tardé à tenter ma chance, comme un grand, dans une salle... et puis voilà encore un long-métrage qui n'usurpe pas sa dénomination : 2h30 de délire sociétalo-romantico-numérique, réalisé par Larry Lena Wachowski, sans son frangin sa frangine (dont je suis sans nouvelle depuis Cloud Atlas).

   La première demi-heure m'a emballé. On y croise Trinity vêtue de cuir noir, mais aussi une version "bis", plus jeune et asiatique, d'elle. J'aime bien ce petit côté badass... et puis Carrie-Ann Moss a de la classe, même quand elle incarne une MILF ! Il va cependant falloir longtemps s'en contenter, puisqu'après cet amuse-gueule bien foutu, le personnage est placé au deuxième voire au troisième plan... avant de resurgir pleinement dans la dernière demi-heure.

   En attendant, on retrouve Thomas Anderson, le créateur génial du jeu addictif (et profitable) "Matrix", englué dans une vie matériellement aisée mais spirituellement et sentimentalement vide... Cependant, est-ce sa véritable vie ? Le scénario laisse aux spectateurs la liberté de choisir leur version.

   Soit le début décrit la réalité et la suite fantasmagorique n'est que la vision de celles et ceux qui subissent un quotidien tristounet et tentent de vivre une existence exaltante, dans l'univers alternatif.

   Soit le monde qui apparaît réel n'est qu'une illusion, les humains étant plongés par la Matrice et ses concepteurs dans une léthargie contemplative... d'où une suite de péripéties mises en scène avec un incontestable brio. De plus les décors sont vraiment superbes.

   Alors, oui, on pourra reprocher à la réalisatrice de puiser dans le vieux livre de recettes, histoire de jouer sur la nostalgie des fans des premiers films. Les retours en arrière et les effets de miroir (une scène du nouveau film au regard d'une scène d'un ancien) sont loin d'être tous justifiés.

   Larry/Lana a aussi mis dans ce film tout ce qui le/la préoccupe sur le plan personnel : le statut des minorités sexuelles et ethniques, l'identité de genre, la quête (et la conservation) du grand amour... ainsi que ses relations avec Hollywood. J'ai savouré la mise en abyme que constitue la création d'une nouvelle mouture du jeu "Matrix", une allusion évidente à la sortie d'un nouveau film, ardemment souhaitée par la production, qui espère se faire des nouilles encore... Alors, combien de "bullet time" faut-il insérer dans l'intrigue ? Jusqu'à quel point peut-on insister sur les bastons ? N'oublions pas le côté geek et, surtout, le duo de héros iconiques, Trinity et Néo.

   Leur relation est la clé de l'intrigue, pas uniquement parce qu'elle motive l'élu à un point tel qu'il est prêt à revenir "dans le jeu". On finit par apprendre pourquoi la Matrice a survécu. La guerre montrée dans le précédent film s'est conclue sur une "paix des braves". À chacun son monde, mais l'un des deux est nourri par la tension amoureuse inassouvie subsistant entre Trinity et Néo... la première étant supposée morte. (Sur le fond, c'est loin d'être con : faute d'une vie amoureuse épanouie, nombre de personnes se plongent dans les univers virtuels sans retenue.) Et c'est ce même amour, s'il parvient à renaître, qui pourrait tout faire basculer.

   Vous en concluez que j'ai globalement apprécié. C'est moins sentencieux (pseudo-philosophique) que jadis, c'est superbe à voir sur grand écran, avec du bon son, de l'humour... et j'ai aimé retrouver l'un des plus beaux couples qui ait été créé au cinéma.

20:37 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cinéma, cinema, film, films

Commentaires

Merci pour les info sur le film docteur strange !

Écrit par : le prochain docteur strange | jeudi, 21 avril 2022

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire