Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 30 juin 2008

Capitaine Alatriste

   C'est un grand film de cape et d'épée, à la mode espagnole, même si le rôle-titre a été attribué à Viggo Mortensen (qui doit sans doute sa maîtrise de la langue de Luis Aragones à ses années enfantines passées en Amérique du Sud). Cela se passe au XVIIe siècle, à peu près à l'époque où Alexandre Dumas a situé ses Trois mousquetaires : les pendants de Louis XIII et Richelieu sont Philippe IV et le comte-duc Olivarès. (On a même droit à la présence du duc de Buckingham !)

   Ce film est d'abord d'un grand intérêt pour qui veut toucher du doigt l'influence dont a longtemps joui en Europe l'Eglise catholique en général, sa frange extrémiste en particulier. Soyez attentifs aussi au statut des femmes, à leur habillement (voile ou pas, habit d'homme ou pas...)

   C'est évidemment pétri de rebondissements, romanesque à souhaits. On peut noter que les amours sont fortement contrariées. Il y a comme une ambiance de doux désespoir parfois. On se bat aussi avec courage et adresse... et le réalisateur a tenu à montrer qu'un ou plusieurs coups d'épée ne tuent pas immédiatement. La séquence du début, dans les marais de Flandre, est excellente.

   La critique n'a guère aimé, mais, en gros, qu'ils aillent se faire voir ! C'est un bon spectacle, très hollywoodien certes, mais réussi.

  

17:11 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

dimanche, 29 juin 2008

Au bout de la nuit

   Los Angeles, la nuit, au crépuscule, à l'aube, c'est joli... et pourtant il s'y passe des choses pas très propres. Fort heureusement, une bande de flics sévèrement burnés est là pour remettre un peu d'ordre. Autour de Keanu Reeves et Forest Whitaker (excellents), James Ellroy a coécrit un scénario noir, très noir, mis en scène de façon nerveuse, très nerveuse, giclante parfois.

   C'est donc d'une très grande violence tout en étant bien léché. A travers le personnage du "redresseur de torts" (Keanu Reeves), le propos est extrêmement ambigu. Les exécutions sommaires sont montrées comme étant la seule solution efficace face à la corruption généralisée.... tellement généralisée qu'on finit par se demander qui est plus pourri que l'autre, tout le monde étant plus ou moins "mouillé".

   C'est divertissant, prenant, mais assez nauséabond sur le fond.

16:29 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

samedi, 28 juin 2008

Les hommes

   Voilà un bien étrange documentaire, dont le titre sonne comme une antiphrase : il n'est pratiquement pas question des êtres humains dans ce film, sauf à la fin (la caméra s'est concentrée sur la quête et les gestes méthodiques des scientifiques). Le reste du temps, ils apparaissent très peu et leurs conversations ont été effacées de la bande-son. Pourtant, l'expédition scientifique qu'Ariane Michel a accompagnée au Groënland a joué un rôle important.

   Les héros sont en réalité les non humains. On a les animaux : un ours polaire, vraiment magnifique bête, des morses (ça pourrait faire de sacrés vampires !), des oiseaux en veux-tu en voilà (bon moi, je suis incapable de les reconnaître, mais je suppose que les spécialistes apprécieront). Les végétaux apparaissent plutôt sur la fin, alors que le monde minéral est assez bien représenté.

   Mais, d'une manière générale, le paysage est le véritable héros du documentaire. C'est très contemplatif. Pour ceux qui l'ont vu, il y a quelque chose du Grand silence.

   Cela donne de longues séquences de "cinéma-carmélite". Parfois c'est réussi, on se passionne pour ce qui est montré. Parfois on se fait franchement chier. 1h30 à ce rythme, c'est un peu long. Ceci dit, c'est une expérience à tenter.

15:22 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

vendredi, 27 juin 2008

Alerte aux faux billets siliconés !

   Ce vendredi soir, je sors pour une petite promenade digestive. Sur mon chemin, je m'arrête pour saluer un couple de commerçants (forts sympathiques, n'hésitons pas à le dire). Alors que je rentre dans leur boutique, une conversation animée est engagée entre eux et une cliente (elle aussi commerçante). Je ne tarde pas à comprendre de quoi il s'agit.

   Avant-hier soir, le commerçant voit entrer dans sa boutique une superbe jeune femme, "blonde, mince, bronzée... et à forte poitrine". (Je me contente de citer ses propos, sans porter aucun jugement de valeur.) Cette cliente commande deux boissons gazeuses et, malheureusement, n'a qu'un billet de 50 euros pour régler. D'habitude, le commerçant n'accepte pas ces billets, en particulier lorsqu'ils lui sont proposés par des personnes de passage (il s'est déjà fait avoir par le passé). Sur le coup, il avoue ne pas avoir trop regardé le billet, ses yeux étant sans doute attirés par autre chose. Il rend donc 47 euros de monnaie. La cliente sort.

   Arrive la compagne du commerçant, qui, au premier coup d'oeil, se rend compte qu'il s'agit d'un faux billet. Ils n'ont pas le temps de courir après la cliente qu'elle est déjà montée dans une voiture garée à proximité, dont le chauffeur visiblement l'attendait. Les commerçants ont tout de même eu la présence d'esprit de relever le numéro (se terminant par 30... oui, c'est le Gard), avant d'appeler la Police. Ils apprennent bien vite qu'il s'agit de celui d'une voiture volée, je crois. La même petite bande a déjà opéré dans le coin, et continue, avec d'autres plaques (dont une immatriculée dans le Gers... C'est le numéro 32). La Police a fait le tour des commerces pour mettre en garde leurs tenanciers.

   Le commerçant "jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus". Il garde néanmoins un souvenir ému de la pulpeuse escroquerie, entaché par l'avoinée que sa conjointe lui a passée après avoir découvert son inconséquence. Un client un brin caustique lui a fait remarqué qu'il a été puni par où il a péché...

jeudi, 26 juin 2008

Valse avec Bachir

   Le Bachir en question est (était) Béchir Gémayel, chef des Phalanges libanaises, assassiné en 1982. (Son neveu, Pierre, a connu le même sort en 2006. Dans les deux cas, beaucoup y voient la main de la Syrie...) Cet assassinat a servi de prétexte au massacre de centaines de Palestiniens vivant dans des camps de réfugiés au Liban. Le titre peut se comprendre de deux manières. C'est d'abord une allusion à une très belle séquence de ce docu-fiction animé, qui voit un des soldats israéliens se souvenir de sa participation à l'invasion du Liban par Tsahal. C'est aussi, de manière plus symbolique, une allusion à la collusion des officiers israéliens avec les extrémistes chrétiens libanais.

   Le film s'articule autour de séquences-témoignages. Le réalisateur a rencontré des vétérans israéliens et, au lieu de les filmer, il les dessine (ou fait dessiner). Cela ressemble à des entretiens, cela a le goût d'entretiens, mais c'est plus que cela. Le dessin animé autorise les retours en arrière, la reconstitution de scènes, parfois de manière onirique. Il est question d'interpréter les rêves (les cauchemars plutôt) de ces anciens soldats qui ont refoulé leur participation à ce conflit.

   Sans être aussi léché qu'une animation japonaise haut-de-gamme, le film est une grande réussite formelle. Le rêve récurrent, celui des hommes sortant de l'eau, est vraiment très marquant. La musique est bonne. C'est parfois drôle, caustique, lorsque cela prend la forme de clips vidéos : les bombardements ratés et le passage sur le film porno sont particulièrement réussis.

   Reste cette violence inacceptable, celle des Phalanges libanaises. La fin du film laisse la réalité passer devant les images de fiction. L'auteur a visiblement voulu montrer ce qu'est un crime contre l'Humanité.

   Une remarque : il est important de se documenter un minimum avant d'aller voir ce film. Si vous ne connaissez rien à l'histoire du Proche-Orient, vous risquez d'être un peu déroutés.

L'Histoire.jpg
 
Ce numéro 39 des "Collections de L'Histoire" (encore en vente) est très bien fait.
 
Monde diplo.png
Ce recueil d'articles du Monde diplomatique est bien fait, avec un point de vue plus palestinocentré (dans une optique "tiers-mondiste").
 
Le Monde 2 a aussi publié deux numéros spéciaux, un sur le Proche-Orient, l'autre sur Israël.

13:18 Publié dans Cinéma, Proche-Orient | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

mercredi, 25 juin 2008

Teeth

   Voilà un vrai film de gonzesses ! J'en déconseille donc vivement le visionnage à ceux de mes collègues burnés qui n'ont pas les gonades solidement arrimées ! Hé, oui ! Figurez-vous que l'héroïne, qui a grandi à proximité d'une centrale nucléaire, a une dent (voire plusieurs) contre la gent masculine.

   Comme tout bon film censé susciter l'effroi, celui-ci est fondé sur une sorte de morale : les méchants mecs (ceux qui ne traitent pas bien les femmes) sont punis. Le tout est montré avec un réalisme (sans que la mise en scène soit ostentatoire, ce qui est à noter : le réalisateur n'est pas un tâcheron ; il a bien construit ses plans... c'est un délice à regarder) qui m'a fait plusieurs fois porter la main aux parties génitales ! Bon, j'ai bien rigolé aussi !

   Le film se veut faussement angélique. Les scènes supposées mièvres alternent avec des moments de tension. Le scénario place l'action dans le milieu blanc conservateur, fondamentaliste même. Au secours Darwin ! La mise en scène est pleine de sous-entendus, qu'il soit question d'un nouvel Eden, d'une corde à noeuds, d'une ouverture en forme de vulve dans un arbre ou encore de sortes de stalactites rocheuses, dans une grotte, formant comme la dentition d'une gueule agressive...

   L'interprétation est brillante, en particulier celle de l'actrice principale, Jess Weixler (interprète de Dawn, une jeune femme à l'aube d'une nouvelle vie...), qui excelle à alterner les tempéraments (coincée bondieusarde, ado amoureuse, paumée larmoyante et lutine vengeresse).

15:48 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

mardi, 24 juin 2008

Et puis les touristes

   Am Ende kommen Touristen que ça s'appelle, en allemand, langue dans laquelle (avec le polonais et un soupçon d'anglais) le film a été tourné. La traduction aurait été meilleure avec un titre du genre Et, finalement, les touristes. Bon, moi je dis ça comme ça...

   Sujet casse-gueule : un djeunse teuton fait son "service civil" (vous avez bien lu, amis français au civisme défaillant) à Oswiecim... Auschwitz. Il va notamment être chargé de s'occuper d'un vieux Polonais, lié au camp : c'est un ancien détenu, qui intervient devant les groupes (de jeunes, en particulier)... et qui répare des valises. Pas n'importe lesquelles : celles des anciens déportés, dont certaines sont exposées dans une vitrine du musée.

   Vous vous doutez bien qu'au début, le courant ne passe pas très bien entre le vétéran souffreteux mais orgueilleux et le jeune homme bien sous tout rapport mais à la base pas emballé à l'idée de passer plusieurs mois dans ce trou polonais. L'un des attraits du film est l'évolution des relations entre ces deux personnages, du point de vue affectif mais aussi du point de vue de l'ascendant.

   Notre jeune héros prend aussi contact avec des Polonais de base, notamment une guide trilingue dont il aimerait encore plus se rapprocher. (On le comprend : elle a un charme fou.) Les scènes confrontant l'Allemand à différents Polonais sont souvent comiques (en plus il ne comprend guère la langue des frères Kaczynski). Même si ce n'est pas le propos principal du film, on voit comme une fracture Nord/Sud séparer certains personnages (de surcroît une entreprise allemande a "délocalisé" en Pologne).

   Le film est très profond quand il aborde la transmission du vécu des déportés. On a ici une illustration germanique du "devoir de mémoire", avec l'émotion qui l'accompagne, mais aussi ses limites et, parfois, ses incongruités. Une des premières scènes du film voit le héros passer en taxi devant l'entrée du camp, où l'on aperçoit des cars et des touristes (qui sait, peut-être en short et tongs). Il y a quelque chose d'obscène dans cette scène. Obscène aussi le désintérêt de certains jeunes, à peine réveillés par le vestige de tatouage de l'ancien déporté. Obscène enfin l'obséquiosité exagérée des représentants de cette entreprise allemande, très "politiquement corrects" mais finalement peu respectueux du vieil homme.

   Le film est en partie autobiographique :

http://www.allocine.fr/film/anecdote_gen_cfilm=128152.html

http://www.etpuislestouristes-lefilm.com/

23:39 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

lundi, 23 juin 2008

Quatre New-Yorkaises dans le vent

   Je n'ai vu aucun épisode de la série Sex and the City. Par contre, j'en avais beaucoup entendu parler avant de me décider à voir ce film. Ce sont principalement des collègues femmes qui m'ont renseigné sur la chose. J'y suis allé en ayant deux idées en tête : les héroïnes baignent dans un milieu ultra favorisé, très fashion, et le ton est à la comédie, parfois crue dès qu'il est question de sexe.

   Le film suit ce cahier des charges, en gros. J'ai donc été particulièrement agacé par le côté "pétasses" des héroïnes, obsédées par les fringues moches et chères (c'est fou la variété de godasses immondes et hors de prix qu'il existe). Je n'ai pas compté le nombre de scènes au cours desquelles une marque de produit de luxe est soit apparente (à travers un paquet notamment) soit citée par l'un des personnages, mais c'est saoulant à la longue. (Voyons néanmoins le côté positif : cela contribue peut-être à maintenir des emplois en France dans ce secteur...) Dans le genre, il est intéressant de noter que le mec idéal (pas le même pour chacune des quatre) est forcément très à l'aise financièrement. Vous ne voudriez tout de même pas qu'elles s'amourachent d'un type incapable de leur payer des vacances à Acapulco ? Ceci dit, comme elles-mêmes gagnent bien leur vie, au moins ne sont-elles pas entretenues.

   Car on n'a pas voulu en faire des poufs. Elles sont sympathiques, touchantes parfois. Ma préférée est celle qui est heureuse en mariage et finit par tomber enceinte. (Charlotte, je crois.) Elle est au coeur de deux scènes très cocasses, une avec du caca (j'adooore !), l'autre avec l'ex-futur-mari de Carrie (elle finit par lui sortir la réplique qui tue... Tordant !). Par contre, il est évident que les dialoguistes y sont allés mollo avec le sexe, histoire sans doute d'éviter un avis Restricted, hyper pénalisant pour un film commercial. On a tout de même droit à quelques moments coquins autour du personnage de Samantha.

   Sarah Jessica Parker semble au-dessus du lot. Elle dégage quelque chose de supplémentaire. Je ne sais pas... la forme du visage, le sourire, le regard.

   Ce n'est donc pas un mauvais film, mais j'ai quand même été un peu déçu.

20:31 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

vendredi, 20 juin 2008

Ken 1 (L'Ere de Raoh)

   Derrière ce titre se cache l'adaptation cinématographique d'un manga, Ken le survivant, rendu célèbre jadis par feu le  Club Dorothée. (Hé, oui, "je vous parle d'un temps, que les moins de vingt ans, ne peuvent pas connaître"...). Je crois me souvenir que sa diffusion avait été interrompue suite à des protestations vertueuses (forcément vertueuses) : le dessin animé s'était fait remarquer par son extrême violence, rendue encore plus marquante par des choix graphiques assez originaux.

   Thierry Ardisson avait abordé le sujet avec Dorothée (rien qu'à voir la tronche de ces deux-là, on se dit que l'extrait ne date pas d'hier) :

http://www.youtube.com/watch?v=Q4gire1yn78

   On retrouve l'esprit de la série dans ce long-métrage. Les mecs sont hyper-baraqués, avec des bras épais comme deux paires de cuisses, des abdos plaques de chocolat transgénique et le regard farouche, très farouche. On n'est pas là pour rigoler ! Si le dessin m'est apparu davantage soigné que dans l'animé, il reste des tics, comme ces plans fixes (avec un petit zoom pour faire croire au mouvement) qui permettent d'économiser le travail des dessinateurs.

   Au niveau de l'histoire, il vaut mieux avoir quelques souvenirs de la série pour bien comprendre le film : les explications du début sont insuffisantes (et débitées rapidement) pour le spectateur lambda. Peut-être pour éviter l'accusation de sexisme, on a introduit un personnage féminin combatif... mais secondaire tout de même. (A quoi vous attendiez-vous, hein ?) Comme le titre l'indique, ce n'est que le premier épisode d'une série.

14:03 Publié dans Cinéma, Japon | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cinéma

lundi, 16 juin 2008

JCVD

   J.C.V.D.... Bon sang, mais quoi qu'est-ce ? "Je Chie Vraiment Dur" ? "Jamais Carla ne Voudra mon Dard" ? "Joueur de Curling Vachement Débile" ? Pas du tout ! Il s'agit de Jean-Claude Vandamme (Van Varenberg de son vrai nom). C'est un mélange de fiction et de documentaire. A la base, pas de quoi m'intéresser. Pour moi, Vandamme est resté le symbole d'abord de films de blaireaux, ensuite d'une ringardise assumée à travers ses formules creuses, faussement philosophiques.

   Le film joue sur les deux niveaux. Ce qui est dit et montré sur Vandamme est-il vrai ? Plus ou moins. Quand est-ce une fiction, quand est-ce la réalité ? Vandamme est-il un gros crétin ? Est-ce bien lui qui braque la banque ?

   Cela commence par un joli plan séquence, une méga baston durant laquelle Jean-Claude Vandamme dézingue tous les méchants. C'est à la fois dynamique et comique, à l'image de tout le film, toujours à la limite de la parodie. C'est en noir et blanc, très joli (comme un autre film belge truculent, C'est arrivé près de chez vous, auquel il est plusieurs fois fait allusion dans le film... On peut aussi voir des références au Pulp fiction de Tarantino voire aux frères Coen). La musique est jazzy, très bien.

   L'un des principaux ressorts comiques du film est le fait que l'un des gangsters auxquels Vandamme se retrouve confronté est fan de ses films. Cela crée une multitude de situations cocasses. Un autre ressort est constitué par l'accumulation de déboires de Vandamme qui, décidément, n'a pas de bol ! Autour de lui, on remarque une brochette d'acteurs hauts en couleur, avec notamment une chauffeuse de taxi belgissime et surtout en méchant très méchant bien chtarbé Zinedine Soualem comme vous ne l'avez jamais vu !

   Le réalisateur est Mabrouk el Mechri. Un nom à retenir à mon avis.

   Le site officiel :

http://www.jcvd-lefilm.com/journal/?cat=3

14:48 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

dimanche, 15 juin 2008

Phénomènes

   C'est le nouveau Shyamalan. On y retrouve le procédé caractéristique de ce cinéaste : la confrontation d'individus a priori ordinaires à un élément qui semble paranormal. Le début fonctionne bien. Les suicides des ouvriers du bâtiment, en particulier, sont impressionnants. C'est (à mon avis) un écho au 11 septembre 2001 : des dizaines de personnes ont préféré sauter des deux tours plutôt que de mourir brûlées vives ou écrasées. Il paraît que les images de l'impact des corps au sol existent, mais que les autorités les ont censurées. En tout cas, cela démarre fort.

cinéma

   Le problème est que cela s'essouffle vite. Shyamalan sombre dans une sorte de mysticisme écologiste. Le scénario est moins bien charpenté que ce à quoi je m'attendais. Ajoutez à cela une interprétation très moyenne (pour ne pas dire mauvaise par instants... purée, où est passée la direction d'acteurs ?) et vous aurez un tableau de ce que cela donne. Je garde en mémoire des moments forts, quelques autres comiques (ah voir Mark Wahlberg parler à une plante verte... dont il s'aperçoit finalement qu'elle est en plastique, voilà qui ne manque pas de sel !), mais l'ensemble est trop inégal, décevant au final.

19:37 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

samedi, 14 juin 2008

Les orphelins de Huang Shi

   La critique n'a en général pas été tendre avec cette production australo-américano-chinoise. Peut-être le réalisateur n'a-t-il pas la cote ? Peut-être le style hollywoodien (assumé) de nombre de séquences a-t-il rebuté ? A la base, il s'agit d'une aventure humaine, sur fond d'invasion de la Chine par l'armée japonaise. Là-dessus se greffe un jeu amoureux pas si simple que cela.

   L'interprétation est en général bonne : Chow Yun-Fat et Michelle Yeah sont excellents, tout comme Radha Mitchell (qu'on a vue chez Woody Allen il y a quelques années) ; la déception vient de Jonathan Rhys-Meyers (lui aussi remarqué chez Woody... rappelez-vous, Match point), certes joli garçon (ouais... bof), mais pas très crédible dans le rôle de ce journaliste (qui a réellement existé) entreprenant, qui va découvrir une forme d'idéalisme (il est déjà un peu boy scout à la base).

   Comme c'est un photographe, le réalisateur effectue de temps à autre des arrêts sur image (en noir et blanc), très réussis ma foi (encore merci au matériel et aux techniciens). C'est correctement filmé, superbes paysages à l'appui. On n'a pas cherché à trop édulcorer : les massacres commis par l'armée japonaises sont rendus avec un réalisme certain, même si les pires horreurs ne sont pas montrées. Le souci du détail a conduit les scénaristes à présenter les divisions des Chinois (entre nationalistes et communistes). Ceci dit, le personnage de Chow Yun-Fat, un "rouge", a très peu de caractéristiques le rattachant explicitement au communisme. Il est surtout montré comme un résistant.

   J'ai ri grâce aux orphelins, en particulier lors de la séquence de l'épouillage, où le ridicule du nouvel arrivant est utilisé pour "faire passer la poudre"... Les gamins font les cons, assez plaisamment ma foi. Plus loin dans le film, une petite bataille de boules de neige produit le même effet. D'un autre côté, le basculement de la majorité des enfants, de l'oisiveté au travail productif dans l'intérêt de tous, est mis en scène avec subtilité.

   Evidemment, deux des personnages finissent par coucher ensemble (mais ça met du temps). A plusieurs reprises, j'ai été émouvé, je le reconnais. Globalement, ça marche, quoi.

   Une remarque pratique pour terminer. J'ai vu le film en version originale sous-titrée à Paris, au cinéma Le Bretagne , situé dans le quartier Montparnasse. Je ne vous le recommande pas. On a laissé entrer des retardataires jusqu'à plus d'un quart d'heure après le début du film (pas le début de la séance, hein !). Vous me direz, vu que cela dure 2 heures, la gêne n'est pas si grande. Ben ça fait chier quand même ! (Surtout quand la place est à près de 10 euros !)

16:58 Publié dans Chine, Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

vendredi, 13 juin 2008

Le film que je n'ai pas pu voir

   De passage à Paris pour le boulot, je me suis réjoui d'avance des soirées cinéphiliques que je pourrais m'offrir. Mercredi dernier donc, j'avais prévu de voir Ezra, un film nigérian sur les enfants-soldats. J'avais choisi ce jour-là parce que les places sont moins chères (ben oui, je suis un peu aveyronnais sur les bords) et parce qu'une séance était prévue à 22h.

   Vient le mercredi. En fin d'après-midi, je sors du boulot, tranquillement, je rentre à l'hôtel, je fais une petite toilette (oui, tout de même, je ne suis pas un gros porc) puis je vais me sustenter. Sur les coups de 21h15, je commence ma promenade digestive en direction de la place Saint-Michel, où se trouve le cinéma qui programme Ezra. Les moins jeunes savent qu'il s'agit du cinéma qui a été victime d'un incendie criminel lors de la sortie du film La dernière tentation du Christ, en 1988. Pour se rafraîchir la mémoire, ou en savoir plus :

http://www.ina.fr/archivespourtous/index.php?vue=notice&a... 

   J'arrive vers 21h40. Sur la place, à côté, une bande de djeunses de lieue-ban fait un petit show sur de la musique moderne. Un petit attroupement se forme. Les voitures de police qui passent ont d'autres chats à fouetter que la diffusion illégale de chansons non libres de droits. Le problème est que je suis tout seul devant la caisse ! Les spectateurs de la séance précédente sortent. La caissière me fait remarquer que, si je suis l'unique client pour celle de 22h, elle ne lancera pas le film. Du coup, durant les dix minutes qui suivent, j'observe avec une attention toute particulière les passants qui regardent les affiches. Vient le moment fatidique : je suis toujours seul ! La caissière ferme... et je me retrouve grosjean comme devant !

vendredi, 06 juin 2008

Bertrand Delanoë à Rodez

   J'en avais entendu parler, mais je n'y avais guère prêté attention. Et puis, ce soir, après le boulot, je suis allé faire un tour dans la vieille ville. En passant, je suis entré dans la (bonne... très bonne même) librairie La Maison du livre (dont le directeur, Benoît Bougerol, préside le S.L.F., syndicat de la librairie française). J'ai été étonné d'y voir régner une telle animation vu l'heure. De surcroît, la librairie est encore en pleins travaux (ils seront bientôt terminés... et le résultat est assez joli : l'intérieur est plus lumineux).

   Cette (relative) animation était due à la présence de l'actuel maire de Paris, venu dédicacer son livre :

Delanoé.jpg

    Vous aurez remarqué à quel point la photographie de couverture est travaillée. A mon avis, il y a eu quelques retouches au niveau du bronzage et du capillaire... Pour l'anecdote, il est assez piquant qu'un ouvrage dont le titre fait référence aux paroles prononcées jadis par le Jacobin Danton (un enfant de la classe moyenne, comme Berty, qui, en 1792, tentait par ce biais de stimuler le zèle révolutionnaire des Français menacés par une invasion autrichienne) soit édité chez Robert Laffont. Danton, précurseur du "social libéralisme" ?

   Vous vous demandez sans doute ce que le maire de Paris peut trouver à la préfecture aveyronnaise (selon moi, il n'a pas vraiment besoin de ce genre de séances pour faire vendre son livre). Eh bien sachez que le petit Bertrand a été scolarisé à Rodez... chez les curés, faut pas déconner non plus (ça tombe bien : la librairie La Maison du livre a comme un petit côté "catho de gauche"). Il a même été surveillant, dans un bahut public cette fois-ci (le lycée Monteil, aujourd'hui établissement général et technologique plus "populaire" que le select lycée Foch, public lui aussi). C'est à peu près à cette époque qu'il a adhéré au Parti Socialiste. Comme tout bon Aveyronnais de Paris, il a gardé des attaches (des amis mais aussi sa soeur, qui habite à Rodez).

    Le nouveau maire de Rodez, Christian Teyssèdre, est venu faire coucou à la librairie. Du coup, Delanoë s'est retrouvé avec le gratin du socialisme ruthéno-aveyronnais. J'ai laissé traîner un peu mes oreilles pour écouter de quoi qu'ils pouvaient bien causer. Officiellement, de la droite et de la gauche. Il ne fait plus aucun doute que Delanoë veut être candidat en 2012. Il semble avoir compris que l'électorat "de gauche" veut une victoire nationale, que le candidat (ou la candidate...) se déclare "libérale" ou pas. Du coup, notre petit maire de Paris a besoin du soutien des fédérations socialistes dans sa conquête du Parti. Peut-être vient-il câliner les roses Aveyronnais dans cet objectif. Il en a sans doute aussi profité pour causer du projet de musée Soulages (beurk !) avec Teyssèdre (qu'il avait soutenu lors de la récente campagne des municipales).

 

jeudi, 05 juin 2008

Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal

    Un soir de semaine, l'affluence est moindre. Ces deux heures et quelque permettent de digérer confortablement. Ceux qui ont aimé les précédents retrouveront avec plaisir l'humour et le côté "roman d'aventures" qui font le charme de la série. J'aime bien la séquence qui se déroule dans le bar des années 1950, avec les mecs du KGB qui surveillent Indy en train de converser avec celui dont il ne sait pas encore qu'il est son fils. Le tout se termine avec une baston fort bien déclenchée. Très drôle aussi est la poursuite automobile (en forêt) qui voit le fiston, tiraillé entre deux véhicules (mmm, ça mériterait une psychanalyse, ça) se prendre une foule de végétaux dans les burnes !

    Le lien fait entre archéologie et science-fiction est toujours aussi intéressant. Les amateurs du genre reconnaîtront les références à la bande dessinée Martin Mystère (dont j'ai appris récemment qu'elle faisait l'objet d'une adaptation en animé, actualisée pour les djeunses...). Le principal atout de ce nouvel opus est le personnage interprété par Cate Blanchett. Elle est très belle, très intelligente, très russe, très bolchevique, très impitoyable... très bandante au fond. J'adore la manière avec laquelle elle écrase une fourmi rouge entre ses jambes ! (Ah, ces bottes de couiiirrr !!)

   Justement, cette séquence dite "des fourmis rouges" est de toute beauté, avec quelques plans particulièrement intéressants (notamment celui qui voit un méchant très costaud se faire emporter par la masse d'insectes). Je reproche néanmoins à Spielberg de vouloir trop en faire : les effets spéciaux sont d'un tape-à-l'oeil parfois ! De surcroît, le critère de vraisemblance ne semble pas avoir été très présent à l'esprit des scénaristes. Jamais les héros, sur lesquels quelques centaines de balles sont tirées, ne reçoivent la moindre égratignure. Jamais ils ne se plantent à l'occasion de l'une des nombreuses cascades auxquelles ils se livrent pour échapper aux "méchants". Et je ne parle pas de ces bagarres qui s'éternisent, avec un Indiana qui se relève de tous les gigantesques pains qu'on peut lui administrer ! (Pensez qu'en plus il survit à une explosion atomique... Quand on vous dit qu'il a des gonades en béton armé !)

   Parlons un peu de lui pour terminer. Je n'ai pas revu les films précédents. J'en suis donc resté à l'impression laissée sur moi par le numéro 3, marqué par la présence de Sean Connery. Ben je trouve qu'Harrison Ford a terriblement vieilli. Il se traîne, le pauvre. Alors, le réalisateur essaie de compenser le statisme de l'acteur par la diversité des plans, mais cela ne convainc qu'à moitié.

   Ford vieillissant (un peu comme le Willis de Die Hard, qui s'en sort cependant mieux pour l'instant, mais qu'on a affublé d'une fi-fille très dynamique), on nous prépare la relève. Je sens que le numéro 5 va voir le passage de relais entre Papa Jones (devenu papy) et Fiston Jones. Pour que cela réussisse, il faudra épaissir le personnage de ce dernier, pour l'instant assez superficiel.

21:30 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma