Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 31 décembre 2016

L'Ami, François d'Assise et ses frères

   Cette évocation de la vie du saint du XIIIe siècle s'appuie sur une prestigieuse distribution franco-italienne. A l'image de son sujet, la réalisation se veut sans concession. Du coup, même si la mise en scène fait preuve d'un incontestable brio, l'ensemble est assez austère, un peu à l'image de ce qu'on a pu voir récemment dans Une Vie.

   Quel que soit l'intérêt que l'on porte aux paysages et aux animaux qui peuplent la campagne italienne de l'époque, ce sont les rapports humains qui éveillent l'intérêt. Cette reconstitution tente de nous faire comprendre les débats qui agitaient les chrétiens de l'époque. Le groupe qui suit François d'Assise est particulièrement tourné vers la pauvreté.

   Mendiants, les Franciscains les plus endurcis prennent la parole d'Evangile au pied de la lettre et rejettent toute possession matérielle... et toute autorité. Plus pragmatique, une minorité (autour d'Elie, qui fut le plus fidèle disciple), pense qu'il faut s'accommoder des pouvoirs existants et qu'il ne faut négliger aucun moyen pour venir en aide aux pauvres. J'ai été plus convaincu par ceux-ci, menés par un Jérémie Rénier très inspiré.

   L'histoire est découpée en chapitres, qui portent le nom d'un ou plusieurs personnages. Fort logiquement, le premier s'intitule "François". On y découvre l'homme charismatique et pénétré de sa mission, ainsi que l'influence qu'il exerce sur son entourage. Le deuxième s'intitule "Etienne". On y rencontre un nouveau membre de la troupe, un bébé abandonné qui va grandir au contact des frères. Dans le troisième chapitre, "Dominique", il y est plus question de l'un de ceux-ci, un peu exalté. La quatrième partie, "Elie", est davantage centrée sur le disciple qui va trahir le maître, mais finalement peut-être pour le bien de son oeuvre. L'intrigue se conclut sur "Les Frères", qui évoque surtout les derniers moments de François.

   Le problème est, qu'outre son austérité, le film ne veut pas choisir entre les deux camps... et qu'il me semble manquer d'objectivité quant au personnage de François, qu'on croirait sorti d'une hagiographie.

Écrire un commentaire