Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 04 novembre 2015

Maryland

   Il y a trois ans, Alice Winocour s'était fait remarquer avec Augustine, une fiction à caractère historique très maîtrisée. Une relation homme-femme asymétrique est de nouveau au coeur de l'intrigue. L'homme est Vincent, un soldat français, de retour d'Afghanistan, souffrant sans doute de stress post-traumatique. Il est interprété par l'excellent Matthias Schoenaerts, révélé par Bullhead, vu récemment dans Suite française et Quand vient la nuit.

cinéma,cinema,film,films

   Dans l'attente de l'autorisation de repartir sur le terrain, le héros rejoint un pote et quelques collègues, qui assurent la sécurité de soirées VIP. Un jour, au coeur d'une immense propriété appelée Maryland, il croise Jessie,  l'épouse du client, une femme sublime dont la robe ne laisse rien ignorer des courbes parfaites de son corps. Elle est incarnée par Diane Kruger, d'abord confinée dans le rôle d'un objet précieux.

cinéma,cinema,film,films

   L'histoire se complique parce que Vincent va capter une partie d'une conversation dont le sujet n'est pas des plus vertueux. A partir de là, par petites touches, la réalisatrice instille le doute. Le jeune homme perçoit-il réellement les signes d'une catastrophe imminente, ou bien ses sens sont-ils perturbés par le mal dont il souffre ?

   La relation entre les deux personnages principaux va évoluer... et l'on découvre une Jessie plus "quotidienne", qui n'hésite pas à porter une banale culotte survêtement et s'inquiète pour son fils. On se pose quand même des questions à propos de Vincent : est-il en train de devenir un dangereux prédateur, ou bien ses qualités de soldat vont-elle sauver la vie de sa cliente ? Jusqu'à la fin, Alice Winocour laisse planer le doute sur ce que l'on voit et entend.

   C'est donc un très bon thriller, mis en scène avec brio (ah ces plans de derrière le crâne de Vincent...) et servi par une musique judicieusement choisie, suscitant le trouble ou l'angoisse. Ces dernières semaines, le cinéma français est décidément riche en bonnes surprises, avec les non moins remarquables Fou d'amour, L'Odeur de la mandarine, Par accident et Ni le ciel ni la terre.

21:12 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, cinema, film, films

Les commentaires sont fermés.