Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 22 mai 2019

Le jeune Ahmed

   Deux ans et demi après La Fille inconnue, les frères Dardenne sont de retour avec un sujet brûlant, celui de l'extrémisme musulman en général et de la radicalisation de jeunes éduqués dans un pays occidental en particulier. On peut présumer que les attentats qui ont frappé la Belgique ou mis en cause certains de ses ressortissants ont poussé les réalisateurs à se pencher sur la question.

   Ce film s'inscrit dans une veine qui commence à être fournie, avec les Britanniques de We are four lions, les Marocains des Chevaux de Dieu, les Tunisiens de Mon cher enfant et surtout les Français.es de La Désintégration, Made in France, Les Cowboys et Le Ciel attendra (liste non exhaustive).

   Ici, on sent que les Dardenne veulent sortir des clichés. L'adolescent en voie de radicalisation est un garçon issu d'un couple mixte. Dans la famille proche, Ahmed est le seul à s'engager dans cette voie (où il essaie d'entraîner son frère). Au départ, c'est un garçon timidou, sérieux à l'école sans être brillant, accro à sa console de jeux. Mais il est en quête d'une figure paternelle et se pose peut-être des questions sur son identité. Le voilà pris dans les filets d'un imam rusé, qui n'est pas sans rappeler le recruteur de La Désintégration. Signalons que le "héros" est formidablement interprété par Idir Ben Addi. Les autres comédiens sont au diapason.

   L'histoire est prenante parce que c'est une sorte de thriller. Pourtant, on n'y voit ni explosion, ni poursuite en voiture, ni grosse bagarre. Juste des garçons tombés sous la coupe d'un extrémiste manipulateur, qui profite des difficultés familiales pour entrer dans la tête d'ados mal dans leur peau. C'est filmé près des corps, caméra à l'épaule (façon Rosetta) ou en plans serrés. On est plongé dans la dérive du jeune homme, sans forcément le comprendre.

   A la suite d'une première partie animée, dont je ne raconterai pas le déroulement, Ahmed se retrouve en centre éducatif fermé. De temps à autre, il est envoyé travailler dans une ferme. Comme le garçon est mutique, on se demande ce qu'il pense vraiment. Est-il en voie de recouvrer ses esprits ? Ou bien cet adolescent en apparence inoffensif n'est-il pas en train de se jouer de tout le monde ? Les scènes tournées dans l'exploitation agricole font partie des meilleurs moments du film, notamment quand la jeune Victoria Bluck (qui incarne la fille du paysan) est à l'écran.

   Dans la dernière partie, l'intrigue bascule à nouveau, dans un sens que je me garderai bien de révéler. Jusqu'au bout, les auteurs maintiennent l'incertitude quant à la conclusion de leur histoire, aussi surprenante que (malgré tout) logique.

   Cannes vient de nous livrer sa première pépite.

Commentaires

J'ai hâte.
Pour ta liste tu peux ajouter le film de Dédé avec Deneuve.

Écrit par : Pascale | jeudi, 23 mai 2019

Répondre à ce commentaire

Et comme pépite cannoise il y a Pedro et Antonio selon moi.

Écrit par : Pascale | jeudi, 23 mai 2019

Répondre à ce commentaire

Le jarmush étant juste marrant.
Des amis à cannes disent qu'on a retrouvé Terrence Malick... enfin.

Écrit par : Pascale | jeudi, 23 mai 2019

Répondre à ce commentaire

C'est tout pour l'instant.

Écrit par : Pascale | jeudi, 23 mai 2019

Répondre à ce commentaire

Quand je pense que je sue au boulot pendant que d'autres se la coulent douce dans les salles climatisées voisines de la Croisette...

C'est scandaleux !

Écrit par : Henri Golant | jeudi, 23 mai 2019

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Henri Golant, j'ai trouvé ce film vraiment bien fait avec un jeune acteur impressionnant. La fin ressemble à celle du "garçon à bicyclette". La caméra ne quitte jamais Ahmed. On aurait envie qu'il se réveille. Il dit des mots qu'a priori il en ignore le sens. J'espère qu'il va se réveiller de son cauchermar d'une manière ou d'une autre. J'ai préféré ce film à celui d'Almodovar.

Écrit par : dasola | vendredi, 24 mai 2019

Répondre à ce commentaire

Je me suis copieusement ennuyée.
J'ai trouvé l'acteur déplorable.
J'attendais trop des Dardenne.

P.S. : je ne suis pas à Cannes. Mais je suis d'accord, c'est scandaleux que ceux qui y soient, y soient.

Écrit par : Pascale | samedi, 25 mai 2019

Répondre à ce commentaire

Je pense que l'acteur joue dans le sens qu'on lui a indiqué. En général, les frères Dardenne sont très bons au niveau de la direction d'acteurs. Ici, il ne s'agit pas de donner toutes les réponses. Le gamin conserve une part de mystère.

Écrit par : Henri Golant | samedi, 25 mai 2019

Répondre à ce commentaire

J'espère pour ce pauvre gosse qu'il n'est pas ce légume dans la vraie vie.
La part de mystère m'a échappée, il est vde et creux. Ou l'inverse.
Le grand mérite revient à la jeune ado, obligée de jouer un intérêt et une attirance pour ce garçon. C'est la que je me répète qu'acteur est un métier.

Écrit par : Pascale | mardi, 28 mai 2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire