Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 31 mai 2008

Du zèle à la Banque postale

   Hier vendredi après-midi, j'ai voulu profiter d'une plage de temps libre pour consulter mon compte postal. Vous avez sans doute deviné : on était le 30 du mois et, selon toute vraisemblance, ma paye devait avoir été versée. En réalité, ma paie est versée le 29, mais, dans sa grande générosité, La Banque postale fait traîner le transfert... une pratique qui, à l'heure du tout numérique, peut sembler ahurissante... en fait le pognon est placé. Rien qu'une journée, me direz-vous, mais multipliez cela par le nombre de comptes... En fin d'année, cela pèse dans le bilan. On comprend mieux pourquoi La Banque postale se porte bien et pourquoi aussi les banques "traditionnelles" (traduction : celles qui entubent encore plus franchement les cochons de payants... pardon, les clients) absorbent une partie du choc de la crise des subprimes (dû à la nullité de leur politique de placement) grâce à l'activité de banque "de détail".

   J'arrive donc au guichet de la poste du faubourg (en numéro 1 sur le fichier joint), où je constate que l'impression de ticket n'est plus disponible. Encore de bonne humeur, et disposant d'un peu de temps, je monte jusqu'à la poste centrale, située en bord de vieille ville, au sommet de la butte ruthénoise, pas très loin de la cathédrale (en numéro 2 sur le fichier joint). Horreur et stupéfaction ! Là aussi, il m'est impossible de consulter mon compte. (J'ajoute que, ne possédant qu'une carte de retrait, et pas une carte de paiement, je ne peux utiliser que les guichets de La Banque postale.) J'entre dans le bâtiment, je fais la queue (non, non , ne soyez pas médisants, les progrès ont été considérables de ce point de vue-là : j'ai peu attendu... et je signale que les guichetières de la poste centrale sont très sympathiques) et, arrivé en face d'une préposée, après avoir appris que la fortune qui m'est mensuellement due a bien été versée, je lui signale le défaut de fonctionnement. Elle me dit qu'elle va immédiatement signaler la chose aux personnes responsables. Il est environ  15h30.

   Le soir, je retourne faire un tour en ville. Par curiosité, je teste le guichet du faubourg : il était dans le même état que dans l'après-midi. Je pousse le vice jusqu'à retourner en vieille ville : le guichet n'avait pas été réapprovisionné en papier ! Le pire est que, alors que le samedi matin, les deux bureaux sont ouverts, rien n'a changé aujourd'hui !!

   Ce samedi, en fin de journée, pendant ma promenade digestive, je me suis souvenu que le nouveau quartier de Rodez (Bourran, une colline annexe, aujourd'hui occupée par une floppée d'immeubles récents construits sans réel souci d'urbanisme) est doté d'un bureau postal. Je décide donc de prolonger de deux kilomètres mon périple pédestre (jusqu'au point numéro 3 sur le fichier joint). Bien m'en a pris : le guichet automatique est approvisionné !

  La Poste Rodez.doc

samedi, 24 mai 2008

Iron Man

   Voici le premier super-héros bling bling : c'est un play-boy cynique et surdoué (marchand d'armes de surcroît... Lord of war n'est pas très loin), gosse de riches, harcelé par une horde de potiches friquées, qui porte des lunettes sombres pour ne pas voir la nuit et roule dans des bagnoles moches mais très chères et qui vont vite. Robert Downey Junior (parfait dans le rôle... entre deux cures de désintox et après quelques séances de muscu) se donne à fond. Il est très bien entouré, notamment par la ravissante, la discrète, l'efficace assistante (Gouinette Pas-trop, délicieuse... mais perchée sur des godasses immondes), forcément amoureuse de son patron, forcément dévouée. Un couple archi-classique, mais qui fonctionne bien.

   Les 45 premières minutes sont excellentes. Le héros découvre qu'en vendant des armes on peut faire du mal... surtout si ce sont des pas-gentils qui mettent le grappin dessus. A la séquence de démonstration, encore bling bling, succède l'attaque (y a du virtuose à la réalisation, moi je vous le dis) puis la détention. On a droit à un portrait de groupe de talibans et autres djihadistes. C'est criant de vérité... à ceci près que cela conforte en certains points les préjugés de base du spectateur ricain : ils sont quand même un peu crétins ces islamistes ! (Vous noterez au passage le keffieh porté en écharpe par le chef... pas une invention totale... mais lui accorder une telle importance dans le costume n'est pas innocent.) Tout cela se termine par une baston générale, qui voit les malins Occidentaux niquer leur race aux méchants islamistes. Je vous parais peut-être légèrement sarcastique, mais sachez que le film est truffé d'ironie, à la fois dans les dialogues (dès que Downey-Stark est dans les parages) et les péripéties (les débuts de l'apprenti homme-volant sont assez comiques). Tout ce qui précède me conduit à déconseiller ce film aux plus jeunes : c'est trop violent et ils ne comprendront pas nombre de "piques" d'adultes.

   Le retour aux States nous vaut d'autres scènes qui dépotent : là les effets spéciaux sont particulièrement mis à contribution : c'est éblouissant. Le plus intéressant est que, contrairement à ce qui se passe dans les autres adaptations de comic books, les acteurs ne sont pas réduits à de la figuration. Downey se démène comme il peut et il se débrouille fort bien, ma foi.

   Reste la morale. Je trouve très positif que, dans un film commercial de cette envergure, le commerce des armes soit dénoncé. Sans trop en dévoiler, je peux ajouter que désigner comme ennemi principal non pas l'islamiste mais celui qui les arme est assez gonflé (même si cela peut aussi être interprété comme l'expression d'un complexe de supériorité : on ne conçoit d'ennemi à sa taille qu'issu du monde "occidental"). Mon humeur s'améliore encore quand je perçois une critique du "gouvernement d'entreprise", en particulier du poids des gros actionnaires dans la définition de la stratégie commerciale d'une boîte. Rien que pour cela, merci les gars.

   Et rendez-vous au numéro 2.

22:50 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

vendredi, 23 mai 2008

Jeux de dupes

   Ouah ! Ouah, ouah ! Ouah, ouah, ouah ! Ouah, ouah ! Ouah !... Eh, oui, ça cabotine un max dans cette tranche de vie signée George Clooney. Les dialogues entre Dodge (Clooney himself, impeccable, tout en charme et autodérision) et Lexie (Renée Zellweger... mmm... délicieuse, piquante... excitante... bon j'arrête, sinon je vais défoncer une pastèque) sont savoureux.

   Clooney est à la fois un esthète et un nostalgique. L'image est donc très "léchée" (oui, Renée, tu peux l'être aussi, si tu le veux !), avec un soin tout particulier accordé aux génériques de début et de fin, avec cette succession de photographies censées être d'époque... C'est assez drôle à la fin... Ne sortez pas trop vite ! Les années 1920 me semblent bien rendues, avec une prédilection pour le côté "obscur", non conventionnel : les bars où, malgré la prohibition, on sert de l'alcool, où l'on se mélange entre Noirs et Blancs, où l'on rencontre des femmes de mauvaise vie... N'oublions pas la triche, la débrouille, érigées en système.

   L'histoire tourne autour du football américain (oui, je sais, mes chers compatriotes, le "faux" football... soyons indulgents pour nos amis incultes d'outre-Atlantique), un sujet qui est loin de me passionner. C'est finalement très intéressant, parce que Clooney a choisi d'insister sur l'essor du professionnalisme, lié à la fois à la "moralisation" du jeu et à l'arrivée des détenteurs de capitaux dans le secteur.

   De l'humour, du romantisme, de l'action (ah cette scène de bagarre avec les bidasses !), dans un cadre volontairement désuet, mais joli. Rien de plus, mais rien de moins. J'en suis sorti content.

19:10 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

jeudi, 22 mai 2008

Bataille à Seattle

   Il paraît que, quand on est proche des altermondialistes, il faut trouver le film caricatural, éloigné de la réalité du mouvement et que, quand on rejette l'altermondialisme, il faut trouver le film trop complaisant vis-à-vis des agitateurs. Reste qu'il montre l'action de ces militants de l'intérieur, plutôt avec empathie, mais il met aussi en valeur le vécu de policiers (un en particulier, joué par Woody Harrelson, excellent) et d'intervenants "officiels" à la réunion de l'O.M.C. organisée à Seattle, en 1999.

   Nous les Frenchies, on se souvient certes de la violence qui s'est déchaînée à l'époque, mais on s'est aussi focalisé sur un célèbre moustachu néo-aveyronnais, parti là-bas dénoncer la mondialisation néo-libérale, la taxation du Roquefort (shocking !)... et la malbouffe. Ce film s'inspire à mon avis du Bloody Sunday de Paul Greengrass : par un effet documentaire, en multipliant les points de vue, il vise à faire émerger les causes du dérapage. Comment des manifestants en grande majorité pacifiques et des policiers ayant reçu des consignes de modération ont-ils pu finir par s'affronter violemment ? S'il dénonce les exactions des anarchistes, le réalisateur place clairement la responsabilité sur les épaules des dirigeants des forces de l'ordre et des agents du Gouvernement (ben oui, c'était Clinton à l'époque)

   C'est tourné de manière efficace et surtout c'est bien interprété. On notera que les principaux altermondialistes sont tous de beaux mecs ou des gonzesses bien roulées, que la troupe de policiers ressemble un peu parfois à une bande de surfeurs et que nombre de politiques (états-uniens comme étrangers) "présentent" bien. (Salut Isaach de Bankolé !) C'est peut-être la principale limite de ce film qui, par souci de faire passer un certain nombre de messages, joue à fond la carte hollywoodienne.

   Une remarque pour terminer. J'ai vu le film en version doublée (en français). Deux erreurs sont à noter : une faute de conjugaison dans le texte affiché, à la fin, et l'obstination à faire dire aux personnages s'exprimant dans la langue de François Fillon "IMF" au lieu de "FMI" (il s'agit du Fonds Monétaire International, autre bête noire des altermondialistes).

18:05 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

jeudi, 15 mai 2008

Cleaner

   Nettoyeur, que ça donne quand on traduit. Le héros (Samuel L. Jackson, vieilli, un peu empâté... va falloir faire un peu d'exercice, mon gars... à moins que ce ne soit pour le rôle ?) exerce une activité particulière : il nettoie les lieux où s'est déroulé un drame sanglant (accident mortel, suicide, assassinat, épilation atomique, émasculation par les oreilles...). Il est très méthodique, maniaque même, obsédé par l'hygiène... et c'est un ancien flic ! N'en jetez plus ! Néanmoins, le personnage n'est pas d'un bloc. Le film se charge de nuancer le portrait. C'est tout de même un type attachant, qui vit avec sa fille. Cela nous donne de belles scènes de famille, tendres ou conflictuelles (la petite, mûre pour son âge, est une ado tourmentée... et le papa a du mal à gérer parfois).

   Le talent du réalisateur (qui, s'il n'est pas un génie, est un habile faiseur) s'est porté sur les séquences de "nettoyage". Il a soigné la disposition des caméras, varié le cadrage et les prises de vue. Le verre et les autres matières transparentes (ou translucides) sont souvent mis à contribution. C'est la première séquence de nettoyage (celle qui met en place l'intrigue en fait) qui est la plus détaillée. On aurait pu craindre qu'elle s'apparente à une resucée d'images publicitaires pour produits détergents mais, en fait, c'est très réussi, fascinant parfois (la musique accompagne bien).

   Les autres personnages sont travaillés : ils ont une part d'ombre et une de lumière... même les corrompus peuvent faire preuve d'humanité ! Cela donne du corps à l'histoire et introduit de l'incertitude, de la tension : mais qui a tué ? Honnêtement, très vite, j'ai eu des soupçons fondés, mais ce n'est que dans les 20 dernières minutes que l'on découvre le pot-aux-roses. Le personnage principal m'a d'ailleurs semblé résoudre l'énigme un peu abruptement. Comme le film ne dure qu'1h25, je pense que deux-trois scènes intermédiaires ont dû être coupées au montage, ce qui est regrettable.

14:46 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

vendredi, 09 mai 2008

Beaufort

   Il n'est question ni d'un charmant village de France profonde ni d'une mer déchaînée hostile aux pêcheurs. Il s'agit tout simplement du nom d'une fortification construite jadis par les croisés, dans le Sud de l'actuel Liban. L'action se déroule au tournant des XXe et XXIe siècles, peu avant le retrait israélien. C'est la vie confinée d'une poignée de soldats qui nous est montrée.

   Visiblement, le réalisateur s'est documenté. J'ai vu dans le générique de fin que c'est tiré d'un livre, sans doute autobiographique. Les relations entre ces jeunes Israéliens aux origines diverses sont décrites avec réalisme et un grand souci du détail. Les contrastes sont forts entre le fils de gauchiste, devenu démineur, le fils de personne, militariste à donf et les appelés du contingent (hé, oui, le service militaire existe encore là-bas... et il dure 3 ans pour les garçons !). Il est souvent question des femmes (les mères, les copines, réelles ou supposées), mais on n'en voit aucune à l'écran (sauf en photo). J'insiste : ça manque de gonzesses !

   L'image est soignée, dès le début : je pense à cette scène qui voit la silhouette du soldat finalement s'inscrire dans une des lettres du titre. Comme une bonne partie de l'action se déroule la nuit, on a droit à des jeux d'ombre et de lumière... sympas. Il faut aussi bien faire attention au cadre : à un moment, dans le quartier de repos, pendant que l'un des soldats se débarrasse, on perçoit du mouvement dans un coin : un autre saisit une cigarette puis l'allume... il va bientôt s'exprimer. C'est vraiment joliment filmé. Quelques séquences rappellent que l'on est en guerre, sans chichis.

   Deux heures (et cinq minutes), cela fait toutefois un peu long. C'est parfois trop contemplatif. Par contre, la musique est excellente : elle en rajoute dans le côté irréel de certaines scènes, un peu dans l'esprit de certains films d'anticipation des années 1960-1970.

   Pour les amateurs : le site du Monde propose le commentaire d'images extraites du film par le réalisateur.

19:20 Publié dans Cinéma, Proche-Orient | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

jeudi, 08 mai 2008

La source thermale d'Akitsu

   Il s'agit d'une reprise : le film de Kuji Yoshida date de 1962. On redécouvre ce réalisateur japonais, qui m'a semblé s'inspirer à la fois du cinéma "qualité française" classique (genre les films avec Danielle Darrieux) et de la "nouvelle vague" (non, il ne s'agit pas de la nouvelle coupe de cheveux de l'un des fils Sarkozy).

   Le début est très intéressant : l'action prend place à la fin de la seconde guerre mondiale. A travers l'histoire de ce soldat malade, on entrevoit un pan de la société japonaise à la veille de la défaite. La première rencontre avec l'héroïne (superbe actrice, au passage) est joliment filmée. Le metteur en scène sait utiliser les contrastes d'ombres et de lumières pour suggérer les sentiments. Mais après ce bon début, cela s'enlise. C'est un mélo ennuyeux, où tout est surligné par une musique envahissante (assez de violons !). La fin est attendue.

   Voilà pour le commentaire de l'Occidental de base. Mais, si l'on change de point de vue, on peut voir ce film comme l'étude de l'échec du don. Ce soldat n'a pas compris qu'il était redevable à cette jeune femme qui lui a sauvé la vie. En échange, elle demandait son amour. Pour couronner le tout, je dois dire que le "héros" m'est particulièrement antipathique : c'est un gamin attardé, capricieux et superficiel. (Tiens, prends ça dans les burnes !)

18:15 Publié dans Cinéma, Japon | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

mercredi, 07 mai 2008

[Rec]

   Les Espagnols ont effectué une appréciable percée dans le cinéma de genre, d'épouvante dans le cas qui nous occupe. [Rec] louche à la fois sur les longs métrages espagnols (et états-uniens) qui ont été précédemment consacrés aux phénomènes "surnaturels" (mais avec une explication somme toute rationnelle...) et sur Le projet Blair Witch. Le film qui nous est présenté est supposé être l'enregistrement de la caméra du duo de reporters qui suit des pompiers, une nuit, dans leurs interventions. On a donc du direct, du off, du refait... bref, on ajoute aux séquences "filmiques" classiques tout ce qui est d'habitude coupé au montage. Le principe est grosso modo respecté, en dépit de quelques entorses (avec la scène de "retour en arrière" notamment).

   Ce n'est pas très effrayant, surtout à partir du moment où on a compris la source des "problèmes"... et surtout quand on a compris comment cela va se terminer. Cela se regarde néanmoins sans déplaisir.

   Les meilleurs moments du film sont ceux qui mettent en scène une vision assez caustique des médias. Cette petite équipe de journalistes veut du sensationnel (ils espèrent un bon incendie, histoire de mettre en boîte une séquence qui déchire) est assez puante sur le fond. On les sent souvent méprisants vis-à-vis des gens qu'ils interrogent et ils sont prêts à enfreindre toutes les règles pour avoir leur "sujet".

13:20 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

samedi, 03 mai 2008

Une bourde cartographique au "Monde"

   Il s'agit d'un article du 22 avril 2008, consacré à la rouille noire. Le texte en lui-même ne pose pas de problème. On peut d'ailleurs y accéder à l'adresse suivante :

 http://www.lemonde.fr/sciences-et-environnement/article/2...

   L'auteure, Christiane Galus, est une chroniqueuse scientifique qui ne m'a pas habitué aux erreurs. Ses articles sont en général fort intéressants. Mais l'infographie qui accompagnait la version papier comportait un gros caca. La voici :

1874066379.JPG

 

   Observez la place de l'Ouganda ; le pays qui est nommé ainsi est en fait la République Centrafricaine. A ceux qui doutent, je conseille de vérifier sur une carte de l'Afrique, comme celle qui suit :

1084841135.png

 

   Bon, l'erreur est humaine mais, vu le nombre de journalistes et de correcteurs qui sont employés par le "quotidien de référence", on peut s'attendre à ce qu'au moins les bourdes soient évitées.

15:23 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : de tout et de rien

jeudi, 01 mai 2008

Petit dérapage antisémite au "Monde"

   Abonné à la version papier du "quotidien de référence", je n'en épluche qu'une partie chaque jour. C'est plus tard que j'achève la lecture de chaque numéro. Ce n'est donc qu'hier que j'ai terminé celui du vendredi 25 avril. J'y ai trouvé un article consacré au centenaire de la naissance d'Herbert von Karajan, considéré (à juste titre, à mon humble avis) comme l'un des plus grands chefs d'orchestre de tous les temps.

    Karajan a adhéré au parti nazi après l'arrivée de celui-ci au pouvoir. (Et même plus tôt qu'on ne l'a longtemps cru : dès avril 1933, comme l'a révélé un article du Monde du 25 février 2008.) Cela lui a été longtemps reproché... à raison. Les spécialistes tendent à penser qu'il a procédé ainsi davantage par opportunisme (et même carriérisme) que par adhésion idéologique. S'il apparaît ne pas avoir été un fanatique antisémite, il est par contre incontestable qu'il était, à cette époque (les années 1930-1940), un jeune con talentueux et arriviste, qui a profité de l'exclusion des juifs pour lancer sa carrière. Sous la plume de Renaud Machart (du Monde), cela donne : "Le jeune Salzbourgeois apprendra le métier méthodiquement, à l'ancienne, dans de petites structures provinciales, prendra sa carte au parti nazi pour ne pas se fermer les portes qu'il souhaitait franchir [...]". Admirez la litote ! Ce journaliste a du mal à admettre qu'on puisse être un grand chef d'orchestre et un sale type. Du coup, il atténue le carriérisme et l'insensibilité du personnage.

   Mais le pire est à venir. Croyant bien faire (toujours pour défendre Karajan), R. Machart ajoute une parenthèse à la phrase précédente :

"(mais sa seconde femme, épousée en 1942, avait du sang juif)". Il faut d'abord préciser au journaliste qu'Anita Gütermann, épousée en 1942, ne fut pas la seconde mais la deuxième épouse du chef d'orchestre, puisque, après leur divorce en 1958, il s'est de nouveau marié, avec un mannequin français, Eliette Mouret, une jeunette de 19 ans.

    Mais le problème n'est pas là. Ce journaliste utilise le vocabulaire des antisémites pour exprimer la judéité de la deuxième épouse de Karajan. Qu'est-ce qu'un "sang juif" ? Est-il moins rouge qu'un "sang non-juif" ? Est-il d'une autre couleur ? On nage en plein délire ! De surcroît, quand on apprend que ladite épouse n'avait qu'un seul de ses quatre grands-parents juif, on se demande ce que ce journaliste a dans la tête.

14:13 Publié dans Histoire, Musique, Presse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique