Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 17 juin 2020

L'infirmière "pacifique" et les loups de banlieue

   Peu importe son nom. Peu importe son âge. Peu importe sa situation familiale. Cette personne nous a été présentée comme une martyre de la violence policière, extraits vidéo à l'appui. La plupart du temps, ces extraits son tronqués (comme d'hab', ai-je envie de dire). Les ardents défenseurs de la manifestante "oublient" de nous montrer ceci :

france,actu,actualite,actualites,actualité,actualités,médias,presse,journalisme

   ... ou encore cela :

france,actu,actualite,actualites,actualité,actualités,médias,presse,journalisme

   ... encore moins ceci :

france,actu,actualite,actualites,actualité,actualités,médias,presse,journalisme

   Dans la vidéo diffusée sur BFM TV, on voit même un autre manifestant (qui ne jette rien sur les policiers) lui faire une remarque, ce que la dame semble prendre très mal. Durant ces quelques minutes, elle est en pleine santé... et ne se plaint pas de son asthme.

   J'ai envie de rapprocher cet événement anecdotique des tensions intercommunautaires qui ont éclaté à Dijon, entre des personnes clairement identifiées comme "d'origine tchétchène" et d'autres, la plupart du temps présentées uniquement comme habitant un quartier populaire... l'expression n'incluant visiblement pas les habitants d'origine tchétchène... peut-être, dirons les mauvaises langues, parce qu'ils ne sont pas d'origine africaine.

   D'après l'un des articles du Monde, on comprend qu'il y a hostilité entre des jeunes d'ascendance maghrébine (certains trempant dans le trafic de drogues) et d'autres, d'origine tchétchène. Normalement, la police devrait régler ce genre de problème. Mais la mode est au dénigrement des forces de l'ordre. Dans certains quartiers, dès que des policiers tentent de faire correctement leur travail, on assiste à des levées de bouclier, du coup la hiérarchie conseille plutôt la "retenue"... et c'est l'anarchie qui menace.

   Cette fois-ci, c'est la population d'ascendance maghrébine qui aurait eu besoin de la protection de la police contre l'expédition punitive menée par des Tchétchènes. Ces derniers temps, on a beaucoup entendu crier au loup (contre les supposées violences policières) mais, quand le véritable loup se présente (des voyous lourdement armés, prêts à faire de gros dégâts), on se lamente du manque de réactivité de la même police, sur laquelle, les jours voire les heures précédentes, on crachait allègrement.

Commentaires

Pas très polie la dame et plutôt musclée l'interpellation.

Écrit par : Pascale | dimanche, 21 juin 2020

Répondre à ce commentaire

Je suis conscient que certains policiers ne sont pas des anges. Mais j'ai participé à suffisamment de manifestations pour savoir que, lorsqu'on ne les provoque pas, les forces de l'ordre ne dérapent pas (sauf cas exceptionnel d'individu qui devrait être viré du groupe).

Cette infirmière me semble être une militante politique, une parmi celles et ceux qui s'incrustent dans les manifs pour s'y défouler voire pour provoquer l'incident qui, diffusé en boucle sur les chaînes de télé, leur permettra de véhiculer leur propagande politique.

Non merci.

Écrit par : Henri Golant | dimanche, 21 juin 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire