Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 20 juillet 2020

Divorce Club

   Par temps quasi caniculaire, fréquenter les salles (obscures) climatisées est plus qu'une question de cinéphilie... d'autant qu'il n'y a pas foule. Et puis, qui n'a pas connu une fin de mariage / concubinage / PACS / relation longue (rayer les mentions inutiles) traumatisante ? Si, en plus, l'action se déroule souvent la nuit, dans une propriété de rêve, avec parc arboré et piscine, pourquoi ne pas se laisser tenter ?

   A cette liste de faux prétextes pour aller voir une comédie lourdingue, qu'on espère riche en situations graveleuses, il faudrait ajouter la présence au générique d'une pelletée de comédiens de talent : François-Xavier Demaison, Grégoire Bonnet (qui porte très bien le slip) et Benjamin Biolay (qui serait "monté comme un poney") chez les messieurs, Caroline Anglade (actuellement aussi à l'affiche de Tout Simplement Noir), Audrey Fleurot, Frédérique Bel (bien barrée) et Charlotte Gabris (déjà remarquée dans Demi-soeurs) chez les dames. Je suis moins convaincu par les prestations d'Arnaud Ducret et Michaël Youn.

   Cela commence de manière très appuyée, avec la vision sirupeuse d'un couple magnifique qui va se fracasser sur l'infidélité publique de la mariée. On rigole quand même, mais on attend mieux. La première véritable bonne séquence se déroule dans un sex-shop en vente. Elle marque la rencontre entre le héros Ben (époux outragé, brisé, martyrisé... mais bientôt libéré !) et Marion, elle déjà divorcée et en passe d'ouvrir un club de combat féminin. La situation est pleine de sous-entendus, tout comme les dialogues. Les interprètes s'y prêtent bien.

   Après, il y a quelques coups de mou, jusqu'à la fameuse soirée, celle durant laquelle le héros va devoir fêter dignement ses 41 ans dans la somptueuse maison de son meilleur ami (devenue une garçonnière), tout en se rendant à un important dîner amoureux avec Marion. La nécessité pour le héros de se trouver à deux endroits en même temps donne naissance à des moments assez cocasses, même s'il y a quelques facilités.

   L'une des meilleures séquences est incontestablement l'avant-dernière. Elle intervient après une ellipse d'un mois (pour une raison que je me garderai de révéler), à l'occasion de l'inauguration du fameux club... et ça va saigner !

   Voilà. Cela ne restera pas dans les annales, mais ça fait passer un agréable moment.

22:47 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : cinéma, cinema, film, films

Commentaires

Veuve n'apparaît pas dans la liste des cases à cocher.

Pourquoi je n'irai pas voir le film :

- l'affiche, un repoussoir,
- le titre, un répulsif,
- Michaël Youn, un allergène puissant,
- Arnaud Ducret, j'ai pas grand chose contre lui sauf que je trouve que c'est le plus mauvais acteur de tous les temps,
- Frédérique, tellement barrée et rigolote à l'écran, tellement froide et prétentieuse IRL...

Je suis triste pour Benjamin Biolay (malgré les promesses de son personnage apparemment...) et Audrey Fleurot (mais finalement, elle semble se complaire dans ce genre de... "comédie").

Je préfère me mettre au frais avec d'autres films.

Écrit par : Pascale | mardi, 21 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

F. Bel et B. Biolay n'ont que des rôles secondaires, mais leurs apparitions sont marquantes. (Je n'en dirai pas autant de M. Youn et A. Ducret....)

Je doute que cela t'incite à aller voir le film, mais je me dois quand même de signaler qu'à un moment de l'histoire, l'un des personnages principaux se fait passer pour un veuf (les cendres de sa bien aimée se trouvant dans un... shaker).

Écrit par : Henri Golant | mardi, 21 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Ah non ça ne va pas m'inciter.

Écrit par : Pascale | mardi, 21 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire