Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 15 décembre 2016

Papa ou maman 2

   J'avais deux craintes en allant voir ce film : que les auteurs n'aient cherché qu'à exploiter le filon du premier volet (une merveille d'humour corrosif, pour moi) sans se renouveler et que les meilleures scènes soient concentrées dans les bandes-annonces.

   Comme dans le premier, on nous offre dès le début un joli plan-séquence, très maîtrisé, cette fois-ci dans une maison... et même dans deux, puisque les ex-époux ont choisi d'habiter de chaque côté de la même rue, dans une banlieue bourge de Paris. Du coup, presque tout est en double dans cette famille... jusqu'aux chiens, dont je vous laisse découvrir les noms...

   Arrive assez vite la séquence que l'on attend, pour en avoir goûté une part dans la principale bande-annonce : le dîner des deux couples. C'est encore mieux que ce qu'on en a vu. La séquence est assez longue et riche en réparties cinglantes, Laurent Lafitte se révélant une fois de plus excellent à ce petit jeu. Et pourtant, entre la transpiration sous les bras et sa sciatique, son personnage en prend pour son grade !

   L'intérêt est relancé à partir du moment où ce sont les trois enfants qui tentent de prendre les choses en mains. En deux ans, ils ont grandi et les scénaristes ont accordé plus d'autonomie à leurs personnages (alors que les nouveaux compagnons des héros sont surtout des faire-valoir). J'ai adoré la séquence du coup monté avec le smartphone de Florence (Marina Foïs, toujours aussi percutante). On se doute bien que cela va déraper... mais l'on n'imagine pas à quel point, surtout grâce à Michel Vuillermoz, dont l'intervention ne manque pas de "mordant" !...

   C'est que les enfants aimeraient bien que leurs parents se rabibochent. Un séjour à la Réunion va être le prétexte de cette comédie des apparences, où le duo de héros n'est jamais sur la même longueur d'onde que les enfants. C'est habilement mis en scène, d'autant plus que les personnages changent d'avis en cours de route !

   Cette partie contient un petit moment d'anthologie : une scène père-fils, entre hommes, au cours de laquelle les deux mâles vont filer la métaphore culinaire (entre nems et porc au caramel, le tout sur fond de Youporn). C'est évidemment une parodie des scènes de ce genre, qui pullulent dans les productions américaines grand public. On notera que ce sont les enfants qui se comportent comme des adultes responsables, les deux parents semblant revivre une part de leur adolescence... au désespoir de la grand-mère (Nicole Garcia, très bien) !

   Un vent de folie va se mettre à souffler sur cette réunion familiale, qui n'est pas sans rappeler le règlement de comptes du premier épisode, qui aboutit à la destruction de la maison. Ici, on finit par se battre à coups de poules ! La toute fin est un peu prévisible, mais elle constitue un ultime pied-de-nez et clôture une très agréable comédie, pas aussi tordante que la précédente, mais au cours de laquelle j'ai souvent ricané.

23:40 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, cinema, film, films

Écrire un commentaire