Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 04 décembre 2018

Macron et son programme

   Depuis plusieurs semaines, on entend tout et n'importe quoi à propos du gouvernement, notamment dans la bouche des "gilets jaunes" ou des personnes qui prétendent les soutenir. Le président de la République aurait trahi ses promesses de campagne, en particulier concernant les taxes sur le carburant. Or, que se passe-t-il quand on retourne lire le programme du candidat Macron ? Stupeur ! La plupart des mesures prises par le gouvernement Philippe figurent dans le texte, accessible à tous les électeurs, mis en ligne en 2017. En voici un échantillon.

   La réduction du nombre de fonctionnaires ? Elle est annoncée dans l'objectif 3 du thème "action publique et fonction publique".

politique,actualité,presse,médias,journalisme,actualtiés,france,société,gilets jaunes,macron

   On en encore loin des 120 000 suppressions, tout comme, à l'inverse, on n'en est pas à 12 000 créations de postes dans le primaire des zones prioritaires (4 000 plutôt). Au niveau des programmes, il faudrait voir si l'annonce de la priorité donnée aux apprentissages fondamentaux est suivie d'application. Vu l'illettrisme qui caractérise nombre de commentaires sur les réseaux sociaux, force est de constater que, faute de sauver les adultes, il est urgent de s'y mettre pour les enfants.

   La réforme du baccalauréat ? Elle est annoncée (tout comme les changements dans le primaire) dans le volet "éducation" du programme (objectif 2 pour le primaire, objectif 6 pour le bac) :

politique,actualité,presse,médias,journalisme,actualtiés,france,société,gilets jaunes,macron

   Au niveau de la fiscalité, de programme annonce aussi clairement la couleur : augmentation de la CSG, remplacement de l'ISF par l'IFI et suppression progressive de la taxe d'habitation, tout cela figure noir sur blanc dans le programme rendu public.

   Cela nous mène tout naturellement au volet "transition écologique". Et là... ô surprise ! Il est bien question des carburants fossiles et de la fiscalité du diesel, dans l'objectif 4 "Protéger la santé et l'environnement des Français" :

politique,actualité,presse,médias,journalisme,actualtiés,france,société,gilets jaunes,macron

   Conclusion ? Soit nombre de Français votent à la présidentielle sans lire les programmes des candidats (ce qui ferait d'eux de fieffés imbéciles - ou de grosses feignasses). Soit ils ont lu ces programmes mais ne les ont pas compris (ce qui ferait d'eux des analphabètes avec droit de vote). Soit ils les ont lus et compris... et ont voté Macron quand même (!!!!!!). Soit, tout simplement, ils les ont lus, compris... et n'ont pas voté Macron. Nombre de ces "gilets jaunes" sont des électeurs de Jean-Luc Mélenchon ou de Marine Le Pen. Leur candidat-e a été battu-e dans les urnes, alors ils essaient de gagner dans la rue ce qui leur a échappé par un scrutin démocratique et transparent. Avec eux, ils entraînent de pauvres diables auxquels on peut faire avaler n'importe quelle fake news.

   Il serait temps que la démocratie française mûrisse. Le pays en a besoin.

 

Commentaires

J'aime bien ton article à part la dernière phrase un peu trop "éducation nationale" :-)
Et comment savoir que "Nombre de ces "gilets jaunes" sont des électeurs de Jean-Luc Mélenchon ou de Marine Le Pen". ?

Heureusement que je ne lis pas les commentaires Facebook. Mais je suppose que ça doit être consternant et ressembler à ceux des 60 millions de sélectionneurs lors de coupes (vitales) du monde de foot.

Écrit par : Pascale | mercredi, 05 décembre 2018

Répondre à ce commentaire

Ma conclusion est peut-être maladroite dans la forme, mais, sur le fond, je persiste à dire qu'en France, le débat politique manque de maturité. C'est vraiment bas-de-gamme.

Le pire est atteint sur les réseaux sociaux. Je ne les fréquente pas assidûment, mais, quand je lis ce qui s'y publie, je suis souvent consterné (par l'illettrisme, l'immaturité, l'inculture, l'arrogance, l'agressivité). Et dire que tous ces gens ont sans doute le droit de vote !

A mon boulot (pas à l'Education nationale !), je côtoie des (sympathisants des) "gilets jaunes" plutôt sympas. (Mais, quand je vois les bagnoles qu'ils conduisent, je suis sceptique quant à leur clairvoyance concernant le coût du carburant...) A de rares exceptions, à ce qu'il me semble, ils n'ont pas participé à des opérations rond-point. Ils sont plutôt "manif du samedi"... et, en 2017, il est évident qu'ils n'ont voté ni pour Macron, ni pour Fillon (et sans doute ni pour Hamon ni pour Dupont-Aignan).

Par contre, à Rodez même, les gens que je côtoie ne sont pas du tout sympathisants des "gilets jaunes" ! Certains d'entre eux ne sont vraiment pas riches. Ceux qui travaillent dans un commerce sont les plus durs avec le mouvement. D'ailleurs, samedi dernier, dans mon quartier, je crois que quasiment personne ne s'est rendu à la manifestation qui a regroupé entre 2 000 et 3 000 personnes. Ce sont massivement des périurbains (et quelques vrais ruraux) qui ont défilé.

Écrit par : Henri Golant | jeudi, 06 décembre 2018

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas sous entendu que tu étais éducnat. Si tu l'étais tu n'aurais pas le temps d'aller au cinéma. Ces gens là travaillent :-)
Aujourd'hui un ami à mis 10 h pour faire 310kms. Un cauchemar.
Les gens s'énervent en voiture du coup, klaxonnent, les camions se mettent en travers.... Je n'y comprends rien.

Écrit par : Pascale | jeudi, 06 décembre 2018

Répondre à ce commentaire

Ah, les profs (actifs et retraités)... Heureusement qu'ils sont là, pour faire vivre le cinéma art-et-essai à Rodez. Dans les salles qui diffusent ce genre de film, il y a très très peu de spectateurs âgés de moins de trente ans. Dans les cinémas de Toulouse (ABC, American Cosmograph), c'est beaucoup plus transgénérationnel (et sans doute plus diversifié sur le plan sociologique).

Écrit par : Henri Golant | jeudi, 06 décembre 2018

Répondre à ce commentaire

Mon art et essai est très "retraités " en journée et très "etudiants" le soir.

Écrit par : Pascale | samedi, 08 décembre 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire