Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 20 décembre 2016

Rogue One : a Star Wars Story

   Un an après la relance de la franchise avec Le Réveil de la Force, Disney nous sert un entremets, histoire de nous faire patienter en attendant la sortie du volet VIII. Ici, l'intrigue se situe entre La Revanche des Siths (le troisième épisode de la "prélogie" sortie au début du XXIe siècle) et Un Nouvel Espoir (le premier film sorti dans les salles, à la fin des années 1970).

   L'Empire est dominateur, mais pas hégémonique. Les opposants sont multiples, mais divisés. Une énorme menace pèse sur eux : la construction d'une arme nouvelle, l'Etoile de la mort. L'enjeu de l'épisode est de réunir le maximum d'informations sur cette arme, mais aussi de fédérer les opposants à l'Empire.

   Le film mélange vieilles recettes et nouveautés, dans un ensemble qui m'a été très agréable à suivre : on ne voit pas passer les 2h10 ! Du côté du vieux pot, on retrouve l'ambiance des histoires de la première trilogie sortie dans les salles, notamment des épisodes IV et VI (Le Retour du Jedi). Les vaisseaux seront très familiers aux fans... et les effets spéciaux sont bluffants. On a réussi à faire revivre le "matériau" ancien avec des technologies modernes. Impressionnante est la scène de collision entre deux imposants vaisseaux. A couper le souffle est la représentation de la première utilisation de l'Etoile de la mort, avec un gigantesque séisme à la clé.

   Les personnages sont pour la plupart des petits nouveaux. Felicity Jones et Diego Luna sont très bien... mais j'ai un faible pour la demoiselle, qui incarne la jeunesse désabusée, qui ne croit plus en la politique (au départ). Elle entretient une relation très forte avec son père, incarné par Mads Mikkelsen, auquel Hollywood a fini par attribuer un rôle de "gentil". L'intrigue conduit à la formation d'une équipe bigarrée, où l'on retrouve un droïde, K-2SO, pas aussi savant que C-3PO (que l'on aperçoit brièvement avec R2-D2, vers la fin), mais très efficace avec une arme à feu.

   Cela nous amène tout naturellement aux têtes connues. A plusieurs reprises, on croise la route de Dark Vador, ainsi que celle d'un général (interprété par Peter Cushing) que l'on a vu déjà âgé dans les films d'il y a plus de tente ans. C'est quand même beau la technologie ! Elle peut même rajeunir Carrie Fisher, que l'on se réjouit de retrouver en jeune princesse Leia, à la toute fin, sans doute peu avant qu'elle ne transmette des informations capitales à un droïde que l'on apprécie beaucoup...

   C'est donc un très bon spectacle, surtout sur un grand écran, servi par une musique que l'on reconnaît immédiatement. Le réalisateur Gareth Edwards (auquel on doit le médiocre Godzilla) a été à la hauteur de la tâche qui lui était confiée. De surcroît, je trouve qu'il est gonflé, de la part de la production, d'avoir sorti ce genre d'«interlude», en sachant que les fans pourraient ne pas être intéressés par la vision d'un film qui repose sur des personnages mineurs et dont on connaît par avance l'essentiel du dénouement. C'est aussi le talent des équipes qui ont travaillé dessus, de donner vie à ces anonymes de la saga, en une sorte d'hommage aux "petites mains" de tout mouvement de résistance, dont l'action a contribué à la réalisation d'un grand dessein, sans que l'Histoire ait retenu leurs noms.

23:04 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, cinema, film, films

Écrire un commentaire