Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 06 mars 2020

Hypocrisie césarienne

   La chronique d'aujourd'hui de Thomas VDB (dans l'émission Par Jupiter !) m'a donné envie d'en remettre une couche sur la cérémonie des César 2020, qui atteignit, par moments, des sommets de faux-culterie.

   C'est dès le début de l'émission que "ceux qui savent" ont pu commencer à ricaner. En effet, le programme a commencé par un sketch (assez bien troussé, ma foi) dans lequel l'humoriste est confrontée à Tchéky Karyo, dans un rôle calqué sur celui du Joker, dans la version incarnée par Joaquin Phoenix. Toutefois, force est de constater que, même si l'on tient compte de l'intention parodique, la comique de service n'arrive pas à la cheville du comédien américain :

cinéma,cinema,film,films,société

   Mais le plus ironique dans l'histoire est que l'humoriste, qui n'a pas arrêté de dauber sur Roman Polanski durant la cérémonie, ne savait sans doute pas que la musique sur laquelle elle s'est déhanchée est l'oeuvre de Gary Glitter, que certains n'hésitent pas à qualifier de pédo-criminel...

   Dans la série des hypocrites, il faut aussi ranger Adèle Haenel, une actrice dont j'apprécie le travail au demeurant. Dois-je la séparer de la femme ? Depuis des mois, on (c'est-à-dire les extrémistes qui tentent de se faire passer pour des féministes) ne cesse de nous seriner que, dans le cas Polanski, il ne faut pas séparer l'homme de l'artiste. Or, qu'apprend-on dans un article du Point ? Que l'écrivain préféré d'A. Haenel serait... l'antisémite frénétique Louis-Ferdinand Céline. Il faudrait qu'elle nous explique si, dans ce cas-là, elle sépare l'homme de l'écrivain, ou bien si elle le vénère tout entier...

Commentaires

Bonsoir Henri, merci pour ce que tu as écrit. J'y adhère totalement. Bonne fin de soirée.

Écrit par : dasola | vendredi, 06 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Je te trouve dur avec Florence Foresti. Si j'ai trouvé stupide (bien que j'ai trouvé drôle au début qu'elle dise : kékon fait avec Roro ?... après c"était RELOU) qu'elle et Darroussin ne prononcent jamais le nom de Roman Polanski, le court métrage et son imitation de Joker était bluffant. J'aimerais descendre ainsi les escaliers au son de Glitter.
Quant à ne pas savoir qu'il est pedo criminel, ce n'est pas de l'hypocrisie mais de l'ignorance je trouve. On est pas censé connaitre toute la bio et le casier judiciaire de tous les artistes. Et ce morceau utilise dans cette scène reste GÉNIAL je trouve.
La sortie d'Adele Haenel... je l'ai trouvée limite ridicule comme une sale gosse qui tapait du pied. Mais les incohérences, je pense qu'on en a tous. Exemple, je ne supporte pas Steven Stills à qui il arrivait de poursuivre Véronique Samson avec un couteau (elle a dû fuir pour ne pas mourir), cela dit ça ne me gêne pas, je n'aime pas particulièrement sa musique. Et je suis révoltée d'entendre encore parler parfois (sur le plan artistique) de Bertrand Cantat... mais je continue à trouver que Roman Polanski est l'un des meilleur et plus grand réalisateur au monde. Je ne me sens pas hypocrite pour autant ni "favorable" ou tolérante envers le viol.
J'ai failli faire un article sur les César et j'ai renoncé... mais quand on regarde le palmarès, quelle diversité ! Émancipation féminine (même si je n'ai pas trop apprécié Papicha), banlieue (Roubaix Misérables) pédophilie (Grâce à Dieu), antisémitisme (J'accuse) etc...

Écrit par : Pascale | samedi, 07 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Je persiste à parler d'hypocrisie parce que, si la condamnation de Gary Glitter n'a pas marqué le grand public, elle eut du retentissement dans le petit monde du show-biz... et elle n'est pas très ancienne, puisqu'elle date d'environ 5 ans.

Donc, soit les artistes français en ont entendu parler mais ont choisi de fermer les yeux (sur cette affaire-ci récente, et pas sur une affaire vieille de plus de quarante ans pour Polanski...), soit ils ne sont pas mieux informés que le grand public sur ce qu'il se passe dans leur monde professionnel... ce qui expliquerait de comportement de béni-oui-oui de certains d'entre eux face au lynchage médiatique orchestré contre Polanski.

Écrit par : Henri Golant | lundi, 09 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Je pense que c'est de l'ignorance.
Tout le monde se laisse porter par ce qui fait le plus de bruit.

Écrit par : Pascale | lundi, 09 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire