Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 20 octobre 2018

Venom

   Sony s'est appuyée sur la société chinoise Tencent (récemment entrée au capital de Skydance, qui gère la franchise Mission impossible) pour produire ce nouveau film de super-héros. L'enjeu est de soutenir la comparaison avec les grosses machines du groupe Disney (qui, après avoir avalé successivement Pixar, Lucasfilm et Marvel, s'est récemment offert la Twentieth Century Fox, qui a la main notamment sur les adaptations des X-Men et de Deadpool).

   L'un des intérêts de cette histoire est que le futur super-héros aurait pu devenir un super-vilain. Mais, avant d'en arriver à cette question existentielle, la batterie de scénaristes employée par la Columbia a choisi d'orienter la première demi-heure de manière plutôt sociale. On découvre les personnages principaux, en particulier Eddie... "belle gueule", puisqu'il est incarné par Tom Brady Hardy, le visage constamment mangé par une barbe de trois jours, quel que soit le moment du film. (Est-il besoin d'ajouter qu'on ne le voit jamais se raser ?) C'est un mec brillant et cool, genre reporter rebelle des temps modernes, vivant dans un appart de rêve, en couple avec une avocate canon (Michelle Williams, affublée de godasses horribles dans la première partie de l'intrigue).

   Sur la route du bonheur va se dresser un jeune milliardaire des biotechnologies, Carlton Drake, interprété par Riz Ahmed (vu récemment dans Les Frères Sisters). On a voulu en faire un mélange d'altruisme dévoyé et de mégalomanie... mais dont les médias ne montrent que la partie lumineuse.

   Là-dessus se greffe (si j'ose dire) l'arrivée d'entités extraterrestres, à la recherche d'hôtes. Dans des circonstances que je me garderai de révéler, Eddie va servir d'enveloppe corporelle à un parasite invité surprise à la voix très grave. Le voilà quasiment dans la situation du héros du récent Upgrade, à ceci près que ses nouveaux pouvoirs ne viennent pas d'une puce implantée mais d'un autre être vivant.

   La deuxième réussite du film est la mise en scène de l'étrange cohabitation entre l'ancien journaliste devenu quasi-clodo et le mercenaire de l'espace, de prime abord impitoyable (et un peu puéril). Comme il s'agit d'une symbiose, chacun des deux va petit à petit influer sur l'autre. C'est souvent drôle, avec des traits d'humour qui n'aspirent pas à la plus grande finesse. J'ai encore en mémoire la scène où le héros souhaite atteindre un bureau situé dans les derniers étages d'une tour. Il refuse la solution proposée par son parasite invité (l'escalade de la paroi très lisse), ce qui lui vaut en retour le qualificatif de "flipette".

   Au niveau de l'action, on sent que les producteurs ont mis le paquet. Cela nous vaut une spectaculaire scène de poursuite moto/automobile dans les rues de San Francisco, pendant laquelle il vaut mieux toutefois mettre en veilleuse ses aspirations à la vraisemblance. Par contre, je n'ai pas trop aimé la baston finale entre les deux entités (de surcroît très laides). On ne distingue pas grand chose tant les mouvements sont rapides. Quelques effets visuels et sonores sont censés nous guider, mais j'ai préféré les moments hors corps-à-corps.

   C'est au final un agréable divertissement, avec une histoire plutôt originale et un humour "corsé".

   PS

   Personne n'a quitté la salle lorsqu'a débuté le générique de fin. Le public de connaisseurs savait qu'il fallait attendre deux moments : la classique scène post-générique qui annonce la suite des aventures... et, tout à la fin, en bonus, un court-métrage suggérant une relance des aventures de Spiderman.

13:42 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : cinéma, cinema, film, films

Commentaires

Tom Brady tu es sûre ?
Tu me tenterais presque...

Écrit par : Pascale | lundi, 22 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Ah, zut : c'est Tom HARDY, pas BRADY !

Et pourtant... On m'avait dit de dire Hardy !

https://www.dailymotion.com/video/xkllw

Écrit par : Henri Golant | lundi, 22 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Tu vas pas te mettre à pleurer :-))))

Écrit par : Pascale | lundi, 22 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas vu les chaussures de la Williams... mais cette fille, quel bonnet de nuit. Elle a dû sourire 3 fois dans sa vie. Elle et Brady

Écrit par : Pascale | dimanche, 04 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Mon comm est coupé...

ne vont pas du tout ensemble.
Tom est beau et drôle avec son symbiote.

La scène de baston je suis daccord ; on voit RIEN.

Je suis la seule de la salle à avoir vu les 2 courts.
Petet Parker est mort ???
J'ai loupé un épisode ?

Écrit par : Pascale | dimanche, 04 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Dans le foisonnement d'aventures "spidermanesques" sorties en comics, il me semble (je ne les lis plus depuis des années) que Peter Parker a dû mourir (et ressusciter) à plusieurs reprises. Dans l'une des versions (un univers alternatif, je crois), c'est un jeune Hispano-Afro-Américain qui prend la relève.

Je ne serais pas étonné non plus que Marvel cherche à lancer la carrière cinématographique des pendants féminins du super-héros : Spider-Girl (fille de Peter Parker et Mary Jane Watson) et surtout Spider-Woman, un personnage dont il existe plusieurs versions dans les comics (qui, comme les productions cinématographiques, exploitent sans vergogne le moindre filon).

Écrit par : Henri Golant | mardi, 06 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire