Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 23 décembre 2016

Ballerina

   Je n'avais a priori pas prévu d'aller voir ce film d'animation. Mais, le bouche-à-oreille étant bon, j'ai sauté sur l'occasion d'accompagner deux personnes de ma connaissance. J'espérais que ce que j'avais aperçu du contexte de l'histoire dans la bande-annonce se retrouverait dans le film... et je n'ai pas été déçu.

   L'ambiance est un mélange des oeuvres de Charles Dickens et de Jules Verne, avec une pincée des univers de Disney et des mangas (comme Steamboy, dont l'action se déroule dans l'Angleterre victorienne). On se trouve dans un condensé des années 1870-1880, en France (en Bretagne et à Paris), alors que la Tour Eiffel est en construction... ainsi qu'un autre monument célèbre, que l'un des personnages baptise maladroitement la "Statue de la Puberté" ! (Du côté de l'humour, le scénario a visiblement cherché à ne pas choquer, ne préservant que quelques rares moments pipi-caca-prout.)

   La salle était majoritairement remplie de dames et de demoiselles, peut-être parce que l'héroïne et la plupart des personnages sont de sexe féminin. De surcroît, c'est Camille Cottin (qui a incarné «l'héroïne» de Connasse !) qui prête sa voix à Félicie. Mais j'ai aussi beaucoup aimé le personnage de la femme de ménage, qui va devenir une sorte de mère de substitution pour la gamine... et qui cache un passé que l'intrigue va contribuer à dévoiler.

   C'est un autre intérêt de ce film, en apparence enfantin : le soin apporté à l'évolution de certains personnages. On le voit au travers de deux hommes (le codirecteur de l'orphelinat et le maître de ballet), mais aussi de plusieurs femmes/filles. Les deux héros eux-mêmes (Félicie et son ami d'enfance Victor) sortent de l'aventure transformés, mûris. On nous propose une sorte d'adaptation de roman d'apprentissage, avec des leçons pour nos chères têtes blondes (brunes, rousses...) : dans la vie, il faut travailler pour réussir et il convient de ne pas se laisser décourager par quelques échecs. On suggère aussi aux bambins d'être compréhensifs vis-à-vis des adultes... et de leurs camarades.

   Ce fond assez noble s'appuie sur une belle technique. Les décors sont particulièrement soignés et les mouvements fluides et maîtrisés. S'ajoute à cela une représentation assez convaincante de la danse (de l'entraînement au ballet), bien que certaines scènes ne soient pas réalistes. On reste quand même proche du conte de fées (avec une méchante presque sorcière), Félicie l'enfant abandonnée ambitionnant de danser à l'Opéra de Paris. Mais, à cette époque de l'année, c'est le genre d'histoire qui fait du bien.

23:34 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, cinema, film, films

Les commentaires sont fermés.