Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 07 juillet 2019

Yesterday

   La chanson de Paul McCartney donne son titre à cette comédie romantique, à la fois musicale et fantastique. C'est une sorte d'uchronie. A la suite d'un accident de la route, un soir de coupure générale d'électricité, Jack Malik (Himesh Patel, très bien) se réveille dans un monde où les Beatles n'ont pas existé (pas plus qu'Oasis et Harry Potter, d'ailleurs). C'est aussi un monde sans Coca Cola ni cigarettes... sympa, a priori !

   Le début de l'histoire (avant l'accident) nous présente un auteur-compositeur-interprète raté. Jack a quitté l'enseignement pour se lancer dans une carrière d'artiste, vivotant grâce à un travail alimentaire (manutentionnaire chez un grossiste). Seule son amie d'enfance Ellie (restée elle enseignante) croit encore en lui. Dès le début, on sent qu'entre eux il y a plus que de l'amitié. C'est l'un des points faibles de cette intrigue pourtant bien menée : une grande partie des événements sont téléphonés. Mais, comme la dulcinée du héros est interprétée par la délicieuse Lily James (vue récemment dans Baby Driver et Le Cercle littéraire de Guernesey), cela passe.

   Le ton de la comédie prend le dessus quand, sorti de l'hôpital, le héros découvre qu'il vit désormais dans une sorte de monde parallèle, où presque tout est semblable à celui dont il vient, à l'exception de quelques "détails" comme la formation et le succès de son groupe favori.

   C'est particulièrement réussi quand Jack commence à interpréter en public les chansons des Beatles dont il se souvient. Dans les bars où il se produit, les clients pensent surtout à boire, manger et discuter entre eux. Dans sa propre famille, il n'arrive pas au bout de Let it Be, ses parents étant visiblement plus intéressés par la conversation de l'ami de passage où le fait de se servir une bière.

   Quand le succès commence à poindre à l'horizon, le ton tourne à la satire. La cible est l'industrie musicale américaine. Elle est principalement incarnée par l'excellente Kate McKinnon, dont nous avons déjà pu apprécier la puissance comique dans S.O.S. Fantômes et l'inoubliable L'Espion qui m'a larguée. J'ai aussi en mémoire la réunion de toute l'équipe de production américaine (qui -les sourires en plus- ressemble furieusement à un rassemblement de cadres communistes de feue l'URSS), une réjouissante caricature dans laquelle le boss rejette comme titre de l'album de Jack tous ceux choisis jadis par les Beatles !

   La dernière demi-heure prend le virage de l'émotion. Le héros y fait deux rencontres capitales. La première lui permet de se sentir moins seul. (Je n'en dirai pas plus.) La seconde (que l'on sent venir) lui remet la tête à l'endroit, faisant bifurquer l'intrigue vers une conclusion hyper consensuelle et morale. La séquence du concert ne m'a pas plu du tout, alors qu'elle était censée émouvoir. C'est très protestant anglo-saxon. Mais, bon, l'éloge de la simplicité du bonheur ordinaire me convient très bien, alors je suis sorti de là plutôt content.

   P.S.

   Dans le film, la carrière de Jack est lancée grâce à une supposée grosse vedette, Ed Sheeran, qui, d'après le générique, joue son propre rôle... et qui, pour moi, est un illustre inconnu !

   P.S. II

   Les amateurs de mini-séries britanniques reconnaîtront au moins deux visages connus (dans les seconds rôles), celui de Sanjeev Bhaskar (Unforgotten) et celui de Sarah Lancashire (Happy Valley).

cinéma,cinema,film,films,musique,chanson

Commentaires

Ed Sheeran un illustre inconnu ??? J'ai bien ri. Tu as dû vivre cette dernière année dans une grotte. Moi-même qui suis loin d'être au fait de l'actualité, je le connais.

Je pense qu'Oasis n'a pas disparu puisqu'il me semble que la copine dit, lorsque Jack interprète Yesterday : c'est pas du Oasis quand même.

Je serais bien en peine de découvrir un film ou une scène "protestant anglo-saxon", mais là encore, j'ai rigolé :-)

Kate McKinnon, je ne l'avais jamais vue. Je l'ai trouvée excellente.
Lily James est délicieuse.
Himesh Patel est FORMIDABLE.
Le film dans son ensemble m'a énormément plu.
Et j'ai beaucoup aimé la scène que tu as senti venir.
Parce que moi, j'ai bien compris que
ATTENTION SPOILER
ATTENTION SPOILER
ATTENTION SPOILER
ATTENTION SPOILER
ATTENTION SPOILER

l'on allait à la rencontre de quelqu'un mais j'aurais plutôt pensé à un des 2 rescapés.
Le non crédité au générique c'est bien Robert Carlyle ??? Bluffant.

Écrit par : Pascale | dimanche, 07 juillet 2019

Répondre à ce commentaire

J'écoute la radio principalement dans mes déplacements, en voiture... et c'est plutôt France Inter / Info / Culture (et une station aveyronnaise). Il m'arrive de "zapper" sur les radios musicales (plutôt le soir en rentrant du boulot)... mais cela dure en général peu de temps. Alors Ed Sheeran...

Concernant Oasis, c'est lorsque le héros effectue ses premières recherches internet que le nom du groupe est mentionné : tout comme les Beatles, il est absent des réponses, ce qui, pour Jack, apparaît somme toute assez cohérent (les frères Gallagher ayant été très influencés par les 4 de Liverpool).

Je pense que tu te trompes à propos de ce que déclare une amie de Jack après qu'il a interprété "Yesterday" : elle dit que ce n'est pas aussi bien qu'un titre de Coldplay (dont c'est le chanteur qui, à l'origine, devait interpréter l'artiste qui met le pied à l'étrier de Jack).

AVIS AUX LECTEURS DE CE BILLET QUI N'ONT PAS ENCORE VU LE FILM : JE VAIS DIVULGACHER GRAVE !

La scène qui évoque (pour moi) le protestantisme anglo-saxon est celle du concert nocturne, durant lequel Jack avoue tout, en public, sur écran géant. C'est typiquement puritain, à l'image de ce qui se trouve, par exemple, dans "La Lettre écarlate". Il faut que le pécheur reconnaisse ses erreurs en public. Le même schéma était à l'oeuvre pendant l'affaire Clinton-Lewinsky, aux Etats-Unis, dans les années 1990. Une énorme pression a été exercée sur le président cavaleur pour qu'il reconnaisse en public avoir menti... et cette contrition lui a d'ailleurs peut-être sauvé la mise, puisque la procédure de destitution engagée à son encontre n'a pas réussi.

Pour revenir au film, durant cette scène de concert, les maladresses se succèdent. Il y a cette pauvre Ellie, qui obéit au doigt et à l'oeil et quitte la foule pour gagner les coulisses, où elle attend, comme une cruche. Il y a aussi le comportement du public, au départ en adoration devant la vedette, avant de la huer, puis de finir par l'applaudir à nouveau. Cette succession rapide de comportements antagonistes n'est pas naturelle... à moins que D. Boyle n'ait voulu souligner la bêtise et la versatilité des masses... ce dont je doute.

Je termine par LA rencontre. Quand j'ai compris que le héros allait entrer en contact avec l'un des Beatles, j'ai un peu hésité entre Lennon et McCartney... mais je me suis vite souvenu de qui le héros avait dit qu'il était l'un des plus grands génies que la Terre avait portés.

Heureusement, les interprètes sont bons (de surcroît Patel chante bien) et l'intrigue est assaisonnée d'humour. Mais il n'y a pas de quoi sauter au plafond.

Écrit par : HenriGolant | dimanche, 07 juillet 2019

Répondre à ce commentaire

Je suis branchée H24 sur Radio Classique et Ed Sheeran n'est pas un chanteur lyrique. Peu importe.

Oui tu as raison c'est Coldplay (que je ne connais strictement pas).

Ah c'est ça le machin protestant ? Moi et les rites religieux... mais oui c'est typiquement anglo saxon cette auto flagellation en public.
Le film est tellement gentil que le gentil héro ne pouvait porter cette culpabilité.
Je m'y suis habituée dans les films même si ces scènes sonnent faux.
L'histoire d'amour n'est guère passionnante mais même là, lorsqu'il hésite à partir je trouve l'acteur super bon... il a du mérite.
Alors que la fille lui demande juste de choisir... comment peut on faire ça ? Son rôle est faible je suis d'accord.

Je n'ai pas sauté au plafond mais de film (m'a) fait du bien
Je le trouve positif sans être niais.

Écrit par : Pascale | mardi, 09 juillet 2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire