Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 12 avril 2021

Meurtre au paradis du loto

   Ce lundi soir, France 2 ne diffuse qu'un épisode inédit de la dixième saison de Meurtres au paradis. Au cours de "Jackpot", les policiers vont devoir déterminer qui a tué une gagnante du loto, installée dans une somptueuse demeure. Mais, bien que correctement écrite, l'intrigue policière n'est pas le coeur de l'épisode. Ce sont les histoires annexes qui occupent le plus de place : l'intégration d'une recrue atypique (un petit escroc qui se réjouit de porter l'uniforme), la relation entre l'inspecteur Neville et le sergent Cassell... et la future paternité du sergent Hooper.

télévision,médias,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   En mariant l'humour et l'émotion, les scénaristes tentent de mettre en scène une complicité grandissante entre ces deux personnages... mais cela m'a semblé un peu téléphoné.

télévision,médias,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Le reste n'est guère plus subtil, mais  j'ai trouvé cocasses les truandages du petit nouveau... et franchement drôles les péripéties liées à la fin de grossesse de l'épouse du sergent Hooper. Comme, en plus, les paysages demeurent splendides, l'ensemble reste supportable. Mais j'attends mieux de la série.

Meurtre au paradis du loto

   Ce lundi soir, France 2 ne diffuse qu'un épisode inédit de la dixième saison de Meurtres au paradis. Au cours de "Jackpot", les policiers vont devoir déterminer qui a tué une gagnante du loto, installée dans une somptueuse demeure. Mais, bien que correctement écrite, l'intrigue policière n'est pas le coeur de l'épisode. Ce sont les histoires annexes qui occupent le plus de place : l'intégration d'une recrue atypique (un petit escroc qui se réjouit de porter l'uniforme), la relation entre l'inspecteur Neville et le sergent Cassell... et la future paternité du sergent Hooper.

télévision,médias,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   En mariant l'humour et l'émotion, les scénaristes tentent de mettre en scène une complicité grandissante entre ces deux personnages... mais cela m'a semblé un peu téléphoné.

télévision,médias,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Le reste n'est guère plus subtil, mais  j'ai trouvé cocasses les truandages du petit nouveau... et franchement drôles les péripéties liées à la fin de grossesse de l'épouse du sergent Hooper. Comme, en plus, les paysages demeurent splendides, l'ensemble reste supportable. Mais j'attends mieux de la série.

samedi, 10 avril 2021

Barnaby protégé contre le covid !

   Les masques de protection sont (hélas) devenus des objets marquants de notre quotidien. Ils ont même influé sur le regard que je porte sur les programmes de fiction. Cet accessoire, naguère associé aux professions médicales, a pris une tout autre dimension. Il y a quelques mois de cela, j'avais déjà remarqué sa présence dans la rediffusion d'un numéro de la série Meurtres à... Cette fois-ci, c'est au cours d'un épisode d'Inspecteur Barnaby intitulé "Drame familial" (rediffusé sur C8) que mon attention fut attirée par un détail :

télévision,cinéma,cinema,film,films,médias,société

   Dans cette scène, le vieux médecin légiste (à gauche sur l'image) tend ce qui ressemble à un masque FFP2 à l'inspecteur Barnaby, avant que celui-ci ne pénètre dans les archives médico-judiciaires du comté. Ce n'est donc pas un virus qui menace la santé de l'enquêteur, mais la poussière !

   Au passage, je recommande cet épisode qui évolue dans le monde du cheval, autour d'une famille dont les patriarches excentriques vivent dans une bâtisse délabrée, entourés de piles de journaux et de bouteilles en plastique vides. L'inspecteur bonhomme (mais perspicace) va démontrer toute sa sagacité en démêlant les fils d'une intrigue familiale bien tordue.

Barnaby protégé contre le covid !

   Les masques de protection sont (hélas) devenus des objets marquants de notre quotidien. Ils ont même influé sur le regard que je porte sur les programmes de fiction. Cet accessoire, naguère associé aux professions médicales, a pris une tout autre dimension. Il y a quelques mois de cela, j'avais déjà remarqué sa présence dans la rediffusion d'un numéro de la série Meurtres à... Cette fois-ci, c'est au cours d'un épisode d'Inspecteur Barnaby intitulé "Drame familial" (rediffusé sur C8) que mon attention fut attirée par un détail :

télévision,cinéma,cinema,film,films,médias,société

   Dans cette scène, le vieux médecin légiste (à gauche sur l'image) tend ce qui ressemble à un masque FFP2 à l'inspecteur Barnaby, avant que celui-ci ne pénètre dans les archives médico-judiciaires du comté. Ce n'est donc pas un virus qui menace la santé de l'enquêteur, mais la poussière !

   Au passage, je recommande cet épisode qui évolue dans le monde du cheval, autour d'une famille dont les patriarches excentriques vivent dans une bâtisse délabrée, entourés de piles de journaux et de bouteilles en plastique vides. L'inspecteur bonhomme (mais perspicace) va démontrer toute sa sagacité en démêlant les fils d'une intrigue familiale bien tordue.

lundi, 05 avril 2021

"Meurtres au paradis" saison 10

   France 2 commence ce lundi soir la diffusion de la dixième saison de la série guadeloupéo-britannique, que les téléspectateurs de la BBC ont eu l'occasion de visionner en janvier dernier.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Cette saison voit le retour de Joséphine Jobert, après deux ans d'absence. Le séduisant sergent va devoir s'accommoder du fantasque inspecteur Parker... jusque chez elle ! Mais le pire est visible sur l'image ci-dessus : au cours d'un dîner, une bouteille de vin rouge est servie... et elle est dotée d'un bouchon à vis ! C'est un scandale !

   Pour les fans de la série, l'intrigue du premier épisode aura un goût de déjà-vu. L'exécution du meurtre s'accompagne d'une supercherie qui ressemble beaucoup à ce qui a été vu au cours des saisons précédentes.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Parmi les suspects figure Henri Pigal, le directeur de la rédaction d'une chaîne de télévision locale, qui a les traits d'un acteur familier du public français : Serge Hazanavicius.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   J'ai aussi apprécié la place plus importante accordée au commandant Patterson (Don Warrington), un vieux matou débonnaire, qui va contribuer, à sa manière, à la résolution de l'énigme.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Ah, puisqu'on parle de matou, je vous présente René, dont la disparition inquiète vivement une dame âgée... et dont la réapparition va permettre l'élucidation d'un autre mystère.

   L'intrigue du deuxième épisode est plus raffinée, même si, au départ, elle paraît (faussement) simpliste. Pour mener à bien cette enquête (qui se déroule dans le monde de l'archéologie), l'inspecteur va devoir déployer tous ses talents... et quelques joujoux :

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   L'humour est toujours présent dans les deux épisodes, marqués aussi par la beauté des paysages. On ressent à peine la disparition de deux personnages féminins (même je regrette le départ de la jeune Ruby). Le poste de police d'Honoré est sur le point d'accueillir une nouvelle recrue, peut-être pas celle qu'espéraient certains officiers...

"Meurtres au paradis" saison 10

   France 2 commence ce lundi soir la diffusion de la dixième saison de la série guadeloupéo-britannique, que les téléspectateurs de la BBC ont eu l'occasion de visionner en janvier dernier.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Cette saison voit le retour de Joséphine Jobert, après deux ans d'absence. Le séduisant sergent va devoir s'accommoder du fantasque inspecteur Parker... jusque chez elle ! Mais le pire est visible sur l'image ci-dessus : au cours d'un dîner, une bouteille de vin rouge est servie... et elle est dotée d'un bouchon à vis ! C'est un scandale !

   Pour les fans de la série, l'intrigue du premier épisode aura un goût de déjà-vu. L'exécution du meurtre s'accompagne d'une supercherie qui ressemble beaucoup à ce qui a été vu au cours des saisons précédentes.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Parmi les suspects figure Henri Pigal, le directeur de la rédaction d'une chaîne de télévision locale, qui a les traits d'un acteur familier du public français : Serge Hazanavicius.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   J'ai aussi apprécié la place plus importante accordée au commandant Patterson (Don Warrington), un vieux matou débonnaire, qui va contribuer, à sa manière, à la résolution de l'énigme.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Ah, puisqu'on parle de matou, je vous présente René, dont la disparition inquiète vivement une dame âgée... et dont la réapparition va permettre l'élucidation d'un autre mystère.

   L'intrigue du deuxième épisode est plus raffinée, même si, au départ, elle paraît (faussement) simpliste. Pour mener à bien cette enquête (qui se déroule dans le monde de l'archéologie), l'inspecteur va devoir déployer tous ses talents... et quelques joujoux :

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   L'humour est toujours présent dans les deux épisodes, marqués aussi par la beauté des paysages. On ressent à peine la disparition de deux personnages féminins (même je regrette le départ de la jeune Ruby). Le poste de police d'Honoré est sur le point d'accueillir une nouvelle recrue, peut-être pas celle qu'espéraient certains officiers...

dimanche, 04 avril 2021

Bäckström... fin ?

   Ce dimanche soir, France 3 diffuse la fin de la mini-série suédoise... qui devrait connaître une saison 2. Au cours de l'épisode 5, les deux enquêtes progressent, parfois dans une direction inattendue. Une personne de l'entourage du héros se rend compte qu'elle a été manipulée, une autre qu'elle s'est trompée, tandis qu'une troisième continue à agir, dans l'ombre. Toutefois, on se rend compte que les liens entre le braquage et la double-mort d'une jeune femme sont plus ténus qu'ils ne paraissaient auparavant.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Le commandant doit néanmoins veiller à sa sécurité, à celle de ses proches et à celle de ses biens. On finit par comprendre pourquoi.

   L'action s'accélère dans l'épisode 6. Une photographie est au coeur de la résolution de l'intrigue. Elle représente trois jeunes scouts, liés par un secret.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   On connaissait déjà l'identité de l'un d'entre eux. La découverte des deux autres représente une grosse surprise, qui réoriente l'enquête mais aussi rapproche les policiers de sa conclusion. C'est la partie la plus réussie de cette série. Je trouve les à-côtés (sur la vie privée des personnages ou les relations entre collègues) moins intéressants.

Bäckström... fin ?

   Ce dimanche soir, France 3 diffuse la fin de la mini-série suédoise... qui devrait connaître une saison 2. Au cours de l'épisode 5, les deux enquêtes progressent, parfois dans une direction inattendue. Une personne de l'entourage du héros se rend compte qu'elle a été manipulée, une autre qu'elle s'est trompée, tandis qu'une troisième continue à agir, dans l'ombre. Toutefois, on se rend compte que les liens entre le braquage et la double-mort d'une jeune femme sont plus ténus qu'ils ne paraissaient auparavant.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Le commandant doit néanmoins veiller à sa sécurité, à celle de ses proches et à celle de ses biens. On finit par comprendre pourquoi.

   L'action s'accélère dans l'épisode 6. Une photographie est au coeur de la résolution de l'intrigue. Elle représente trois jeunes scouts, liés par un secret.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   On connaissait déjà l'identité de l'un d'entre eux. La découverte des deux autres représente une grosse surprise, qui réoriente l'enquête mais aussi rapproche les policiers de sa conclusion. C'est la partie la plus réussie de cette série. Je trouve les à-côtés (sur la vie privée des personnages ou les relations entre collègues) moins intéressants.

samedi, 03 avril 2021

Meurtres à la Pointe du Raz

   Ce samedi soir, France 3 diffuse un épisode inédit de la série Meurtres à... et c'est un bon. L'action a pour cadre le sud-ouest du Finistère, parfois considéré comme la "Bretagne authentique".

télévision,actu,actualite,actualites,actualités,actualité,médias

   Classée Grand Site de France, la Pointe du Raz occupe magnifiquement l'écran, avec notamment de superbes plans aériens.

télévision,actu,actualite,actualites,actualités,actualité,médias

   L'enquête policière se révèle particulièrement ardue. Le lieutenant en place, sur le point de prendre un congé marital, décide de rester pour épauler sa remplaçante, une capitaine venue du Bordeaux, qui semble bien connaître la région.

télévision,actu,actualite,actualites,actualités,actualité,médias

   À gauche se trouve Evelyne Bouix (sur le visage de laquelle sont hélas perceptibles les ravages de la chirurgie esthétique), qui incarne la mystérieuse capitaine Leroy. À droite se trouve le lieutenant Meyer, alias David Kammenos, un habitué des polars du samedi soir de la chaîne publique, cette fois-ci rasé de près et doté d'une coupe de cheveux "règlementaire".

   Le duo fonctionne bien, soutenu par une brochette de personnages secondaires bien campés. Parmi ceux-ci, je distingue Clara, la fougueuse fiancée du lieutenant (interprétée par Juliette Aver) et le juge Bellec, un ami de la famille qui a les traits de Jérôme Anger.

   Les péripéties de la vie privée vont croiser l'enquête policière. Au bout d'environ quarante minutes, j'avais compris quel était le secret de famille, tandis qu'il m'a fallu un peu plus de temps pour être certain de l'identité du coupable.

   C'est un très bon divertissement, qui donne furieusement envie d'aller se confiner dans le Finistère !

Meurtres à la Pointe du Raz

   Ce samedi soir, France 3 diffuse un épisode inédit de la série Meurtres à... et c'est un bon. L'action a pour cadre le sud-ouest du Finistère, parfois considéré comme la "Bretagne authentique".

télévision,actu,actualite,actualites,actualités,actualité,médias

   Classée Grand Site de France, la Pointe du Raz occupe magnifiquement l'écran, avec notamment de superbes plans aériens.

télévision,actu,actualite,actualites,actualités,actualité,médias

   L'enquête policière se révèle particulièrement ardue. Le lieutenant en place, sur le point de prendre un congé marital, décide de rester pour épauler sa remplaçante, une capitaine venue du Bordeaux, qui semble bien connaître la région.

télévision,actu,actualite,actualites,actualités,actualité,médias

   À gauche se trouve Evelyne Bouix (sur le visage de laquelle sont hélas perceptibles les ravages de la chirurgie esthétique), qui incarne la mystérieuse capitaine Leroy. À droite se trouve le lieutenant Meyer, alias David Kammenos, un habitué des polars du samedi soir de la chaîne publique, cette fois-ci rasé de près et doté d'une coupe de cheveux "règlementaire".

   Le duo fonctionne bien, soutenu par une brochette de personnages secondaires bien campés. Parmi ceux-ci, je distingue Clara, la fougueuse fiancée du lieutenant (interprétée par Juliette Aver) et le juge Bellec, un ami de la famille qui a les traits de Jérôme Anger.

   Les péripéties de la vie privée vont croiser l'enquête policière. Au bout d'environ quarante minutes, j'avais compris quel était le secret de famille, tandis qu'il m'a fallu un peu plus de temps pour être certain de l'identité du coupable.

   C'est un très bon divertissement, qui donne furieusement envie d'aller se confiner dans le Finistère !

dimanche, 28 mars 2021

Bäckström (suite)

   Ce dimanche soir, France 3 diffuse la suite de la mini-série suédoise (commencée la semaine dernière), dont l'intrigue fait se croiser (plus ou moins) deux enquêtes policières, l'une sur un braquage, l'autre sur la découverte du squelette d'une personne censée être morte depuis des années, lors du tsunami de 2004.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   L'épisode 3 se déroule principalement en Thaïlande. Le héros (dont on apprend que le prénom signifie "porc intraitable"...) mène ses investigations tout en profitant de la vie. Il est épaulé par un officier de police local, très sympathique... et beaucoup plus à cheval sur le règlement.

   Dans cet épisode, le mystère commence par s'épaissir, avant qu'un début de solution ne poigne à l'horizon. Dans le même temps, en Suède, l'équipe de Bäckström semble près de conclure l'autre enquête. Mais, attention, dans l'ombre s'effectuent des manoeuvres qui ont pour but de déstabiliser le commandant frondeur.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Tout le monde est de retour en Suède pour le quatrième épisode. L'une des enquêtes échoue, tandis que l'autre piétine. Les ennuis de Bäckström ne sont pas prêts de finir, ils ont même plutôt tendance à s'aggraver. On le découvre sous un jour moins flatteur. Il reste le flic acharné à démasquer les tueurs, mais on se pose des questions sur son intégrité... et sur son passé, en lien avec un mystérieux tableau. Du coup, le personnage paraît moins caricatural que dans les premiers épisodes.

   C'est du surcroît bien filmé, en Suède comme en Thaïlande. Le suspens est prenant. La fin de l'épisode nous ramène dans l'île du début, où se trouve peut-être la clé de l'énigme...

Bäckström (suite)

   Ce dimanche soir, France 3 diffuse la suite de la mini-série suédoise (commencée la semaine dernière), dont l'intrigue fait se croiser (plus ou moins) deux enquêtes policières, l'une sur un braquage, l'autre sur la découverte du squelette d'une personne censée être morte depuis des années, lors du tsunami de 2004.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   L'épisode 3 se déroule principalement en Thaïlande. Le héros (dont on apprend que le prénom signifie "porc intraitable"...) mène ses investigations tout en profitant de la vie. Il est épaulé par un officier de police local, très sympathique... et beaucoup plus à cheval sur le règlement.

   Dans cet épisode, le mystère commence par s'épaissir, avant qu'un début de solution ne poigne à l'horizon. Dans le même temps, en Suède, l'équipe de Bäckström semble près de conclure l'autre enquête. Mais, attention, dans l'ombre s'effectuent des manoeuvres qui ont pour but de déstabiliser le commandant frondeur.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Tout le monde est de retour en Suède pour le quatrième épisode. L'une des enquêtes échoue, tandis que l'autre piétine. Les ennuis de Bäckström ne sont pas prêts de finir, ils ont même plutôt tendance à s'aggraver. On le découvre sous un jour moins flatteur. Il reste le flic acharné à démasquer les tueurs, mais on se pose des questions sur son intégrité... et sur son passé, en lien avec un mystérieux tableau. Du coup, le personnage paraît moins caricatural que dans les premiers épisodes.

   C'est du surcroît bien filmé, en Suède comme en Thaïlande. Le suspens est prenant. La fin de l'épisode nous ramène dans l'île du début, où se trouve peut-être la clé de l'énigme...

dimanche, 21 mars 2021

Commandant Bäckström

   C'est le titre d'une série policière suédoise, qui débarque ce dimanche soir sur France 3, avec les deux premiers épisodes. Le héros éponyme est un enquêteur criminel hors pair, devenu une vedette de télévision. Quand on veut lui confier l'affaire d'un braquage, il préfère s'intéresser à la découverte d'un crâne, sur une île déserte.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Dans l'épisode 1, on découvre les personnages principaux. À gauche ci-dessus se trouve le héros, un vieux beau bedonnant, bon vivant, coureur de jupons et assez rétif aux ordres de la hiérarchie. Au centre sont placés l'un de ses adjoints et le fils d'un voisin, genre gamin surdoué qui n'arrive pas à s'intégrer dans une unité de scouts fachos. Enfin, à droite, on remarque la présence de la superbe Ankan Carlsson, le bras droit de Bäckström, aussi rigoureuse qu'il est fantasque, aussi respectueuse du règlement qu'il est anar. Leur association se révèle efficace pour lutter contre le crime.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Le mystère s'épaissit dans l'épisode 2. Le corps finalement entièrement découvert est lié, de manière étrange, au tsunami de 2004. (Rappelons que cette catastrophe a particulièrement touché l'Indonésie, ainsi que le Sri Lanka et la Thaïlande. La Suède fut le pays européen à déplorer le plus de victimes.)

   Les deux affaires sur lesquelles enquêtent les policiers finissent par se rejoindre, sans que l'on comprenne, pour l'instant, les tenants et les aboutissants. Petit à petit, on se rend aussi compte que d'autres personnes agissent, dans l'ombre.

   Le suspens est donc bien ficelé... mais le personnage principal, qui constitue en quelque sorte l'attraction de la série, finit par la desservir. Il est mal élevé, mange salement... et surtout parle en mangeant ! C'est in-sup-por-table ! Il est aussi pathétique dans son comportement avec les femmes. Fort heureusement, la mise en scène ne l'héroïse pas (trop) : on nous le montre parfois comme un pauvre type, avec ses ridicules. Le concernant, un mystère reste à éclaircir, en lien avec un tableau placé dans son salon.

   Conclusion ? C'est assez prenant, quelque part entre Meurtres à Sandhamn et Les Rivières pourpres. J'attends la suite avec impatience, même si le personnage principal pourrait finir par me lasser.

Commandant Bäckström

   C'est le titre d'une série policière suédoise, qui débarque ce dimanche soir sur France 3, avec les deux premiers épisodes. Le héros éponyme est un enquêteur criminel hors pair, devenu une vedette de télévision. Quand on veut lui confier l'affaire d'un braquage, il préfère s'intéresser à la découverte d'un crâne, sur une île déserte.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Dans l'épisode 1, on découvre les personnages principaux. À gauche ci-dessus se trouve le héros, un vieux beau bedonnant, bon vivant, coureur de jupons et assez rétif aux ordres de la hiérarchie. Au centre sont placés l'un de ses adjoints et le fils d'un voisin, genre gamin surdoué qui n'arrive pas à s'intégrer dans une unité de scouts fachos. Enfin, à droite, on remarque la présence de la superbe Ankan Carlsson, le bras droit de Bäckström, aussi rigoureuse qu'il est fantasque, aussi respectueuse du règlement qu'il est anar. Leur association se révèle efficace pour lutter contre le crime.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Le mystère s'épaissit dans l'épisode 2. Le corps finalement entièrement découvert est lié, de manière étrange, au tsunami de 2004. (Rappelons que cette catastrophe a particulièrement touché l'Indonésie, ainsi que le Sri Lanka et la Thaïlande. La Suède fut le pays européen à déplorer le plus de victimes.)

   Les deux affaires sur lesquelles enquêtent les policiers finissent par se rejoindre, sans que l'on comprenne, pour l'instant, les tenants et les aboutissants. Petit à petit, on se rend aussi compte que d'autres personnes agissent, dans l'ombre.

   Le suspens est donc bien ficelé... mais le personnage principal, qui constitue en quelque sorte l'attraction de la série, finit par la desservir. Il est mal élevé, mange salement... et surtout parle en mangeant ! C'est in-sup-por-table ! Il est aussi pathétique dans son comportement avec les femmes. Fort heureusement, la mise en scène ne l'héroïse pas (trop) : on nous le montre parfois comme un pauvre type, avec ses ridicules. Le concernant, un mystère reste à éclaircir, en lien avec un tableau placé dans son salon.

   Conclusion ? C'est assez prenant, quelque part entre Meurtres à Sandhamn et Les Rivières pourpres. J'attends la suite avec impatience, même si le personnage principal pourrait finir par me lasser.

vendredi, 19 mars 2021

Tropiques criminels (saison 2)

   France 2 achève la diffusion de la deuxième saison de cette série policière "ultramarine", tournée en Martinique, et qui s'inspire un brin de Meurtres au paradis (dont la diffusion de la saison 10 va débuter en avril). Il y a un peu plus d'un an, j'avais parlé des débuts de la saison 1, intéressants, divertissants, sans plus.

cinéma,cinema,film,films,france,télévision,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   L'intrigue est toujours construite autour de la périlleuse association de la capitaine Crivelli (Béatrice de La Boulaye, excellente) et de la commandante Sainte-Rose (Sonia Rolland, raide comme un I). Autant la première est bordélique, gouailleuse, joviale voire paillarde, autant la seconde est rigoureuse, austère voire ennuyeuse.

   Enfin, ça, c'était dans la saison 1. Les scénaristes ont eu l'intelligence de faire évoluer leurs principaux personnages féminins. La fantasque Crivelli a gagné en professionnalisme et cherche désormais une relation stable. La pointilleuse Sainte-Rose connaît quelques moments de faiblesse et aime s'abandonner dans les bras musculeux d'un amant inavouable.

cinéma,cinema,film,films,france,télévision,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   ... Raté ! Ce n'est pas l'amant, mais le lieutenant Charlery, policier très bien implanté localement, qui seconde efficacement ses deux supérieures hiérarchiques. Il est interprété avec talent par Julien Béramis.

   L'épisode 7 est intitulé "Schoelcher", du nom d'une commune martiniquaise où se déroule une partie de l'intrigue. (Elle a pris ce nom à la fin du XIXe siècle, en l'honneur de l'un des acteurs de l'abolition de l'esclavage.) Le scénario, assez malin, conduit les enquêtrices à s'intéresser à la transsexualité...

cinéma,cinema,film,films,france,télévision,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Dans le huitième et dernier épisode de la saison ("La baie du Marin"), la commandante est au coeur de l'action : elle s'est fait enlever... sans que l'on sache, au début, par qui. La résolution de ce mystère ne manque pas de piquant (avec l'introduction d'hallucinations), même si cet épisode n'est pas exempt de clichés ni de maladresses dans le jeu de certains comédiens.

   Globalement, je trouve cette saison plus réussie que la précédente. Le duo d'actrices principales fonctionne très bien... et les vues de la Martinique sont belles.

Tropiques criminels (saison 2)

   France 2 achève la diffusion de la deuxième saison de cette série policière "ultramarine", tournée en Martinique, et qui s'inspire un brin de Meurtres au paradis (dont la diffusion de la saison 10 va débuter en avril). Il y a un peu plus d'un an, j'avais parlé des débuts de la saison 1, intéressants, divertissants, sans plus.

cinéma,cinema,film,films,france,télévision,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   L'intrigue est toujours construite autour de la périlleuse association de la capitaine Crivelli (Béatrice de La Boulaye, excellente) et de la commandante Sainte-Rose (Sonia Rolland, raide comme un I). Autant la première est bordélique, gouailleuse, joviale voire paillarde, autant la seconde est rigoureuse, austère voire ennuyeuse.

   Enfin, ça, c'était dans la saison 1. Les scénaristes ont eu l'intelligence de faire évoluer leurs principaux personnages féminins. La fantasque Crivelli a gagné en professionnalisme et cherche désormais une relation stable. La pointilleuse Sainte-Rose connaît quelques moments de faiblesse et aime s'abandonner dans les bras musculeux d'un amant inavouable.

cinéma,cinema,film,films,france,télévision,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   ... Raté ! Ce n'est pas l'amant, mais le lieutenant Charlery, policier très bien implanté localement, qui seconde efficacement ses deux supérieures hiérarchiques. Il est interprété avec talent par Julien Béramis.

   L'épisode 7 est intitulé "Schoelcher", du nom d'une commune martiniquaise où se déroule une partie de l'intrigue. (Elle a pris ce nom à la fin du XIXe siècle, en l'honneur de l'un des acteurs de l'abolition de l'esclavage.) Le scénario, assez malin, conduit les enquêtrices à s'intéresser à la transsexualité...

cinéma,cinema,film,films,france,télévision,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Dans le huitième et dernier épisode de la saison ("La baie du Marin"), la commandante est au coeur de l'action : elle s'est fait enlever... sans que l'on sache, au début, par qui. La résolution de ce mystère ne manque pas de piquant (avec l'introduction d'hallucinations), même si cet épisode n'est pas exempt de clichés ni de maladresses dans le jeu de certains comédiens.

   Globalement, je trouve cette saison plus réussie que la précédente. Le duo d'actrices principales fonctionne très bien... et les vues de la Martinique sont belles.

lundi, 15 mars 2021

Les Rivières pourpres (saison 3)

   France 2 diffuse actuellement la nouvelle saison de la série adaptée des films éponymes, eux-mêmes issus du roman de Jean-Christophe Grangé, qui a collaboré au scénario de plusieurs épisodes.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   L'épisode inédit de ce soir (suivi d'une rediffusion de la saison 1, Le Jour des cendres) s'intitule Rédemption. Au début de la première partie, le commissaire Niemans (Olivier Marchal, plus bourru que jamais) et son adjointe Camille Delaunay (Erika Sainte, borderline et très proche du commissaire) découvrent le cadavre d'un ancien collègue de Niemans, mort de... la peste.

   On est en plein dans l'ambiance de la série, celle d'un polar dégueulasse de chez dégueulasse, rempli de tarés plus ou moins criminels. Ajoutez à cela les méthodes peu orthodoxes du commissaire et le comportement parfois fantasque de son adjointe, et vous aurez une idée du ton des épisodes, plus ou moins réussis.

   La deuxième partie voit le mystère s'épaissir. Ce sont désormais tous les membres de l'ancien groupe de Niemans (du temps où il travaillait à Paris) qui semblent visés. Il va falloir du temps aux enquêteurs pour démêler les fils de l'intrigue... mais les spectateurs familiers de ce genre de polar devineront assez vite qui se cache derrière cette vengeance venue du passé lointain.  

   C'est parfois à la limite du vraisemblable, mais c'est prenant, bien joué, bien mis en images. Pour les amateurs du genre.

Les Rivières pourpres (saison 3)

   France 2 diffuse actuellement la nouvelle saison de la série adaptée des films éponymes, eux-mêmes issus du roman de Jean-Christophe Grangé, qui a collaboré au scénario de plusieurs épisodes.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   L'épisode inédit de ce soir (suivi d'une rediffusion de la saison 1, Le Jour des cendres) s'intitule Rédemption. Au début de la première partie, le commissaire Niemans (Olivier Marchal, plus bourru que jamais) et son adjointe Camille Delaunay (Erika Sainte, borderline et très proche du commissaire) découvrent le cadavre d'un ancien collègue de Niemans, mort de... la peste.

   On est en plein dans l'ambiance de la série, celle d'un polar dégueulasse de chez dégueulasse, rempli de tarés plus ou moins criminels. Ajoutez à cela les méthodes peu orthodoxes du commissaire et le comportement parfois fantasque de son adjointe, et vous aurez une idée du ton des épisodes, plus ou moins réussis.

   La deuxième partie voit le mystère s'épaissir. Ce sont désormais tous les membres de l'ancien groupe de Niemans (du temps où il travaillait à Paris) qui semblent visés. Il va falloir du temps aux enquêteurs pour démêler les fils de l'intrigue... mais les spectateurs familiers de ce genre de polar devineront assez vite qui se cache derrière cette vengeance venue du passé lointain.  

   C'est parfois à la limite du vraisemblable, mais c'est prenant, bien joué, bien mis en images. Pour les amateurs du genre.

dimanche, 14 mars 2021

Mrs Wilson

   Il s'agit encore d'une mini-fiction britannique, de nouveau sur France 3. La chaîne exploite le filon... et elle a raison. Chapeau aux responsables de la programmation !

   C'est une histoire vraie, qui est contée en trois épisodes. Le premier démarre avec le décès d'un auteur de romans d'espionnage, Alexander Wilson, au passé trouble. Dès lors, une réaction en chaîne s'enclenche : la veuve va découvrir que son époux lui cachait beaucoup de choses, sur son passé professionnel (mais ça elle s'en doutait un peu) et sur sa vie privée... Des retours en arrière sur fond ocre nous fond revivre le passé du couple, notamment leurs premières années ensemble, à Londres, pendant la Seconde Guerre mondiale. C'est bien joué, bien filmé... même si j'ai remarqué une erreur grossière, dans un plan :

cinéma,cinema,film,films,médias,télévision,histoire

cinéma,cinema,film,films,médias,télévision,histoire

   La scène se déroule aux pompes funèbres. Dans le plan du dessus, au moment où le patron de l'entreprise quitte son siège (face à Alison Wilson), on remarque que sous ses pieds se trouvait une grosse croix de position, croix qui n'apparaît pas sur le plan suivant.

   Le deuxième épisode est encore plus captivant. Alison décide de mener son enquête, pour découvrir quels sont les pans de la vie de son époux que celui-ci lui a cachés... et jusqu'à quel point il lui a menti pendant des années. Tout semble s'être joué avant même la Seconde Guerre mondiale, dans les Indes britanniques (plus précisément du côté de Lahore, dans l'actuel Pakistan) :

cinéma,cinema,film,films,médias,télévision,histoire

  Sur l'image ci-dessus (censée représenter l'intérieur d'une loge de théâtre), vous remarquerez sur le mur une inscription, en français : sans le doute le titre d'une pièce de Molière, Les Fourberies de Scapin.

   Le troisième épisode nous fait passer par des montagnes russes. Alec était-il réellement un brillant espion, le patriotisme chevillé au corps ? Ou bien n'était-ce qu'un affabulateur de génie ? Les rebondissements sont nombreux, dans un contexte marqué par la Guerre froide.

   L'actrice principale, Ruth Wilson, est toujours aussi épatante... et là vous vous dites : "Wilson ? Comme l'héroïne ?" C'est exact. La comédienne est la petite-fille de l'une des Mrs Wilson qui apparaissent à l'écran. Cela donne une profondeur supplémentaire à cette mini-série très bien fichue, qui s'achève par un extraordinaire portrait de famille.

Mrs Wilson

   Il s'agit encore d'une mini-fiction britannique, de nouveau sur France 3. La chaîne exploite le filon... et elle a raison. Chapeau aux responsables de la programmation !

   C'est une histoire vraie, qui est contée en trois épisodes. Le premier démarre avec le décès d'un auteur de romans d'espionnage, Alexander Wilson, au passé trouble. Dès lors, une réaction en chaîne s'enclenche : la veuve va découvrir que son époux lui cachait beaucoup de choses, sur son passé professionnel (mais ça elle s'en doutait un peu) et sur sa vie privée... Des retours en arrière sur fond ocre nous fond revivre le passé du couple, notamment leurs premières années ensemble, à Londres, pendant la Seconde Guerre mondiale. C'est bien joué, bien filmé... même si j'ai remarqué une erreur grossière, dans un plan :

cinéma,cinema,film,films,médias,télévision,histoire

cinéma,cinema,film,films,médias,télévision,histoire

   La scène se déroule aux pompes funèbres. Dans le plan du dessus, au moment où le patron de l'entreprise quitte son siège (face à Alison Wilson), on remarque que sous ses pieds se trouvait une grosse croix de position, croix qui n'apparaît pas sur le plan suivant.

   Le deuxième épisode est encore plus captivant. Alison décide de mener son enquête, pour découvrir quels sont les pans de la vie de son époux que celui-ci lui a cachés... et jusqu'à quel point il lui a menti pendant des années. Tout semble s'être joué avant même la Seconde Guerre mondiale, dans les Indes britanniques (plus précisément du côté de Lahore, dans l'actuel Pakistan) :

cinéma,cinema,film,films,médias,télévision,histoire

  Sur l'image ci-dessus (censée représenter l'intérieur d'une loge de théâtre), vous remarquerez sur le mur une inscription, en français : sans le doute le titre d'une pièce de Molière, Les Fourberies de Scapin.

   Le troisième épisode nous fait passer par des montagnes russes. Alec était-il réellement un brillant espion, le patriotisme chevillé au corps ? Ou bien n'était-ce qu'un affabulateur de génie ? Les rebondissements sont nombreux, dans un contexte marqué par la Guerre froide.

   L'actrice principale, Ruth Wilson, est toujours aussi épatante... et là vous vous dites : "Wilson ? Comme l'héroïne ?" C'est exact. La comédienne est la petite-fille de l'une des Mrs Wilson qui apparaissent à l'écran. Cela donne une profondeur supplémentaire à cette mini-série très bien fichue, qui s'achève par un extraordinaire portrait de famille.

samedi, 13 mars 2021

Un rêve d'Arizona

   Le vendredi soir, M6 poursuit la diffusion (au compte-gouttes) des inédits de la série NCIS. Un seul nouvel épisode nous est offert chaque semaine, suivi d'une brochette de rediffusions. Hier se terminait la saison 17, sur un superbe épisode, intitulé USS Arizona.

   C'est une référence à un navire de guerre (un cuirassé) américain, qui fut détruit lors de l'attaque japonaise sur Pearl Harbor, le 7 décembre 1941. À lui seul, il pèse pour près de la moitié des quelque 2 400 victimes.

cinéma,cinema,film,films,histoire,télévision,médis,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   L'enquête va conduire les agents fédéraux à s'intéresser à ce qu'il s'est passé dans les îles Hawaï, situées en plein océan Pacifique. Je rappelle que la base de Pearl Harbor se trouve à Honolulu :

cinéma,cinema,film,films,histoire,télévision,médis,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Mais, avant d'en arriver là, les enquêteurs vont devoir résoudre un mystérieux cambriolage. Qui a dérobé la purple heart reçue par la fille d'un amiral ? Pourquoi ? Et où se trouve désormais cette médaille ? Sur leur chemin, Gibbs et son équipe croisent un vieillard un peu fantasque, mais particulièrement buté :

cinéma,cinema,film,films,histoire,télévision,médis,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   J'ose espérer qu'en la personne de Joseph Smith les cinéphiles auront reconnu Christopher Lloyd, qui fit jadis le bonheur des salles obscures en incarnant (entre autres) le Doc' de Retour vers le futur et l'oncle Fétide de La Famille Adams.

   L'introduction de ce personnage, qui se présente comme l'un des rescapés de l'attaque, donne lieu à plusieurs scènes émouvantes. L'une d'elles conduit Gibbs au mémorial consacré au célèbre navire, qui n'a pas été renfloué après la guerre.

cinéma,cinema,film,films,histoire,télévision,médis,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

cinéma,cinema,film,films,histoire,télévision,médis,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

cinéma,cinema,film,films,histoire,télévision,médis,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Cet épisode est aussi l'occasion pour les scénaristes de montrer un Gibbs vieillissant, commençant à faire le bilan de sa vie. On nous prépare doucement à l'arrêt de la série. La saison 18 ne compte que seize épisodes (covid oblige). La saison 19 sera sans doute la dernière.

Un rêve d'Arizona

   Le vendredi soir, M6 poursuit la diffusion (au compte-gouttes) des inédits de la série NCIS. Un seul nouvel épisode nous est offert chaque semaine, suivi d'une brochette de rediffusions. Hier se terminait la saison 17, sur un superbe épisode, intitulé USS Arizona.

   C'est une référence à un navire de guerre (un cuirassé) américain, qui fut détruit lors de l'attaque japonaise sur Pearl Harbor, le 7 décembre 1941. À lui seul, il pèse pour près de la moitié des quelque 2 400 victimes.

cinéma,cinema,film,films,histoire,télévision,médis,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   L'enquête va conduire les agents fédéraux à s'intéresser à ce qu'il s'est passé dans les îles Hawaï, situées en plein océan Pacifique. Je rappelle que la base de Pearl Harbor se trouve à Honolulu :

cinéma,cinema,film,films,histoire,télévision,médis,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Mais, avant d'en arriver là, les enquêteurs vont devoir résoudre un mystérieux cambriolage. Qui a dérobé la purple heart reçue par la fille d'un amiral ? Pourquoi ? Et où se trouve désormais cette médaille ? Sur leur chemin, Gibbs et son équipe croisent un vieillard un peu fantasque, mais particulièrement buté :

cinéma,cinema,film,films,histoire,télévision,médis,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   J'ose espérer qu'en la personne de Joseph Smith les cinéphiles auront reconnu Christopher Lloyd, qui fit jadis le bonheur des salles obscures en incarnant (entre autres) le Doc' de Retour vers le futur et l'oncle Fétide de La Famille Adams.

   L'introduction de ce personnage, qui se présente comme l'un des rescapés de l'attaque, donne lieu à plusieurs scènes émouvantes. L'une d'elles conduit Gibbs au mémorial consacré au célèbre navire, qui n'a pas été renfloué après la guerre.

cinéma,cinema,film,films,histoire,télévision,médis,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

cinéma,cinema,film,films,histoire,télévision,médis,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

cinéma,cinema,film,films,histoire,télévision,médis,actu,actualite,actualites,actualité,actualités

   Cet épisode est aussi l'occasion pour les scénaristes de montrer un Gibbs vieillissant, commençant à faire le bilan de sa vie. On nous prépare doucement à l'arrêt de la série. La saison 18 ne compte que seize épisodes (covid oblige). La saison 19 sera sans doute la dernière.

mercredi, 10 mars 2021

L'Employeur

   Je poursuis l'opération "un petit thriller pour lutter contre la dépression". Au programme, ce soir, un film sorti en France (en 2014) directement en DVD. Pourtant, la distribution n'est pas dégueu et l'intrigue assez accrocheuse.

cinéma,cinema,film,films,société

   L'employeur en question est incarné (avec gourmandise) par Malcolm McDowell. Il a plutôt une fonction de recruteur, qui travaille pour un mystérieux groupe d'investisseurs, qui ne semble pas s'embarrasser de scrupules. Pour sélectionner un nouvel employé, il a mis au point une procédure légèrement perverse : il a fait enlever et enfermer les candidats de sa "short list" dans une pièce hermétiquement fermée. Un téléphone qui ne peut recevoir d'appel que de lui est le seul lien avec l'extérieur. Petit à petit, les postulants se réveillent...

cinéma,cinema,film,films,société

   James est l'intello introverti de la bande. Au chômage depuis six mois, n'est-il pas prêt à tout pour retrouver un boulot, de surcroît bien payé ? Il est interprété par David Dastmalchian, que l'on a pu voir dans les Ant-Man, dans Blade Runner 2049 (et bientôt en salle -j'espère- dans le remake de Dune).

cinéma,cinema,film,films,société

   La deuxième à émerger est Sandra, une cheffe d'entreprise que l'on pourrait confondre de prime abord avec une mère au foyer. Elle a de l'empathie... et de la ténacité.

cinéma,cinema,film,films,société

   Billie (Katerina Mikailenko... mmm) est la seconde femme du groupe. C'est aussi la plus jeune de la bande. Elle vient d'achever sa thèse... consacrée à l'entreprise qui recrute ! Son joli minois cache une volonté de fer.

cinéma,cinema,film,films,société

   Keith aurait le profil-type de l'employé que recherche le cabinet d'affaires. Il a déjà travaillé dans ce genre d'entreprise et semble avoir quelques dispositions pour la manipulation.

cinéma,cinema,film,films,société

   ... mais il a un sacré concurrent : Mike, lui aussi habitué des cabinets d'affaires... et bâti comme un colosse. À lui seul, il pourrait écrabouiller tous ses concurrents... sauf que lors de son enlèvement, il s'est fait méchamment tabasser. Il est incarné par Matthew Willig, un autre habitué des seconds rôles à la télévision (par exemple celui de Simon Cade dans NCIS).

   Des cinq concurrents, un.e seul.e a vocation à sortir de la pièce, pour décrocher le prestigieux boulot convoité. Vont-ils unir leurs forces ou bien s'affronter ? Suspens... (Cube n'est évidemment pas loin. On pense aussi à El Metodo.)

   Petit à petit, on en apprend plus sur les candidats. On comprend pourquoi chacun a été choisi, profilé. Des retours en arrière nous font découvrir deux moments dans leurs vies : le précédent entretien avec le recruteur (au cours duquel ils apparaissent en général sous un autre jour) et la soirée de leur enlèvement.

   Cela n'a rien d'exceptionnel, mais c'est bien joué, avec, sur le fond, un poil de critique du monde entrepreneurial (plus précisément du comportement de prédateur)... ah, et, dès le premier quart d'heure, j'avais deviné qui allait "gagner" !

   P.S.

   Côté nostalgie, je signale la présence (au tout début et à la fin... soyez attentifs) de Billy Zane, l'horrible Cal Hockley de Titanic. Comme le temps passe !...

cinéma,cinema,film,films,société

L'Employeur

   Je poursuis l'opération "un petit thriller pour lutter contre la dépression". Au programme, ce soir, un film sorti en France (en 2014) directement en DVD. Pourtant, la distribution n'est pas dégueu et l'intrigue assez accrocheuse.

cinéma,cinema,film,films,société

   L'employeur en question est incarné (avec gourmandise) par Malcolm McDowell. Il a plutôt une fonction de recruteur, qui travaille pour un mystérieux groupe d'investisseurs, qui ne semble pas s'embarrasser de scrupules. Pour sélectionner un nouvel employé, il a mis au point une procédure légèrement perverse : il a fait enlever et enfermer les candidats de sa "short list" dans une pièce hermétiquement fermée. Un téléphone qui ne peut recevoir d'appel que de lui est le seul lien avec l'extérieur. Petit à petit, les postulants se réveillent...

cinéma,cinema,film,films,société

   James est l'intello introverti de la bande. Au chômage depuis six mois, n'est-il pas prêt à tout pour retrouver un boulot, de surcroît bien payé ? Il est interprété par David Dastmalchian, que l'on a pu voir dans les Ant-Man, dans Blade Runner 2049 (et bientôt en salle -j'espère- dans le remake de Dune).

cinéma,cinema,film,films,société

   La deuxième à émerger est Sandra, une cheffe d'entreprise que l'on pourrait confondre de prime abord avec une mère au foyer. Elle a de l'empathie... et de la ténacité.

cinéma,cinema,film,films,société

   Billie (Katerina Mikailenko... mmm) est la seconde femme du groupe. C'est aussi la plus jeune de la bande. Elle vient d'achever sa thèse... consacrée à l'entreprise qui recrute ! Son joli minois cache une volonté de fer.

cinéma,cinema,film,films,société

   Keith aurait le profil-type de l'employé que recherche le cabinet d'affaires. Il a déjà travaillé dans ce genre d'entreprise et semble avoir quelques dispositions pour la manipulation.

cinéma,cinema,film,films,société

   ... mais il a un sacré concurrent : Mike, lui aussi habitué des cabinets d'affaires... et bâti comme un colosse. À lui seul, il pourrait écrabouiller tous ses concurrents... sauf que lors de son enlèvement, il s'est fait méchamment tabasser. Il est incarné par Matthew Willig, un autre habitué des seconds rôles à la télévision (par exemple celui de Simon Cade dans NCIS).

   Des cinq concurrents, un.e seul.e a vocation à sortir de la pièce, pour décrocher le prestigieux boulot convoité. Vont-ils unir leurs forces ou bien s'affronter ? Suspens... (Cube n'est évidemment pas loin. On pense aussi à El Metodo.)

   Petit à petit, on en apprend plus sur les candidats. On comprend pourquoi chacun a été choisi, profilé. Des retours en arrière nous font découvrir deux moments dans leurs vies : le précédent entretien avec le recruteur (au cours duquel ils apparaissent en général sous un autre jour) et la soirée de leur enlèvement.

   Cela n'a rien d'exceptionnel, mais c'est bien joué, avec, sur le fond, un poil de critique du monde entrepreneurial (plus précisément du comportement de prédateur)... ah, et, dès le premier quart d'heure, j'avais deviné qui allait "gagner" !

   P.S.

   Côté nostalgie, je signale la présence (au tout début et à la fin... soyez attentifs) de Billy Zane, l'horrible Cal Hockley de Titanic. Comme le temps passe !...

cinéma,cinema,film,films,société

dimanche, 07 mars 2021

Red Eye

   Encore un week-end sans cinéma... J'aurais pourtant bien besoin de ma dose, pour m'aider à supporter ce monde violent et stupide. Comme durant le premier confinement, je me suis tourné vers une plateforme à laquelle je suis inscrit depuis des années. Parmi les services qu'elle propose figure la vidéo à la demande, gratuite et payante. J'ai tenté ce petit  thriller, sorti en 2005 en France avec comme sous-titre Sous haute tension.

cinéma,cinema,film,films

   C'était l'occasion de voir Rachel McAdams et Cillian Murphy (plutôt) en début de carrière. À l'époque, la première n'avait pas encore tourné Serial Noceurs, Sherlock Holmes, Minuit à Paris ni Game Night. Le second n'avait pas encore été remarqué dans Le Vent se lève, The Dark Knight Rises, Inception, Time Out et Dunkerque.

   Elle incarne Lisa, la gérante d'un hôtel de luxe à Miami. Un soir, à l'aéroport de Dallas, son vol de retour est décalé. Elle est contrainte de prendre un de ces vols de nuit (red-eye flights) courants aux États-Unis. Décollant entre 22h et 1h du matin, ils atterrissent vers 5-6h, faisant économiser une nuit d'hôtel à leurs passagers. (En fonction du type d'avion, le trajet Dallas-Miami s'effectue en quatre à sept heures.)

   Dans la file d'attente, Lisa fait la connaissance de Jackson, un charmant jeune homme, assez sûr de lui et visiblement attiré par la jeune femme. Cependant, une fois dans l'avion, ce qui avait démarré comme une comédie sentimentale tourne au polar. Lisa se retrouve mêlée à un complot. Le film (réalisé par Wes Craven tout de même) prend la forme d'un huis clos. Ce n'est pas nouveau-nouveau (et ça ne l'était pas à l'époque), mais c'est bien fichu.

   La dernière étape se déroule au sol. Craven met en scène un superbe mano à mano entre les deux personnages principaux. Je pense que c'est l'un des rôles les plus intéressants qui aient été confiés à Cillian Murphy... et Dieu que Rachel McAdams a du charme... et du tempérament !

22:18 Publié dans Cinéma, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, cinema, film, films

Red Eye

   Encore un week-end sans cinéma... J'aurais pourtant bien besoin de ma dose, pour m'aider à supporter ce monde violent et stupide. Comme durant le premier confinement, je me suis tourné vers une plateforme à laquelle je suis inscrit depuis des années. Parmi les services qu'elle propose figure la vidéo à la demande, gratuite et payante. J'ai tenté ce petit  thriller, sorti en 2005 en France avec comme sous-titre Sous haute tension.

cinéma,cinema,film,films

   C'était l'occasion de voir Rachel McAdams et Cillian Murphy (plutôt) en début de carrière. À l'époque, la première n'avait pas encore tourné Serial Noceurs, Sherlock Holmes, Minuit à Paris ni Game Night. Le second n'avait pas encore été remarqué dans Le Vent se lève, The Dark Knight Rises, Inception, Time Out et Dunkerque.

   Elle incarne Lisa, la gérante d'un hôtel de luxe à Miami. Un soir, à l'aéroport de Dallas, son vol de retour est décalé. Elle est contrainte de prendre un de ces vols de nuit (red-eye flights) courants aux États-Unis. Décollant entre 22h et 1h du matin, ils atterrissent vers 5-6h, faisant économiser une nuit d'hôtel à leurs passagers. (En fonction du type d'avion, le trajet Dallas-Miami s'effectue en quatre à sept heures.)

   Dans la file d'attente, Lisa fait la connaissance de Jackson, un charmant jeune homme, assez sûr de lui et visiblement attiré par la jeune femme. Cependant, une fois dans l'avion, ce qui avait démarré comme une comédie sentimentale tourne au polar. Lisa se retrouve mêlée à un complot. Le film (réalisé par Wes Craven tout de même) prend la forme d'un huis clos. Ce n'est pas nouveau-nouveau (et ça ne l'était pas à l'époque), mais c'est bien fichu.

   La dernière étape se déroule au sol. Craven met en scène un superbe mano à mano entre les deux personnages principaux. Je pense que c'est l'un des rôles les plus intéressants qui aient été confiés à Cillian Murphy... et Dieu que Rachel McAdams a du charme... et du tempérament !

22:18 Publié dans Cinéma, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, cinema, film, films

dimanche, 28 février 2021

Vienna Blood (2)

   C'est le titre d'origine de la série qui, en français, s'appelle Les Carnets de Max Liebermann. La semaine dernière, les téléspectateurs de France 3 ont pu découvrir les premières aventures d'un duo composé d'Oscar, inspecteur bourru, et Max, jeune médecin à la croisée des chemins.

2 d.jpg

   Cette fois-ci, nos Sherlock Holmes et Docteur Watson autrichiens (inversés) sont confrontés à ce qui ressemble à un tueur en série. L'affaire risque de prendre une tournure particulièrement déplaisante : l'entourage du médecin est à son tour menacé.

2 c.jpg

   Paradoxalement, c'est dans la vie personnelle du héros que les rebondissements sont les plus nombreux. Il semble hésiter entre deux femmes (une blonde et une brune... comme c'est original), sans se l'avouer. Il voit aussi avec inquiétude son père nouer des contacts commerciaux avec des gens aux intentions troubles.

   Cela nous mène à l'arrière-plan historique. Une société secrète raciste et antisémite se développe, de manière souterraine. Les enquêteurs se demandent s'il n'y a pas un lien avec la série de crimes récemment commis.

   L'aspect reconstitution du passé est (à mes yeux) le plus intéressant. On nous montre les débuts de la psychanalyse et les tentatives du héros pour la mettre en pratique à l'hôpital où il travaille. La vie culturelle est insérée dans l'intrigue, par l'intermédiaire de la peinture et de l'opéra. Ce n'est pas vraiment novateur, mais c'est bien mis en scène. Enfin, le soin apporté aux décors et à la photographie nous font comprendre très clairement à quel point les inégalités étaient criantes à l'époque.

   Même si je trouve cet épisode un peu moins réussi que le précédent, il mérite largement le détour.

Vienna Blood (2)

   C'est le titre d'origine de la série qui, en français, s'appelle Les Carnets de Max Liebermann. La semaine dernière, les téléspectateurs de France 3 ont pu découvrir les premières aventures d'un duo composé d'Oscar, inspecteur bourru, et Max, jeune médecin à la croisée des chemins.

2 d.jpg

   Cette fois-ci, nos Sherlock Holmes et Docteur Watson autrichiens (inversés) sont confrontés à ce qui ressemble à un tueur en série. L'affaire risque de prendre une tournure particulièrement déplaisante : l'entourage du médecin est à son tour menacé.

2 c.jpg

   Paradoxalement, c'est dans la vie personnelle du héros que les rebondissements sont les plus nombreux. Il semble hésiter entre deux femmes (une blonde et une brune... comme c'est original), sans se l'avouer. Il voit aussi avec inquiétude son père nouer des contacts commerciaux avec des gens aux intentions troubles.

   Cela nous mène à l'arrière-plan historique. Une société secrète raciste et antisémite se développe, de manière souterraine. Les enquêteurs se demandent s'il n'y a pas un lien avec la série de crimes récemment commis.

   L'aspect reconstitution du passé est (à mes yeux) le plus intéressant. On nous montre les débuts de la psychanalyse et les tentatives du héros pour la mettre en pratique à l'hôpital où il travaille. La vie culturelle est insérée dans l'intrigue, par l'intermédiaire de la peinture et de l'opéra. Ce n'est pas vraiment novateur, mais c'est bien mis en scène. Enfin, le soin apporté aux décors et à la photographie nous font comprendre très clairement à quel point les inégalités étaient criantes à l'époque.

   Même si je trouve cet épisode un peu moins réussi que le précédent, il mérite largement le détour.

Stag

   En anglais, ce mot peut désigner un cerf, mais aussi un célibataire, un spéculateur... et un enterrement de vie de garçon. Ici, il s'agit du titre d'une mini-série britannique de 2016, récemment mise en ligne sur le site d'Arte.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films

   C'est l'histoire d'une bande de potes réunie au fin fond de l'Écosse pour l'enterrement de vie de garçon d'Angus Johnners. On va vite découvrir que, dans le groupe de mecs (des yuppies en majorité), tout le monde ne s'apprécie pas. De plus, quelques-uns cachent de lourds secrets. Si vous ajoutez à cela des habitants du cru pas franchement amicaux (voire inquiétants) et le temps qui se met à l'orage, vous avez une idée de l'ambiance campée dans ce thriller mâtiné d'humour noir.

   Le premier épisode nous présente les personnages principaux, dont on se demande combien auront disparu à la fin de l'histoire. Il y a comme une ambiance à la Délivrance (de John Boorman).

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films

   Le deuxième épisode montre à quel point la partie de chasse dans l'Écosse sauvage est en train de dégénérer. Deux personnages semblent très inquiétants : le garde-chasse, qui, dans un premier temps, a laissé tomber ses riches clients imprudents, et un nouveau venu, Christophe, sensé avoir été invité, mais qui n'arrive qu'en cours de route. Il rejoint les rescapés dans une maison perdue au bord d'un lac. (Je saisis l'occasion pour signaler que les paysages sont superbes.)

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films

   Dans le troisième et dernier épisode, la situation semble se décanter. On aperçoit la personne qui tue... mais déguisée. Il semble qu'une vengeance ou un complot soit à l'oeuvre. Les derniers survivants sont déterminés à ne pas se laisser faire... mais les apparences sont souvent trompeuses... et certaines situations cocasses ! Les acteurs sont excellents et le suspens très bien tenu. L'intrigue se conclut sur une énième pirouette. (Il y avait complot dans le complot.)

   Je recommande vivement ce triptyque horrifico-comique.

Stag

   En anglais, ce mot peut désigner un cerf, mais aussi un célibataire, un spéculateur... et un enterrement de vie de garçon. Ici, il s'agit du titre d'une mini-série britannique de 2016, récemment mise en ligne sur le site d'Arte.

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films

   C'est l'histoire d'une bande de potes réunie au fin fond de l'Écosse pour l'enterrement de vie de garçon d'Angus Johnners. On va vite découvrir que, dans le groupe de mecs (des yuppies en majorité), tout le monde ne s'apprécie pas. De plus, quelques-uns cachent de lourds secrets. Si vous ajoutez à cela des habitants du cru pas franchement amicaux (voire inquiétants) et le temps qui se met à l'orage, vous avez une idée de l'ambiance campée dans ce thriller mâtiné d'humour noir.

   Le premier épisode nous présente les personnages principaux, dont on se demande combien auront disparu à la fin de l'histoire. Il y a comme une ambiance à la Délivrance (de John Boorman).

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films

   Le deuxième épisode montre à quel point la partie de chasse dans l'Écosse sauvage est en train de dégénérer. Deux personnages semblent très inquiétants : le garde-chasse, qui, dans un premier temps, a laissé tomber ses riches clients imprudents, et un nouveau venu, Christophe, sensé avoir été invité, mais qui n'arrive qu'en cours de route. Il rejoint les rescapés dans une maison perdue au bord d'un lac. (Je saisis l'occasion pour signaler que les paysages sont superbes.)

télévision,médias,cinéma,cinema,film,films

   Dans le troisième et dernier épisode, la situation semble se décanter. On aperçoit la personne qui tue... mais déguisée. Il semble qu'une vengeance ou un complot soit à l'oeuvre. Les derniers survivants sont déterminés à ne pas se laisser faire... mais les apparences sont souvent trompeuses... et certaines situations cocasses ! Les acteurs sont excellents et le suspens très bien tenu. L'intrigue se conclut sur une énième pirouette. (Il y avait complot dans le complot.)

   Je recommande vivement ce triptyque horrifico-comique.