Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 10 juillet 2020

Histoire d'une erreur judiciaire

   On en apprend tous les jours, notamment grâce à la bande-dessinée, devenue à la fois un véritable art et un excellent moyen de se cultiver. Je suis donc récemment tombé sur celle-ci :

histoire,livre,livres,bd,bande dessinée,bande-dessinée,états-unis

   Ce roman graphique est signé Xavier Bétaucourt (au scénario) et Olivier Perret (au dessin). De larges extraits sont lisibles ici.

   A Atlanta (en Géorgie, État du Sud-Est des États-Unis), en 1913, le corps d'une adolescente de 14 ans est découvert dans le sous-sol d'une usine. Elle a été violée. Très vite, la ville s'enflamme. Deux principaux suspects émergent : un employé noir de l'usine et le patron (Leo Frank). Celui-ci est juif... et c'est un Yankee, un Américain venu du Nord vainqueur de la Guerre de Sécession, dont les stigmates font encore souffrir.

   L'histoire nous est racontée sur trois temporalités : les événements de 1913, les souvenirs de celui qui n'était qu'un jeune coursier à l'époque (et qui témoigne en 1982)... et l'année 2017.

histoire,livre,livres,bd,bande dessinée,bande-dessinée,états-unis

   Le dessin n'a rien d'éblouissant. Par contre, je trouve que les ambiances sont très bien campées. On nous fait bien sentir quels étaient les préjugés de l'époque (le racisme, l'antisémitisme). L'enquête a été mal menée, sous la pression de l'opinion, des médias de l'époque (la presse, dont nombre d'organes vont s'adonner au sensationnalisme sans retenue)... et de quelques "faiseurs d'opinion".

   Entre le juif et le "nègre", la populace blanche balance. Les supposées "élites" locales, elles, ne se sont pas posées trop de questions et ont adopté un comportement radical.

   Cette injustice a été passée sous silence pendant des années. Même lorsque le principal témoin des faits a enfin osé raconter ce qu'il avait vu, on lui a demandé de se taire.

dimanche, 13 novembre 2016

Un numéro collector

   Voici ce que j'ai récemment trouvé en furetant chez un marchand de journaux :

politique,actualité,presse,médias,journalisme,trump,donald trump,clinton,usa,états-unis,amérique,hillary clinton,élections américaines,présidentielles américaines

   Les initiateurs de cette publication ont sans doute voulu réaliser un coup éditorial, en prévision de l'élection présidentielle américaine (dont je reparlerai bientôt)... sauf qu'Hillary Clinton a été battue (au nombre de grands électeurs). Cette revue n'en est pas moins fort intéressante.

   Disons-le tout de suite : imprimée sur papier glacé, nourrie de nombreuses photographies (parfois originales), cette publication ne vise pas à présenter une biographie totalement objective de la candidate démocrate. C'est globalement une apologie de la dame, même si les côtés sombres du couple Clinton ne sont pas cachés.

   A ceux qui ne connaîtraient pas bien la vie d'Hillary, la revue apprendra qu'elle est issue d'un milieu républicain. La père, commerçant, était très autoritaire... et misogyne. Le paradoxe est que le mépris dont il a accablé son épouse (qui votait sans doute démocrate) n'a pas rejailli sur sa fille aînée, obéissante et bonne élève, en qui il plaçait beaucoup d'espoir.

politique,actualité,presse,médias,journalisme,trump,donald trump,clinton,usa,états-unis,amérique,hillary clinton,élections américaines,présidentielles américaines

   Pour la petite histoire, sachez qu'elle est née à Chicago, Etat dont Barack Obama est devenu bien plus tard un élu emblématique ! A la récente présidentielle, l'Illinois est d'ailleurs l'un des Etats à l'avoir placée en tête. Elle y a même obtenu son septième score national, avec 55,4 % des voix, loin devant Donald Trump, qui n'y a récolté que 39,4 % des suffrages exprimés. Quand on regarde les résultats en détail, on s'aperçoit que, conformément à ce qui a été constaté dans les autres Etats, la démocrate semble réaliser de meilleurs scores dans les zones urbaines plutôt que dans les zones rurales :

politique,actualité,presse,médias,journalisme,trump,donald trump,clinton,usa,états-unis,amérique,hillary clinton,élections américaines,présidentielles américaines

   Sans surprise, c'est dans le comté de Cook (entouré en noir) qu'elle a "performé", avec 74,4 % des suffrages exprimés. Cette circonscription englobe le centre de Chicago (où Hillary a vécu ses premières années) et la banlieue chic de Park Ridge, où la famille s'est ensuite installée. C'est assez révélateur de la diversité de l'électorat d'Hillary Clinton : elle s'est attirée les suffrages des minorités (ici les Noirs du centre-ville) et de certaines populations aisées (en général d'un bon niveau scolaire).

   Mais revenons à notre revue. Plusieurs articles évoquent le précoce intérêt d'Hillary pour les élections. Au lycée, elle a cependant connu l'échec, battue par... un garçon quand elle briguait la présidence des élèves. Elle s'est rattrapée à l'université de Wellesley, réservée aux filles... et de sensibilité républicaine ! Dès la première année, elle s'est fait élire présidente des élèves, qu'elle tente d'orienter dans un sens plus "moderne".

   Cela m'amène à aborder une question que je ne pensais pas avoir à traiter : le physique d'Hillary Clinton. Ces derniers temps, j'ai entendu des propos peu obligeants à son égard, me rappelant la goujaterie dont Eva Joly fut aussi la cible.

   A la fac, elle est devenue une intello à grosses lunettes, pas très soucieuse de son apparence vestimentaire, visiblement :

politique,actualité,presse,médias,journalisme,trump,donald trump,clinton,usa,états-unis,amérique,hillary clinton,élections américaines,présidentielles américaines

   En réalité, elle savait s'arranger quand elle le voulait :

politique,actualité,presse,médias,journalisme,trump,donald trump,clinton,usa,états-unis,amérique,hillary clinton,élections américaines,présidentielles américaines

   Sur cette dernière photographie, elle est un petit peu plus jeune, mais là n'est pas vraiment la question. Dès qu'une femme brigue un poste politique d'importance, son physique est l'objet de toutes les attentions, ce qui n'est pas le cas de ses camarades ou concurrents masculins.

   Sur le fond, je dirais qu'Hillary est restée la femme engagée de sa jeunesse jusqu'au premier mandat présidentiel de Bill Clinton. Après l'échec de la création d'une sécurité sociale, confrontée à la haine des républicains et aux scandales sexuels de son mari, elle se blinde et devient une professionnelle de la politique. Ça lui a servi pour la suite (et sa carrière de sénatrice puis de secrétaire d'Etat), mais cela a constitué un inconvénient pour affronter Donald Trump, pourtant moins compétent qu'elle pour exercer la fonction présidentielle.

   Quelques mots sur la France. Bien que conçue au Royaume-Uni, la revue comporte un texte d'accompagnement qui a été rédigé à l'intention d'un lectorat français. On le voit aussi au niveau des photographies. L'une d'entre elles montre Hillary en compagnie de Nicolas Sarkozy, l'autre avec François Hollande, à chaque fois sur le perron de l'Elysée. Les auteurs ne se sont pas risqués à en ajouter une avec Alain Juppé !