Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 31 octobre 2008

Jar city

   Ah, l'Islande, ses geysers, ses côtes battues par les vents, sa campagne à la fois belle et revêche, ses banques en faillite nationalisées... Voilà le cadre idéal pour un polar génétique. En toile de fond se trouve la collation des données relatives aux génomes de la population islandaise (autour de 300 000 habitants... sur environ 100 000 km²... on ne se bouscule pas, sur l'île), une politique décidée par le gouvernement et mise en pratique par une entreprise de biotechnologie. Comme les Islandais descendent d'un même petit nombre de familles (scandinaves et un peu britanniques... je ne vous raconte pas les noms à coucher dehors qu'ils portent), leurs A.D.N. sont proches, les variations peu nombreuses, ce qui favorise l'étude des causes des maladies génétiques.

   Ce n'est que peu à peu que l'on voit se nouer les liens entre un meurtre, un viol (peut-être plusieurs), un jeune père de famille qui effectue des recherches étranges, des femmes assez âgées et un flic véreux retiré des voitures. Un passé nauséabond remonte à la surface... tout comme un cadavre et des odeurs qu'on croit d'abord être d'origine marécageuse. Vous mélangez ça avec une étude sociale (on vit plutôt replié sur soi dans le coin) et vous obtenez ce film, à l'humour parfois macabre. (Mais comment demander à plus de cent femmes si elles ont été violées 30 ans auparavant ?... Que faire quand l'assassin que vous pourchassez décide soudainement d'inverser les rôles et de se mettre à votre poursuite ?)

   L'enquête est menée lentement et sûrement. Ce trio de flics nordiques m'a un peu rappelé les policiers du Fargo des frères Coen. Un style à découvrir !

21:46 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

jeudi, 30 octobre 2008

W, l'improbable président

   Encore une biographie ! Celle-ci est consacrée à un personnage encore vivant... enfin pas politiquement parlant. Pour ceux qui n'ont pas suivi l'actualité internationale ces huit dernières années, ce film a une certaine utilité : il offre une vision de la vie de jeune adulte de l'actuel (et futur ex) président des Etats-Unis d'Amérique et lève un coin du voile sur le processus de prise de décision (au sein du pouvoir exécutif), en matière de politique étrangère en tout cas.

   On comprend mieux comment George W. Bush a pu devenir populaire : c'est un (ancien) beauf, pas méchant au fond, dont la carrière politique doit beaucoup aux relations de papa (qui pourtant le méprise à la base... pauvre, pauvre Boubouche) et à sa renaissance protestante. Beaucoup ont oublié son côté "gosse de riche" pour ne retenir que le symbole de l'Américain mâle moyen : pas futé, alcoolo sur les bords, cul-bénit franchement au milieu et simpliste dans sa vision du monde.

   Le problème est que le film n'émet pratiquement jamais une critique sur la carrière du fiston Bush. Oh, il y a bien quelques piques ici ou là(quand même, Oliver Stone doit défendre ce qu'il reste de sa réputation usurpée de réalisateur contestaire), parce que, sinon, l'aspect thuriféraire du film serait trop voyant. La musique est particulièrement agaçante. Elle contribue à présenter les défauts du président comme de pendables déviations, bien pardonnables après tout. A cela s'ajoute une interprétation de Josh Brolin assez faible. D'abord il n'est pas crédible en Bush vieux. Ensuite, il ne nous fait pas du tout sentir la nature de la foi qui anime le personnage. Cela apparaît comme extérieur à l'individu.

   De surcroît, la volonté affichée de faire uniquement une étude de caractère évite au réalisateur d'aborder les questions gênantes. On a davantage insisté sur la prétendue naïveté de W que sur son machiavélisme, à peine suggéré lorsqu'il est question de la première campagne présidentielle de son père. Il n'est absolument pas question de l'action de Bush comme gouverneur (uniquement de la campagne), pas plus que de sa politique intérieure une fois qu'il est devenu président. La fraude électorale de novembre 2000 est très très rapidement évoquée. Quant à la préparation de la guerre contre l'Irak, elle est emblématique du film : les propos tenus par certains personnages sont accablants mais, vu la manière dont c'est filmé et monté, le spectateur est tenté d'excuser tout ce joli monde de magouilleurs. On notera la vision exccessivement positive de l'action de Colin Powell, Condoleezza Rice étant présentée comme la "fayote" du président.

   C'est filmé plan-plan, O. Stone ayant cru subtil de faire jouer l'ombre et la lumière sur le visage de son personnage, en particulier quand il est censé prier. C'est vraiment un biopic bas-de-gamme.

15:56 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

mercredi, 29 octobre 2008

La Famille Suricate

   J'avais déjà vu ces bestioles, mais j'avais complètement oublié leur nom. J'ignorais aussi qu'une série télévisée leur était consacrée. Comme, à la base, j'aime bien les documentaires au ciné et que c'est la B.B.C. qui a produit la chose, je me suis laissé tenter, malgré des critiques peu encourageantes.

   C'est qu'ils sont trognons ces suricates ! On se sent proche de ces animaux intermédiaires entre la mangouste et le chat (les Britanniques les appellent meerkats, mot qui viendrait de l'afrikaans et signifierait "chat du lac" ou plutôt "chat des lacs"), qui ont quelques éléments de gestuelle similaires à ceux des humains, en particulier quand ils se dressent sur leurs pattes de derrière (et leur longue queue). Les trois premiers quarts d'heure passent donc comme un charme, surtout que l'armée de marmots emmenée là par des parents soucieux de divertissement éducatif n'est pas bruyante. Le commentaire de Guillaume Canet, qui donne souvent l'impression de lire un passage de la Critique de la raison pure (sans bien le comprendre), gâche toutefois un peu l'atmosphère.

   Plusieurs détails m'ont fait tiquer. Même si c'est précisé (en anglais) à la fin du film, au début du générique, la reconstitution opérée à propos de plusieurs séquences est gênante. Il apparaît parfois évident que ce qui est montré à l'écran ne correspond pas tout à fait (même s'il y a un rapport) au moment de l'histoire. Les personnages ne sont peut-être pas toujours ce qu'on nous dit qu'ils sont, ou en train de faire ce qu'on nous affirme qu'ils sont en train de faire. J'ai même perçu des éléments de scénarisation : je pense que toutes les séquences faisant intervenir le serpent ne sont pas fortuites (c'est-à-dire le produit de la pure observation, la seule méthode recommandable pour un documentaire digne de ce nom), même si, ici ou là, pour éviter de mettre  nos héros en danger, on a sans doute pratiqué la superposition d'images (lorsque certains prédateurs sont mis en scène notamment).

   Au final, c'est un peu long, mais agréable à regarder : entre deux scènes de suricates s'intercalent des plans parfois magnifiques de paysages africains.

   Un site sympa (en anglais...) :

http://www.bbc.co.uk/nature/wildfacts/factfiles/3021.shtml

15:36 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

mardi, 28 octobre 2008

Mesrine, l'instinct de mort

   Le premier problème à résoudre, concernant ce film, est celui de la prononciation du nom du "héros". Dans ma jeunesse, j'ai toujours entendu dire "Messe-rine", alors que, dans ce film, il est le plus souvent prononcé "Mérine". Voilà une énigme supplémentaire. Deuxième problème à résoudre : le caractère "tout public" du film. A mon avis, vu la violence qui émaille de nombreuses scènes, il faut que Thomas Langmann (ou son papa) ait de bonnes relations pour avoir évité un classement "interdit aux moins de 13 ans, même accompagnés, même armés d'un gros flingue".

   Cassel est excellent. Voilà un deuxième postulant sérieux (après Demaison pour l'interprétation de Coluche) aux César. Il arrive à faire croire en l'évolution de son personnage, de l'appelé du contingent à l'évadé du Canada, en passant par le porte-flingue et le braqueur invétéré. Les séquences où il incarne une sorte de "loveur" un brin maladroit sont aussi très réussies. En face, y a de grosses pointures aussi : Cécile de France est troublante en égérie hors-la-loi, tout comme Gérard Depardieu en truand raciste.

   La réalisation est très efficace. C'est trépidant, passionnant même parfois (même si on connaît un peu l'histoire... et surtout sa conclusion, rappelée en introduction). La technique du "split screen" (écran partagé) se justifie pleinement : elle instille l'angoisse et nous plonge dans l'époque (les années 1970, riches en polars à la française).

   Je pense que Richet a pris un malin plaisir à faire démarrer son film durant la guerre d'Algérie, façon pour lui de démontrer que la barbarie mise en oeuvre là-bas a eu des conséquences profondes ici (en métropole). C'est aussi là que s'installe l'ambiguïté : le portrait du voyou, qui ne cache aucun de ses défauts, reste, au fond, l'éloge d'un anticonformiste qui s'est élevé à la force du poignet, la véritable coupable étant, pour le réalisateur et son scénariste, la société (à travers la guerre coloniale, la lâcheté des parents, la brutalité du milieu, la mentalité quasi nazie d'une partie du personnel pénitentiaire...). On peut goûter le film sans partager tous ses apriori.

19:19 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

lundi, 27 octobre 2008

Le bal des lucioles

   A part le fait qu'il s'agisse d'animations et (en partie) des lucioles, il n'y a guère de rapports entre cet ensemble de courts-métrages et Le Tombeau des lucioles (sublime drame poétique). On nous propose ici quatre courts-métrages lettons, réalisés à la main (moulés à la louche et roulés sous les aisselles), image par image, par une équipe spécialiste des marionnettes. Ils ont été produits entre 2001 et 2007.

   Les petits écoliers est une fable éducative, dont les personnages principaux sont des insectes. Je recommande tout particulièrement les pétomanes (je kiffe à donf !). J'adore aussi la manière dont la "cloche" est sonnée... Bon, les ch'tites nenfants n'aiment pas forcément aller à l'école, où on leur apprend pourtant des tas de choses utiles. Certains d'entre eux vont en faire l'expérience. Au cours de leur périple, ils vont quasiment provoquer un accident de la circulation (les bolides concernés étant des escargots !)... et surtout risquer leur vie.

   Le bal des lucioles (qui donne son nom à l'ensemble) est une historiette romantique, un tantinet humoristique, sur les amours de ces jolis insectes lumineux. Le jeune mâle, qui désespère de son arrière-train (terne), a recours à des moyens extrêmes pour parvenir à séduire sa dulcinée (il a si peu de temps !)...

   La Nouvelle espèce fait intervenir un entomologiste, collectionneur de papillons (ça doit porter un nom, ce truc). Ses proies sont donc des insectes, en particulier une femelle très coquette. La famille-insecte sort pique-niquer. L'escargot-taxi s'engageant dans la mauvaise voie, de folles péripéties surviennent...

   Dans Le Magicien, il est question de la crédulité des gens (ici les animaux de la forêt), qui perdent leurs biens pour ne s'être pas suffisamment méfiés d'un loup prestidigidateur... qui ne va toutefois pas l'emporter au paradis ! La Fontaine aurait beaucoup aimé ces petits bijoux, qui allient l'inventivité visuelle à la perspicacité psychologique.

15:52 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

dimanche, 26 octobre 2008

Chop shop

   C'est du "cinéma-vérité", ça se passe dans un coin pas très fréquentable de l'agglomération de New York (entre ghetto et zone industrielle en semi-décomposition), les personnages principaux appartiennent aux minorités. Ce sont plutôt des Hispaniques. On suit plus particulièrement Alejandro et sa grande soeur Izzie, d'origine dominicaine.

   Les parents n'existent pas et nos deux loustics ont fui les foyers. C'est le système D total. On découvre de mini-solidarités chez les pas nantis. On découvre aussi les "coups de pute" : pas facile de se décrouiller quand on ne sait pas lire et mal compter ! Du coup, la loi et la Morale (avec un grand m, comme dans "Magouille") ont des acceptions parfois éloignées de ce que connaissent "les gens normaux" (que l'on aperçoit brièvement vers la fin du film).

   C'est filmé comme un documentaire, une partie caméra à l'épaule... et bonjour le mal de mer, parfois ! Le réalisateur n'a visiblement pas eu de gros moyens pour tourner le film, mais les acteurs sont excellents. On apprécie la minutie avec laquelle le travail manuel (celui des réparateurs de voitures comme celui de démontage des véhicules volés) est filmé. On ne sombre heureusement pas dans le manichéisme : ce à quoi on s'attend (que le logeur veuille se taper la frangine de son employé, par exemple) n'arrive pas forcément.

   C'est souvent drôle et dur à la fois. Bienvenue dans le monde réel ! New York, ton univers impitoya-a-bleuuu !

15:00 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

Tokyo !

   Il s'agit d'un film à trois regards : ceux de Michel Gondry, Leos Carax et Joon-ho Bong (un Coréen bourré de talent, dont on a pu déjà voir en France Memories of murder et The Host). Ils ont la particularité d'avoir été tous très majoritairement tournés en japonais, avec des acteurs du cru. Ne ratez pas le début : la courte animation qui sert de générique est joliment troussée.

   On commence par Interior design de notre Michel Gondry, de retour après son piquant Soyez sympas, rembobinez. Son moyen-métrage est centré sur la crise d'un couple. Lui est une sorte de double japonais de Gondry jeune : fana de cinéma, un peu en dehors des réalités. Elle est la petite amie dévouée, qui a tendance à faire passer la réussite de son chéri avant sa vie personnelle. Dès le début, on sent que ça cloche. Heureusement qu'une copine peut héberger le duo de fauchés ! Cela nous vaut quelques séquences cocasses sur l'exiguïté des appartements tokyoïtes (ouais, c'est comme ça qu'on dit) ou encore sur l'homérique recherche d'un logement convenable dans le Grand Tokyo. On a droit aussi à une jolie scène dans une fourrière : petit à petit, les objets prennent le dessus sur les humains. Cela conduit tout naturellement le cinéaste à faire subir à l'héroïne une transformation quasi-kafkaïenne. Le film, qui commençait à s'essouffler, rebondit joyeusement...

   ... pour ressurgir par une bouche d'égout, part l'intermédiaire de Denis Lavant (pas lavé). Merde ! est le plus corrosif des trois. Carax va chercher dans les bas-fonds de la capitale quelques déchets soigneusement enfouis : un char de la Seconde guerre mondiale, une affiche félicitant les soldats vainqueurs de Nankin en 1937 et une ribambelle de grenades dont le héros va faire un usage récréatif.  Le personnage joué par Denis Lavant est une sorte d'antithèse du Tokyoïte bien élevé : il pue, ne se fond pas dans la masse, et commet des actes fort répréhensibles (mais parfois réjouissants). Son périple est commenté par des journalistes empotés au possible. Le film baisse en intensité (à mon avis) dès que l'avocat (Jean-François Balmer, pas toujours convaincant) entre en scène. Ce qui était volontairement (et transgressivement) outré devient excessif sans raison et il y a une indéniable ambiguïté dans le comportement raciste du héros (qu'on finit par appeler "M. Merde") : dans quelle mesure le réalisateur est-il complice du personnage ?

   Fort opportunément, le film suivant débute par une séquence dans les toilettes. L'occupant de l'appartement est un hikikomori, une personne qui vit repliée sur elle-même, sans entretenir de réels contacts avec l'extérieur. La découverte du mode de vie de cet ours des cavernes des temps modernes nous offre cinq minutes très divertissantes. Arrive la livreuse de pizzas (qui porte des porte-jarretelles en cuir, excusez du peu !) et le séisme, qui change tout. Je ne vous raconterai pas la suite, mais sachez que c'est une fable romantique très réussie et filmée avec un zeste d'imagination.

 

14:46 Publié dans Cinéma, Japon | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

vendredi, 24 octobre 2008

Le crime est notre affaire

   C'est marrant, mais cela commence comme La Momie 3 : un couple un peu excentrique, retiré des affaires, s'ennuie. Dans les deux cas, la femme est celle qui regrette le plus la vie passée... et c'est elle qui joue le plus grand rôle dans la suite des aventures. Là s'arrête la ressemblance. Le Frenchie Pascal Thomas nous livre une intrigue policière à la sauce British fine en bouche (on notera la qualité de l'image dès qu'il est question de nourriture), qui gravite autour d'une Catherine Frot qui est... comment dire... sublime ? divine ?

  Elle incarne Prudence Beresford, dont le prénom est, bien entendu, une antiphrase. Cette femme distinguée devient la bonne à tout faire d'une famille de "chacals" comme elle le dit, le moins pire de la bande étant peut-être le patriarche, un vieux dégueulasse acariâtre interprété avec une délectation évidente par Claude Rich.

   L'enquête que mène notre héroïne prend sa source dans une observation faite par sa tante, jouée par une Annie Cordy impeccable en collectionneuse de papillons farfelue (elle est particulièrement bonne dans l'une des dernières scènes, durant laquelle elle communique sa passion à plusieurs membres de la famille qui croit employer sa nièce).

   Le film vaut par les cabotinages, dans lesquels excelle le couple formé par André Dussolier et Catherine Frot, le premier un peu en dessous toutefois de sa partenaire, qui tient une forme (physique et mentale) olympique. C'est délicieux, sans prétention, saugrenu parfois (ah les séquences où l'un des époux dialogue avec une vision hallucinatoire de sa moitié !). J'ai passé un bon moment, souvent ri.

22:28 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

samedi, 18 octobre 2008

La loi et l'ordre

   Attention ! Titre accrocheur, associé à une campagne de pub radio agressive, voix burnées à la clé. On se dit que ça va être du lourd, d'autant qu'aux monstres sacrés de Niro et Pacino s'ajoute un rappeur (50 cent... Curtis Jackson pour les intimes) bad boy qui en a dans le pantalon. L'affiche du film précise bien que le scénariste d' Inside Man (Russel Gewirtz) a mis son grain de sel. C'est mis en scène par un type qui a du talent : Jon Avnet a réalisé auparavant Beignet de tomates vertes et 88 minutes.

   L'interprétation n'est pas démente : de Niro et Pacino cabotinent, parfois avec talent, 50 cent m'a paru franchement mauvais (mais j'ai vu le film en version française : Passi aurait-il doublé son collègue d'outre-Altantique comme un manche ?). Les seconds rôles tiennent la route. Si l'on ajoute à cela des dialogues parfois savoureux, avec des propos acerbes et des blagues faciles (plutôt à connotations sexuelles... ben faut aimer quoi), cela se regarde et s'écoute.

   Au début, j'étais inquiet : je m'attendais à une intrigue bien ficelée et rien ne m'apparaissait vraiment mystérieux. Au fur et à mesure, on se rend compte que l'histoire est un peu plus complexe que ce que l'on a cru voir au début. Ceci dit, plus de 20 minutes avant la fin, le spectateur (la spectatrice) un brin futé(e) saura à quoi s'en tenir. Reste la conclusion du film, laborieuse, qui se noie dans des dialogues faiblards pour le coup. On sent que ceux qui ont conçu ce film ont voulu jouer sur le second degré : les propos qu'échangent les deux amis peuvent se comprendre comme la conclusion de la vieille rivalité qui a opposé les deux acteurs durant leur carrière... Bof.

   A l'arrière-plan de tout cela, on trouve une mentalité un peu glauque. En gros, il faut buter tous les méchants (qui sont bien sûr irrécupérables), quitte à louvoyer. Le pire concerne le méchant vicelard (qui est un flic... cherchez lequel), qui meurt à la fin (ouf, la morale est sauve), mais après que la caméra subjective, qui le suit à plusieurs reprises, nous l'a montré en train de commettre plusieurs crimes, dont un particulièrement odieux, mais qui est mis en scène de manière complaisante.

22:38 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

vendredi, 17 octobre 2008

C'est l'histoire d'un mec

   ... qui s'appelle Coluche. Attention toutefois, il ne s'agit pas d'une biographie exhaustive. Antoine de Caunes a choisi de mettre l'accent sur les années 1980-1981, lorsque l'humoriste devenu vedette décide de se lancer dans la course présidentielle, pour le meilleur et pour le pire.

   Si le film varie les approches (professionnelle, familiale, sexuelle, politique), il est néanmoins essentiellement consacré à des allers-retours entre le Coluche intime et le Coluche acteur de la vie publique. (Je ne suis pas spécialiste de la question, mais il me semble que certains épisodes ont été "adaptés" pour les besoins du film : par exemple la découverte du cadavre du régisseur, par des enfants dans le film, par des ouvriers de chantier dans la réalité). Cela prend parfois la forme d'une série d'images d'Epinal, le ton acidulé en plus : les travers de notre comique national ne sont pas cachés. Il n'en paraît que plus humain.

   Côté anecdotes, certains découvriront la passion de Coluche pour les bottes et son goût pour le music-hall. Il était vraiment doté d'un talent à multiples facettes.

   En fait, pour moi, le film vaut le détour essentiellement pour la performance de François-Xavier Demaison (un ancien fiscaliste !), qui a acquis le physique et l'essentiel des tics du personnage, même si on ne risque pas de confondre l'acteur avec Coluche. La première scène... de scène m'a fait un peu peur : j'ai tellement entendu (et même écouté) les sketches de Coluche que, même bien interprété, celui du début a provoqué en moi une impression d'étrangeté, une étrangeté que j'ai assimilée à de la maladresse. Je ne sais pas si c'est parce que je me suis habitué à l'acteur ou si parce que les séquences suivantes sont plus abouties mais, plus loin dans le film, les extraits de spectacle passent mieux.

   Côté réalisation, de Caunes est plus à son aise dans les scènes d'intérieur, chez l'humoriste en particulier. Il recrée ce climat de tribu dans lequel Coluche voulait vivre... en soulignant, par touches, le côté "bringueurs parasites" d'une partie de son entourage. On comprend pourquoi certains ex-familiers n'ont guère apprécié le ton du film.

   Le fin n'est pas très réussie. De Caunes se laisse aller au mélo et, ô maladresse, fait se croiser, dans un jardin public parisien, le héros et un clochard. Un texte souligne à gros trait la future implication de Coluche dans l'humanitaire... Il aurait été plus intéressant de poursuivre sur la dépendance aux drogues, qui a modifié la trajectoire du comique. On peut aussi regretter que l'impasse faite sur l'après-1981 laisse dans l'ombre le Coluche animateur télé (sur Canal +, où il a dû croiser de Caunes...) et radio (R.M.C., Europe 1 et R.F.M.) et son retour spectaculaire au cinéma...

   Pour ceux qui voudraient en savoir un peu plus, il y a le bouquin de Philippe Boggio (qui a inspiré Antoine de Caunes). On peut aussi consulter le site suivant :

http://lesitecoluche.free.fr/president/

14:59 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma