Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 24 mars 2019

Rebelles

   C'est l'histoire de trois drôles de dames (sans Bosley ni Charlie), qui vivent dans la dèche, sous la domination masculine, à Boulogne-sur-Mer.

cinéma,cinema,film,films

   Sandra (Cécile de France, comme je ne l'ai jamais vue) est une ancienne miss Nord-Pas-de-Calais qui n'a pas réussi à capitaliser sur son succès d'origine. Elle revient de Nice avec un magnifique oeil au beurre noir. Marilyn (Audrey Lamy, en pleine forme) est une une pile électrique, mère célibataire alcoolique et droguée, qui a succombé naguère aux assauts libidineux de son chef d'atelier. Notons que sa coupe de cheveux était déjà ringarde chez les messieurs dans les années 1980. Nadine la matriarche (Yolande Moreau, qui suit très bien le rythme imposé par ses deux consoeurs) est l'une des anciennes de la conserverie. Elle se plie en quatre pour son mari chômeur et ses deux gamins bas de plafond.

   Je n'aime pas le titre. Une partie du sous-texte indique que, pour être rebelle, il faut voler, utiliser des armes et ingurgiter de grandes quantités d'alcool de mauvaise qualité. Fort heureusement, les actrices font (presque) oublier tout cela, tant elles sont talentueuses.

   La première moitié du film est une comédie sarcastique. Pour résumer, je pourrais dire qu'un bout de bite est le noeud de l'intrigue. C'est réjouissant... et terrible à la fois. Les rapports humains sont bruts de décoffrage, torgnoles à la clé.

   La seconde partie est un polar rythmé, drôle, saignant (pas pour les petits, donc), avec pas mal de rebondissements. Quelques messieurs se distinguent, au premier rang desquels je place Simon Abkarian, qu'on n'est pas étonné de retrouver en petit chef d'une bande de trafiquants... et papa concerné. Du côté masculin, il faut aussi signaler la prestation de Samuel Jouy, que les téléspectateurs ont pu découvrir en maire de commune rurale (et fils d'entrepreneur véreux) dans la série Zone blanche. Les amateurs de comédie policière reconnaîtront aussi Béatrice Agenin, la procureure de Cassandre, qui incarne ici la mère de Sandra, sorte de concierge dans un camp de mobile homes.

   C'est drôle, on ne s'ennuie pas et il y a un arrière-plan sociétal plutôt bien campé. C'est la comédie française à voir en ce moment.

12:23 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : cinéma, cinema, film, films

Commentaires

Rebonsoir Henri Golant, J'ai mis quelques secondes à reconnaître Cécile de France avec ses cheveux longs et ses lunettes noires. Elle est très bien comme ses deux comparses, Yolande Moreau et Audrey Lamy. Je ne comprends pas les critiques comme ceux du Masque et la plume qui tirent à boulets rouges sur ce genre de comédie. Bonne soirée.

Écrit par : dasola | mardi, 26 mars 2019

Répondre à ce commentaire

Je suis d'accord avec tout ce que tu dis. Même pour le titre du film qui n'est pas une trouvaille !
J'avais déjà vu Cécile de France bien vulgaire mais je ne sais plus dans quel film (sa filmo est longue comme un jour sans pain).

Écrit par : Pascale | mardi, 26 mars 2019

Répondre à ce commentaire

Les critiques du "Masque" ont une fois de plus fait preuve d'un consternant manque de discernement. Je pense que certains d'entre eux ont d'énormes oeillères : ils encensent systématiquement les films de tel ou tel réalisateur, quelle que soit leur qualité... et ils dézinguent ce qui sort de leur norme.

L'un des reproches faits au film "Rebelles" ne tient pas la route. Jean-Marc Lalane prétend que les principaux personnages féminins sont particulièrement caricaturaux, d'un seul bloc. C'est absolument faux : Nadine est écartelée entre son devoir de mère, son amour pour son mari chômeur et sa lassitude d'être la seule à bosser au foyer. Marilyn essaie d'être à la fois la bonne copine, la mère vigilante et de vivre sa vie de femme. Quant à Sandra, le film nous fait découvrir à quel point il ne faut pas se limiter à son image de bimbo. (J'aurais d'ailleurs volontiers attribué le César de la meilleure actrice à Cécile pour sa prestation dans "Mademoiselle de Joncquières".)

Zéro pointé pour le masque !

Écrit par : Henri Golant | mardi, 26 mars 2019

Répondre à ce commentaire

Je n'écoute plus du tout le Masque. Ils mont plu puis m'ont faire rire... aujourd'hui ils m"insupportent. Et pour avoir vu une émission en vrai... ils sont hyper méprisants.
Je me passe très bien d'eux.

Écrit par : Pascale | mercredi, 27 mars 2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire