Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 16 juillet 2020

Chained

   Il y a dix ans, Yaron Shani se faisait remarquer par son film Ajami, un polar inextricablement lié au conflit israélo-arabe.

   Chained est une oeuvre davantage centrée sur l'intime. C'est aussi le premier volet d'un diptyque, celui qui met en avant la vision de l'époux. Beloved (que je n'ai pas encore vu) raconte la même histoire, mais du point de vue de l'épouse Avigail.

   L'époux est Rashi, un policier chevronné, calme et autoritaire, qui ne passe rien aux délinquants. Il est quand même parfois un peu "limite". A la maison, il domine clairement son épouse (qu'il aime profondément) et la fille de celle-ci, une ado qui sent la révolte gronder en elle. (Encore une ! MAIS ARRÊTEZ ! C'EST INSUPPORTABLE !)

   La mise en scène est habile : que ce soit en plan large ou en plan serré (voire en gros plan), on sent peser l'autorité naturelle du principal personnage masculin. C'est de surcroît bien interprété, en partie par des acteurs non professionnels. Les dialogues sont ciselés. (Voilà un film que tous les réalisateurs français narcissiques devraient voir et revoir, pour comprendre comment on met en scène une crise de couple.)

   Le petit monde de Rashi va progressivement s'écrouler. C'est d'abord au boulot que surgissent les problèmes, puis dans la cellule familiale, avec l'ado bien sûr, puis avec l'épouse, dont on ne nous montre pas le point de vue. Et puis celle-ci disparaît de l'écran, occupé désormais quasi exclusivement par Rashi (avec ses collègues, ses parents...). Quand Avigail réapparaît, on comprend immédiatement que les choses ne seront plus comme avant.

   Du coup, on a furieusement envie de voir Beloved, qui va sans doute nous en apprendre de belles sur l'épouse, sa mère et ses nouvelles amies. Un mystère plane aussi sur certains actes de Rashi.

   Vite, la suite !

Commentaires

Tu me redonnes envie car la BA a fait l'effet d'un repoussoir sur moi.

Écrit par : Pascale | vendredi, 17 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Comme toi, j'ai été rebuté par la bande-annonce. Et puis l'occasion de voir ce film s'est présentée et je ne regrette pas du tout mon choix. Les scènes de dialogue sont vraiment très bien écrites (et interprétées), sans même parler du talent du réalisateur pour créer quasiment une ambiance de polar autour de cette histoire de couple.

Écrit par : Henri Golant | vendredi, 17 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Tu en remets une couche. Donc c'est bien Chained qu'il faut voir en premier.
Car dans mon ciné, ils passent Beloved à 13 h et Chained à 15 h 20.

Écrit par : Pascale | samedi, 18 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Oui, c'est bien par "Chained" qu'il faut (a priori) commencer. Mais je n'ai vu que celui-ci... et encore, parce que j'étais en déplacement hors de mon Aveyron chéri.

Écrit par : Henri Golant | samedi, 18 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Merci.
Je ne suis jamais allée en Aveyron.

Écrit par : Pascale | dimanche, 19 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Un choc !!! J'ai bien fait de suivre ton avis.
Un très grand film selon moi.
Demain je me "fais" Beloved.
Elle est BELLE avec ses cheveux coupés Avigail !

Écrit par : Pascale | lundi, 20 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire