Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 28 septembre 2018

Le Poulain

   Le titre désigne l'un des personnages, Arnaud Jaurès, jeune homme de 25 ans, ultra-diplômé et polyglotte, sur le point de s'engager avec une ONG au Canada (où l'attend sa charmante petite amie). Il est interprété par l'un des acteurs qui montent, Finnegan Oldfield, qu'on a pu voir notamment dans Les Cowboys, Ni le ciel ni la TerreUne Vie et, tout récemment, La Promesse de l'aube. Je dois dire que j'ai été un peu déçu par sa prestation. S'il réussit à nous faire sentir l'évolution de son personnage, il semble néanmoins lui rester extérieur. Ce jeune Jaurès n'est pas assez "incarné".

   C'est d'autant plus frappant que, face à lui, il a une actrice formidable, Alexandra Lamy, qui a su faire prendre un tournant à sa carrière. Ces derniers mois, on a pu la voir à son avantage Nos Patriotes et Tout le monde debout. Je suis de ceux qui pensent qu'un César devrait récompenser cette comédienne de talent, assez éclectique dans ses choix... et pas snob du tout.

   Ici, elle porte le film sur ses épaules. Dès qu'elle apparaît à l'écran, l'action est plus rythmée, les répliques fusent de manière savoureuse. Par contraste, lorsque les mecs qu'elle côtoie se retrouvent sans elle, les scènes ont moins de saveur. Il faut dire qu'elle interprète une conseillère en communication pugnace et sans scrupules.

   Le film nous place au coeur de l'action politique, d'abord au cours d'une campagne de primaires, puis avant le premier tour d'une élection présidentielle. On ne s'ennuie pas... mais c'est franchement déprimant : pratiquement aucun des protagonistes n'a de réelles convictions (à part refuser le populisme, ce qui est un peu court). Les péripéties ne sont que des jeux d'apparence et de pouvoir, sans que les questions politiques de fond ne soient abordées. Le héros, pétri d'illusions au départ, se transforme en impitoyable Rastignac.

   Du coup, même si c'est souvent drôle, voire sarcastique, je suis sorti de là un peu déçu.

Commentaires

Très déçue moi aussi. Par Finnegan que j'aime beaucoup et qui n'est pas à l'aise ici.
Je n'ai pas aimé la prestation carnassière d'Alexandra plus préoccupée parce que son jouet lui échappe que par le reste.
Et puis le tous pourris et l'absence de convictions c'est un peu court.
Et le futur président qui renonce... au secours !!! Même si Gilles Cohen (et Philippe Katerine) m'ont fait rire.

Écrit par : Pascale | dimanche, 30 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Concernant Philippe Katerine, une scène contient un joli clin d'oeil : lorsque le personnage interprété par Alexandra Lamy fait face à la foule d'un meeting, elle plagie le texte écrit par Daniel (interprété par Philippe K.), alors que la sono balance à fond la caisse un tube de... Katerine !

Écrit par : Henri Golant | dimanche, 30 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire