Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 21 décembre 2009

In The Loop

   Ce film britannique est l'adaptation d'une série télévisée, The Thick of it, qui serait une sorte de A La Maison blanche à la sauce londonienne. Mais, comme il est centré sur le déclenchement de la guerre en Irak en 2003, les acteurs "so British" se retrouvent face à leurs homologues d'outre-Atlantique. On profitera de la version originale pour goûter les accents anglais, américain... et écossais !

   On peut donc s'amuser à essayer de repérer qui est qui. Les scénaristes ont beau avoir parfois essayé de brouiller les pistes (peut-être aussi pour éviter les procès...), on reconnaît sans problème l'ancienne éminence grise de Tony Blair (pas incarné à l'écran, lui), Alastair Campbell, dans le personnage de Malcolm Tucker, joué avec une conviction et un plaisir évidents par Peter Capaldi. Chacune de ses apparitions est un ravissement, pour la bonne raison qu'il incarne la suffisance grossière, passant la plupart de son temps à inventer des injures plus incongrues les unes que les autres (en V.O., faut suivre !) dont il couvre ses interlocuteurs avec un mépris qui n'a d'égal que sa puissance de postillonnement !

   Il semble aussi évident que le général Miller (James Gandolfini), bien que blanc, tienne le rôle de Colin Powell. Il est assez bien servi par le scénario, qui en fait un gros nounours sympathique, la tête sur les épaules (les scènes au cours desquelles il se retrouve face à Karen Clark-Mimi Kennedy sont croquignolesques)... mais très soucieux de sa carrière. On pourrait continuer longtemps comme cela, mais n'aurait pas trop d'intérêt.

   Le film est bien évidemment une satire. Il démontre dans quelle mesure le déclenchement de la guerre est le résultat d'une conspiration montée entre le Pentagone (le portrait de Donald Rumsfeld -sous les traits de Linton Barwick- vaut son pesant de bombinettes) et la Maison Blanche (avec le soutien de Tony Blair)... une conspiration faite un peu de bric et de broc, ce qui donne un côté "pieds nickelés" aux magouilleurs. La politique en général n'en sort pas du tout grandie. Les dirigeants comme leurs équipes sont dépeints comme très majoritairement égocentriques, cyniques et manipulateurs, souvent ridicules. La vie des gens ordinaires est très éloignée de leurs préoccupations. Au-delà du rire salutaire qu'il provoque, In The Loop est une oeuvre au final très pessimiste.

12:57 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film, cinema

Les commentaires sont fermés.