Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 18 janvier 2018

In The Fade

   Au CGR de Rodez, nous avons eu ce film en sortie nationale... et en version originale sous titrée ! Alléluia ! (Il est aussi possible de le voir en version doublée.) C'est quand même l'occasion d'entendre parler la langue d'Angela Merkel, ce qui n'est pas si fréquent dans la province reculée du Rouergue... où le premier employeur privé est la filiale d'une entreprise allemande, Bosch...

   Le début est déroutant. Un homme se trouve en prison, mais il est habillé comme un maquereau futur marié. C'est filmé par un dessous-de-bras. On comprend plus tard pourquoi. Suit la séquence du bonheur. On découvre l'héroïne Katja (Diane Kruger, formidable), une épouse et mère comblée, ancienne étudiante rockeuse tatouée (beurk !). Les dialogues sont souvent cocasses... voire assez crus.

   Evidemment, on attend la rupture de ton. (L'intrigue s'inspire d'une histoire vraie.) Même si c'est un brin mélodramatique, on compatit à la douleur de Katja. Diane Kruger (ai-je dit qu'elle est formidable ?) ne triche pas. Une scène magnifique montre le progressif affaiblissement de tous les sons, face à la douleur muette de la veuve.

   Vient ensuite l'enquête puis le procès. L'enquête est déroutante, parce que les victimes sont, dans un premier temps, presque considérées comme des suspects. Fatih Akin (le réal) nous fait toucher du doigt les différences de point de vue : l'époux étant un ancien délinquant, kurde de Turquie, les policiers soupçonnent un tas de trucs louches. Et comme Katja n'est elle-même pas une sainte, la situation devient étouffante.

   Le procès finit par arriver. C'est mis en scène de manière à montrer la rigueur de l'organisation judiciaire... et la dureté d'une mécanique censée préserver la démocratie, mais qui a tendance à broyer aussi les parties civiles. C'est l'occasion de découvrir deux très bons acteurs : Ulrich Tukur (vu dans Amen, Le Couperet, La Vie des autres, John Rabe) et surtout Johannes Krisch (vu notamment dans Le Labyrinthe du silence), qui incarne l'un des avocats de la défense, un type incontestablement très habile, mais dont on comprend assez vite qu'il ne défend pas les néo-nazis que pour l'argent...

   Une nouvelle rupture de ton intervient dans la dernière partie. Katja (avant que j'oublie : il faut que je vous dise à quel point Diane Kruger est formidable) prend des décisions radicales. On se demande jusqu'où cela va la mener. Cela donne des scènes d'une tension extrême, le film ménageant le suspens jusqu'au bout.

   On prend une sacrée claque... et quelle actrice ! 

   PS

   Bon, allez, je le reconnais : même pas maquillée, même en larmes, même droguée, même mal fringuée, même pas lavée, même tatouée, Diane Kruger reste canon. C'est une énorme injustice de la vie... mais c'est au service d'une excellente histoire.

Commentaires

Diane Kruger est formidable.
Mais ce film... c'est pas possible.
Tout ce que tu dis est vraii mais le drame: on sen fout.
D'accord avec toi les tatouages : horreur !
Ravie de trouver quelqu'un qui apprécie Diane Kruger.

Écrit par : Pascale | samedi, 20 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Diane était déjà très bien en 2016 dans "Infiltrator" :

http://lasenteurdel-esprit.hautetfort.com/archive/2016/09/11/infiltrator-5846521.html

En y réfléchissant bien, je l'ai rarement trouvée mauvaise dans un film (peut-être dans "Goodbye Bafana").

Écrit par : Henri Golant | samedi, 20 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Rebonjour, j'ai vu ce film hier soir, dans ma province limougeaude et j'ai aimé surtout Diane Kruger, sensationnelle. La fin, même s'il n'est pas politiquement correcte, m'a plu. Bonne après-midi.

Écrit par : dasola | samedi, 20 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Je suis vraiment ravie de découvrir que je ne suis pas la seule à apprécier Diane Kruger.
C'est une actrice vraiment épatante et humainement elle a l'air top aussi.
Et parler couramment sans accent anglais, français et... allemand (normal) ça m'épate.

Écrit par : Pascale | mardi, 23 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire