Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 01 février 2019

Glass

   Pour des raisons au moins autant économiques qu'artistiques, près de vingt ans après Incassable (le thriller le plus neurasthénique jamais produit par Hollywood), M. Night Shyamalan a écrit une suite à ce film et au récent Split, reprenant le maximum de comédiens présents dans les précédentes histoires.

   Le début s'adresse plutôt aux spectateurs qui n'auraient pas vu celles-ci, ou qui en auraient en partie oublié le contenu. On prend plaisir à voir le Superviseur (Bruce Willis, très grisonnant) donner une bonne leçon à un duo de jeunes cons.

   On change d'ambiance quand le trio d'hommes exceptionnels (ou supposés tels) se retrouve enfermé dans un hôpital psychiatrique un peu particulier, où tout semble conçu pour pouvoir les contrôler... sauf que, dès le début, on comprend que les infirmiers ne sont ni très éthiques ni très rigoureux dans leur travail. Si vous ajoutez à cela des mesures de protection dont on devine qu'elles seront tôt ou tard déjouées par les trois patients très spéciaux, vous comprendrez que je n'ai pas été extrêmement emballé par le début, en dépit de la petite baston entre le Superviseur et la Bête.

   Fort heureusement, les acteurs font le job. Bruce Willis a encore une belle présence, même si le poids des ans se fait sentir. James McAvoy en fait trop dans la gestion de ses personnalités multiples... mais je pense que c'est ce qu'on attendait de lui. Pour moi, le plus impressionnant est Samuel L Jackson. Il faut dire qu'il est bien servi par le scénario, qui exploite à merveille ses aptitudes à la manipulation. Par contre, je trouve les principaux personnages féminins moins bien campés : celui de la psychologue et celui de Casey (déjà vue dans Split), pas plus convaincante que son partenaire dans leur numéro de "la Belle et la Bête".

   Dès que le projet d'évasion prend forme, on est saisi. J'ai particulièrement aimé le passage au cours duquel la psy tente de convaincre ses trois pensionnaires qu'ils se bourrent le mou et que leur supposés super-pouvoirs ne sont qu'un effet de leur imagination, tout pouvant s'expliquer rationnellement. On sent la malice de Shyamalan, qui déconstruit ce sur quoi les deux films précédents étaient bâtis.

   On s'attend évidemment à des surprises, à des retournements. La dernière demi-heure en est nourrie... un peu trop même. La meilleure idée consiste sans doute à faire tout partir de l'accident de train présenté dans Incassable (qu'il vaut mieux avoir revu avant). Le personnage masculin assis ci-dessous (pas très loin de David Dunn) figure dans les deux films (furtivement dans le premier). La découverte de son identité est l'une des clés de l'intrigue.

cinéma,cinema,film,films

   On se doute aussi que la psy cache son jeu, mais le coup du complot n'est pas très crédible. Shyamalan conclut sur une ultime pirouette, qui laisse ouverte la possibilité d'une suite...

   PS

   Comme dans Incassable, le réalisateur nous gratifie d'un caméo, dans la boutique gérée par David Dunn et son fils. Cette scène fait écho à une autre, se déroulant à l'entrée d'un stade, des années auparavant :

cinéma,cinema,film,films

23:05 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : cinéma, cinema, film, films

Commentaires

Mouais... à part le GRAND plaisir de retrouver Bruce Willis...Effectivement le début avec son fils est très bien. J'ai cru que j'allais enfin revoir un bon film de Shyamalan.
Je trouve McAvoy insupportable (Ah ses grimaces !!!) et Jackson pénible.
La psy n'est pas crédible et la petite Belle était bien meilleure dans le précédent.
Le coup de l'évasion on l'a vu mille fois : je me déguise en infirmier et je pousse un fauteuil roulant.
Quant à la scène de la flaque d'eau (Je ne dis pas ce qu'y passe...), elle est lamentable. J'ai failli péter l'écran. Elle devrait être interdite par le 49.3.
Bien sûr la scène du train, le rappel de celle du stade sont de gentils clins d'oeil, merci M. Night... mais quel ennui !!!
Et Mc Avoy et ses personnalités multiples n'a aucune subtilité et malgré tous ces efforts il a toujours l'air d'avoir 12 ans. Il n'a pas les épaules (malgré la gonflette ou les effets) pour un tel rôle. Pas plus que celui de Xavier ailleurs. C'est mon avis er je le partage.
Tu crois que les petits jeunes vont reprendre le flambeau (belle scène finale comme toujours chez Shyamalan) ?

Écrit par : Pascale | samedi, 02 février 2019

Répondre à ce commentaire

Ce n'est pas l'un des meilleurs Shyamalan, mais il y a quand même la "patte" du réalisateur, qui lui confère un certain intérêt. Je crois que, compte tenu des (semi)échecs commerciaux qu'il a connus par le passé, il n'a plus autant les mains libres qu'auparavant.

La fin pourrait laisser présager une suite, avec les jeunes. Les "méchants" sont toujours là, dans l'ombre... et un.e scénariste malin.e pourrait décider que le fils de David développe à son tour des aptitudes exceptionnelles.

Écrit par : Henri Golant | samedi, 02 février 2019

Répondre à ce commentaire

D'ailleurs il est pas mal du tout l'acteur qui joue le fils. Il était déjà très bien enfant (la scène dans la cuisine dans Incassable).

Écrit par : Pascale | dimanche, 03 février 2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire