Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 16 décembre 2016

Premier Contact

   J'ai été alléché par l'offre : un film de science-fiction réalisé par Denis Villeneuve (auteur de Sicario, Enemy et Incendies), avec Amy Adams, Jeremy Renner et Forest Withaker au générique. On commence avec de très longues scènes d'exposition, qui nous présentent les principaux personnages et la situation mondiale (l'arrivée de vaisseaux spatiaux inconnus), qui n'a rien d'inédit dans le petit monde du cinéma d'anticipation.

   Il paraît que Villeneuve s'est d'abord inspiré de Rencontres du troisième type (de Spielberg). Moi, j'ai surtout vu des références à Mission to Mars et 2001 l'Odyssée de l'espace. Ce n'est d'ailleurs pas forcément déplaisant.

   Cependant, très vite, l'ambiance est plombée. Je ne sais pas si c'est dû au doublage, mais tout le monde m'a paru dépressif. Il y a tout d'abord l'héroïne (Louise), très souvent au bord des larmes ou de l'évanouissement. Mais les hommes qui l'entourent ne valent pas mieux : on dirait qu'ils sont sur le point de se tirer une balle ou d'accepter l'idée que la fin du monde est inéluctable. Scientifiques, militaires, bureaucrates et politiques ne brillent ni par leur réactivité ni par leur inventivité.

   Sauf Louise.

   On se dit assez vite qu'elle ne s'est pas retrouvée là par hasard. On a toutefois du mal à comprendre l'insertion régulière des scènes qui semblent se passer dans la tête de l'héroïne. Pour moi, tout s'est éclairé à partir du moment où elle a commencé à décoder le langage des extraterrestres. (Notons que ceux-ci sont sans doute la plus belle réussite de ce film, finalement très conventionnel.) Je vous donne un indice : le langage idéographique circulaire est le signe qu'il ne faut pas se fier à la notion linéaire du temps. En réalité, l'intrigue forme une boucle temporelle, que je me garderai bien de révéler, histoire de laisser aux éventuels spectateurs l'un des rares plaisirs que procure la vision de cette guimauve.

   Pour que cela tienne la route, il faut que le scénario nous mente. Le début nous induit donc en erreur. C'est l'un des messages transmis par un heptapode à Louise qui m'a fait tout comprendre. Je me disais aussi : d'habitude, les scénarios sur lesquels s'appuie Villeneuve sont autrement plus charpentés. A partir de là, tout prenait sens... mais c'était pour déboucher sur un tunnel de larmoyance et de vacuité, vers la conclusion prévisible de l'histoire.

   Concernant l'habillage, on alterne rigorisme et effet pompier. Les décors sont très réussis et suggèrent l'étrangeté avec une relative économie de moyens. Par contre, la musique... Au début, on nous asperge de sons graves et sentencieux, pour qu'on comprenne bien que la survie de l'humanité est en jeu. Vers la fin, l'aspect inéluctable du déroulement d'une partie de l'histoire est souligné par une autre musique, mi-gaie mi-désespérée... tout aussi chiante.

   Franchement, quelle déception !

23:19 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, cinema, film, films

Écrire un commentaire