Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 27 mars 2010

Le nouveau Conseil régional de Midi-Pyrénées

   Je vais m'y intéresser sous l'angle aveyronnais, en m'appuyant sur deux articles parus dans la presse locale/régionale. C'est dans La Dépêche du Midi que l'on apprendra (si on ne le sait pas déjà) que, sur 91 conseillers régionaux (dont 69 pour la majorité socialo-radicalo-frond-de-gaucho-écologiste... que c'est érotique tout cela !), 15 vont devenir vice-présidents. D'après Midi Libre (un article signé "H.M.", sans doute Hugues Ménatory, une des plumes du quotidien), 52 siègeraient à la commission permanente.

   Le contribuable de base aurait tort de se désintéresser de la chose. Ainsi qu'un autre Hugues (Robert) l'a écrit, dans le numéro 4 du Ruthénois, l'indemnité de base d'un conseiller régional est grossie dès lors qu'il siège à la commission permanente. En Midi-Pyrénées, elle passe de 2263 à 2489 euros... par mois. S'il devient vice-président, le conseiller touche 3 168 euros, somme que je ne gagnerai sans doute jamais, même en fin de carrière, même si j'ai bénéficié de promotions... Au passage, je plains encore plus les contribuables de Languedoc Roussillon, leur mégalo-président Frêche ayant proposé, dans un grand élan réconciliateur, que les 67 conseillers régionaux siègent à la commission permanente ! Se revendiquer de Jaurès tout en faisant du pied au Front national, à part Nicolas Sarkozy, il n'y a que Georges Frêche qui pouvait le faire ! Dans la foulée, il a fait l'éloge de Jacques Blanc (on ne signale aucun infarctus parmi les membres socialistes de sa liste)... mais ne va pas jusqu'à promettre à tous les groupes politiques (donc aussi au F.N.) d'avoir des représentants dans les conseils d'administration des lycées...

    Mais revenons à Midi-Pyrénées, où l'atmosphère est tout de même moins pesante. Si La Dépêche du Midi signale que c'est un Lotois qui hérite de la vice-présidence en charge de l'agriculture, il faut lire Midi Libre pour apprendre qu'il succède à un Aveyronnais... et que la passation de pouvoir a un arrière-goût syndical : à Régis Cailhol, membre de la F.N.S.E.A. succède un adhérent de la Confédération paysanne, Vincent Labarthe... et non Barthe, contrairement à ce qu'écrit La Dépêche :

Vice-présidents 2010 Dépêche.jpg

   Le nouveau vice-président, dont l'édition aveyronnaise de Midi Libre ne cite pas le nom, était numéro 2 sur la liste P.S. du Lot, au premier comme au second tour. Il est maire de Sainte-Colombe et président de la communauté de communes de Lacapelle-Marival, au nord de Figeac. Va-t-il trouver le temps de tout faire ? Il va sans doute lever le pied sur son exploitation (si ce n'est déjà fait), où il est associé à quatre autres agriculteurs dans un GAEC.

   Cependant, une lecture rapide de Midi Libre pourrait laisser croire que l'Aveyron sort perdant de la répartition des "fromages" de la nouvelle assemblée régionale. Le quotidien montpelliérain enfonce le clou en évoquant le cas du maire de Rodez, Christian Teyssèdre, qui n'a pas obtenu de poste. Mais il oublie de préciser que sa tête de liste officielle, Marie-Lou Marcel, a dégoté la vice-présidence en charge des finances, ce qui n'est pas rien. C'est à La Dépêche (très lue dans l'ouest aveyronnais, dont M.-L. Marcel est l'élue) que l'on doit cette précision.

   On peut aussi deviner que, pour 2014, ce n'est pas l'élu aveyronnais qui tient la corde pour succéder à Martin Malvy : celui-ci a fait nommer la Toulousaine Nicole Belloubet première vice-présidente. Ce serait une erreur que d'attribuer à la seule parité la promotion de l'ancienne rectrice, devenue première adjointe du maire de Toulouse. Après l'Aveyron et le Lot, en 2014, ce sera peut-être le tour de la Haute-Garonne de briguer la présidence...

   Enfin, les deux journaux évoquent (chacun apportant des détails différents) les divisions de la droite.

 

vendredi, 26 mars 2010

"Le Ruthénois" numéro 4

   On va commencer par une devinette. D'où a été prise la photographie du maire de Rodez illustrant la "Une" ?

Teyssèdre Une.JPG

   C'est la question que je me suis posé. Au départ, comme on semble proche du centre-ville, avec vue sur la cathédrale côté clocher, je me suis dit qu'il était fort possible que Christian Teyssèdre se trouvât à la mairie même. Mais, en allant sur place, je me suis rendu compte que l'angle de prise de vue ne pouvait pas correspondre... et surtout, je ne voyais pas de balcon de ce type sur l'Hôtel de ville ! Je me suis donc un peu éloigné, pensant que le photographe s'était rendu au domicile du maire, peut-être sur le tour de ville. Mais, très vite, j'ai réalisé que j'étais trop loin. Je suis donc revenu sur la place de l'Hôtel de ville et j'ai fini par trouver... enfin je crois.

   Sur la photographie que j'ai insérée, j'ai indiqué quelques indices qui permettent de déduire que, sans doute, le maire habite à deux pas de l'Hôtel de ville ! Je vous laisse deviner où précisément :

Médiathèque.JPG

   Cette vue date de vendredi 26 mars 2010... et donc l'environnement végétal ne semble pas tout à fait correspondre avec le peu que l'on voit sur la première page du Ruthénois. Cela me conduit à émettre une deuxième hypothèse : la photographie ne serait pas toute récente.

   Le premier magistrat du Piton partage la vedette avec le président du Conseil général, dont vous pouvez distinguer le haut du visage sur la première photo. Comme l'élu socialiste semble être davantage mis en valeur sur la "Une", il a fallu rééquilibrer les choses en pages intérieures et donc, page 5, J.-C. Luche a droit à deux représentations, contre une à C. Teyssèdre :

Ruthénois Teyssèdre-Luche.jpg

   J'ai enlevé les parties rédigées, que vous découvrirez si vous achetez l'hebdomadaire. Qui plus est, la comparaison de ces photographies est assez éclairante sur la stratégie de chacun d'eux.

   Ainsi, Christian Teyssèdre veut donner l'image d'un professionnel rigoureux, respectueux des autres mais qui ne cherche pas à se rendre sympathique pour autant (il n'a pas ôté la veste et, dans l'entretien, vous verrez qu'il n'utilise pas la langue de bois). Il s'assimile à la commune de Rodez (regardez le cadre accroché derrière lui) et à sa figure emblématique, sa cathédrale (voir la couverture).

   Jean-Claude Luche a tombé la veste et fait comme si le photographe le surprenait en plein boulot (non mais, quel cabotin !). Il est sans doute dans les bureaux du Conseil général, photo du viaduc de Millau dans le dos. Il arbore son éternel sourire carnassier qui, à l'image de sa poigne, est un peu sa signature comportementale.

   Deux de ces images sont recadrées en page 3, pour illustrer l'article consacré à leurs réponses au questionnaire de personnalité. La même photographie de Christian Teyssèdre est réutilisée, plus petite mais dans un plan plus large, page 10. Nos deux compères sont aussi présents sur l'une des pages qui traite des élections régionales, Jean-Claude Luche étant un peu plus visible. L'équipe du Ruthénois s'est évertuée à rester dans la plus stricte neutralité, ce dont on ne peut que se réjouir.

   Mais reprenons notre lecture. J'aime beaucoup le dessin de la semaine, en page 3 :

Ruthénois Soulages.jpg

   Les teintes gris-noir sont là pour souligner l'allusion à Pierre Soulages, un croquis de ce qui est sans doute la maquette du futur musée figurant à l'arrière-plan. Pâques approchant (tout comme le premier avril), je vous laisse réfléchir aux différentes significations de l'oeuf, la présence du symbole de l'euro à proximité n'étant pas innocente. Décidément, cette Stéphanie Gras est douée !

   J'ai eu aussi le temps me creuser les méninges à propos du chien. Quand j'avais parlé de la sortie du premier numéro du Ruthénois, j'avais émis l'hypothèse que c'était peut-être une allusion à la formule (malheureuse) employée par François Mitterrand à l'occasion des obsèques de Pierre Bérégovoy.

   Réflexion faite, je suis d'avis que c'est une sorte d'animal-totem de la dessinatrice, à l'image de la souris de Plantu (dont le site internet mérite le détour) :

Plantu Mahomet.jpg

Le Monde, 3 février 2006

   On peut aussi établir un lien avec la coccinelle de Marcel Gotlib (dont le comportement est beaucoup plus fantaisiste) :

Gotlib coccinelle.JPG

Rubrique-à-brac, taume 2, édition Dargaud, 1974

   Page 2, une erreur s'est glissée dans l'annonce du changement d'heure : elle n'est pas prévue pour "la nuit du samedi 29 au dimanche 30 mars" (2010), mais la nuit du samedi 27 au dimanche 28, celui des Rameaux, comme indiqué dans un encadré voisin.

   Page 4, Hugues Robert (qui nous gratifie d'un drôle de "malgré que") revient sur les élections régionales et les tripatouillages d'entre-deux-tours. Les non-initiés (et les autres) en apprendront de belles. La fin de l'article est particulièrement intéressante, consacrée aux indemnités des élus régionaux. Elle fait écho au travail du député de l'Aisne, René Dosière, dont le blog est une mine d'informations. Si vous consultez le billet en date du mercredi 24 février 2010, intitulé "Au sujet de la rémunération des élus locaux", vous pourrez télécharger des documents sur la question. Je vous en propose un : la carte (modifiée par mes soins, grâce à Paint, à partir d'un fond de carte téléchargé sur un site professionnel) de la rémunération des conseillers régionaux :

 
 
Dosière modifié.png

   En noir sont coloriées les régions dont les élus touchent plus de 34 000 euros par an, en gris foncé les régions dont les élus touchent entre 28 000 et 34 000 euros (il faut y ajouter la Réunion), en gris clair les régions dont les élus touchent entre 24 000 et 28 000 euros (il faut y ajouter la Guadeloupe) et enfin en blanc la région  (la Corse, à laquelle il faut ajouter la Guyane et la Martinique) dont les élus touchent moins de  24 000 euros par an. En gros, dans les régions les plus pauvres, les élus touchent moins. Par contre, à l'autre bout de l'échelle, on ne trouve pas forcément les régions les plus riches...

   Les résultats en Midi-Pyrénées et dans l'Aveyron font l'objet d'articles spécifiques, page 6 du Ruthénois. L'auteur souligne à juste titre la performance de Martin Malvy, peu évoquée par les media nationaux, plus occupés à pérorer sur Ségolène Royal, Georges Frêche ou la région Alsace que sur le cas du président sortant le mieux réélu au second tour (Victorin Lurel ayant réalisé cette performance dès le premier). On pourrait toutefois chipoter sur les pourcentages affichés en guise de résultats : on en trouve de légèrement différents sur le site du ministère de l'Intérieur.

   Après toutes ces cogitations, on avait bien besoin de détente et c'est ce que nous offre, page 7, un billet intitulé "On nous brouille l'écoute". Les lecteurs assidus de l'"Album de la Comtesse", du Canard enchaîné, ne seront pas dépaysés.

   Page 8, on a droit à un article passionnant sur une initiative entrepreneuriale citoyenne, qui allie insertion professionnelle et développement durable, à travers une activité de maraîchage bio. A suivre donc. Je note tout de même que l'initiatrice s'appelle Béatrice Laur. Je vois peut-être le mal partout, mais ne serait-elle pas une parente de Maïté Laur, une figure du Modem local (et sans doute une connaissance d'Hugues Robert) ? A la vision de la photographie, je distingue comme une ressemblance physique avec l'éternelle candidate divers droite aveyronnaise.

   Page 10 est évoqué un gros chantier local : la (re)construction de deux écoles, dans des quartiers excentrés de la commune de Rodez. J'aurais bien aimé que l'article aborde la polémique à propos de l'envolée des coûts.

   Ce numéro n'est pas tout à fait comme les précédents, parce qu'il abrite un mini-cahier de 4 pages commun au Progrès Saint-Affricain (la maison-mère du Ruthénois). Cet encart est consacré au jardinage. Côté culture, la critique cinéma de la semaine porte sur le nouveau film de Tim Burton Alice au pays des merveilles. Je ne l'ai pas encore vu mais, à la lecture de l'article, je me suis demandé si son auteur, Quentin Moreau, n'était pas dans la même situation...

   Allez, on termine par le papier de Jean-Michel Cosson, consacré à l'histoire de Rodez. C'est bien fichu, comme d'habitude. Cela foumille d'anecdotes, comme celle concernant le père de Fernandel. J'ai aussi appris qu'il existe un fromage "Rodez"... mais qui n'est pas commercialisé en Aveyron ! Lisez donc l'article pour en savoir plus !

   Ah, mais j'ai failli oublier le plus important : mon quart d'heure de célébrité, ou plutôt la douzaine de lignes qui est consacrée à ce blog, en fin de colonne, page 2 du Ruthénois :

Ruthénois senteur.jpg

   A-t-on voulu tester ma vigilance (ou mon intégrité) ? Toujours est-il que je me dois de faire remarquer qu'une coquille s'est glissée dans cette présentation élogieuse !

mardi, 23 mars 2010

Deux trois choses sur les élections régionales

   Je voudrais tout d'abord souligner la clairvoyance politique dont un magnat aveyronnais a fait preuve :

Journal de Millau Luche.jpg

   Il s'agit d'un entretien accordé par J.-C. Luche, alors en campagne, à l'hebdomadaire le Journal de Millau. (Je garde précieusement par devers moi la capture d'écran, pour le cas où, par maladresse, l'article disparaîtrait des archives de l'hebdomadaire...) Bon, je ne vais pas accabler le président du Conseil général, qui a déjà fort à faire avec certains élus de sa majorité... Tout de même, il aurait pu faire preuve d'un peu plus de prudence... voire de modestie.

   Vous aurez noté la tronche de quinze kilomètres que tire le colistier de Jean-Claude Luche, le conseiller général Christophe Laborie, dont on sent bien qu'il tient la victoire pour acquise... (Au fait, le commentaire ajouté est de moi.)
   La presse locale n'a donc pas relevé le peu d'appétence de J.-C. Luche pour la prédiction à court terme. De manière plus générale, on peut remarquer que les analystes du premier tour des régionales ont finalement peu insisté sur la seule victoire complète : celle de la liste conduite par Victorin Lurel, en Guadeloupe. (Au passage, les électeurs guadeloupéens qui se sont déplacés auront été peu sensibles au racolage démagogique de Marie-Luce Penchard.)
   Mais revenons aux résultats aveyronnais. Le premier tour avait été le théâtre d'une petite révolution : le canton (très rural et réputé conservateur) de Mur-de-Barrez avait placé la liste socialiste en tête (avec 544 voix), l'ensemble de la gauche recueillant la majorité absolue des suffrages exprimés. Shocking ! Le canton est tenu par Francis Issanchou, un modéré largement élu en 2004... et donc renouvelable en 2011 !
   On sonna le tocsin dans tout le Carladez et, grâce à Dieu, le second tour redonna des couleurs à la majorité départementale, puisque la liste socialo-bolchevique fut terrassée par la seule vraie bonne liste digne des anciens sujets de la famille Grimaldi (hé oui !), par 766 voix contre 614. Dans chaque commune l'électeur supposé sympathisant U.M.P. fut sommé de retourner remplir à fond les urnes. Le nombre de votants est ainsi passé de 286 à 318 à Brommat, de 236 à 259 à Lacroix-Barrez, de 274 à 303 à Mur-de-Barrez, de 69 à 80 à Murols, de 190 à 230 à Taussac (gros coup de reins, les gars !) et de 268 à 270 à Thérondels (on sent une quasi-résistance, là !).
   L'analyse du vote blanc/nul n'est toutefois pas sans enseignement. Si le nombre de bulletins blancs ou nuls est resté le même à Brommat (13) et à Murols (5), s'il a même diminué à Mur-de-Barrez (de 15 à 12), ailleurs il a augmenté : + 2 à Lacroix-Barrez, + 9 à Taussac et + 10 à Thérondels. On voit par là que nombre d'électeurs du Carladez, s'ils ont cédé à l'amicale pression de leurs concitoyens, ont, une fois à l'abri de l'isoloir, conservé une certaine latitude de vote...
   Certains électeurs auraient-ils été inspirés par mes intentions affichées ? En tout cas, je remarque qu'entre les deux tours, le nombre de bulletins blancs ou nuls a progressé de 1 859, passant de 4,91 % à 6,14 % des votants.
   Une petite gâterie pour terminer. A Rodez, tous les bureaux de vote ont été centralisés dans la salle des fêtes. Nombre d'électeurs y accèdent par le parking qui le jouxte. Avant d'entrer dans la salle, ils passaient donc devant les panneaux des candidats et pouvaient voir ceci :
Régionales 1.JPG
   La flèche rouge signale l'entrée du bâtiment.
   Mais, beaucoup de votants y ont accédé en passant par le jardin du foirail et sont donc arrivés par l'arrière. Une vue intéressante s'est offerte à leurs yeux :
Régionales 2.JPG
   Vous remarquez que, jusqu'au bout, les défenseurs de la liste U.M.P. ont tenté d'influencer les électeurs ruthénois... sans grand succès !

dimanche, 21 mars 2010

La déontologie façon Canal +

   J'aime bien Canal +, le ton décalé que certaines émissions cultivent... même si leur côté "branchouille" est parfois agaçant. L'un des rendez-vous phares est l'émission de Thierry Ardisson, Salut les Terriens ! Samedi 20 mars, Stéphane Guillon n'était pas là que pour sa chronique hebdomadaire, il était aussi invité en tant qu'acteur du film Le Temps de la kermesse est terminé.

   Ce long métrage est sorti mercredi 17 mars et, à mon avis, il ne doit pas très bien marcher. C'est peut-être la raison pour laquelle les deux acteurs principaux ont été invités. Mais il sort tellement de films (plus de 10 en moyenne) chaque semaine... alors pourquoi celui-là ? Parce qu'il est particulièrement bon ? Parce qu'il est fait par des potes ?

   Finalement, alors qu'il est de bon ton de se moquer du service public, en particulier de France 2, lorsque cette chaîne a organisé une émission pour la sortie de La Rafle, on nous a épargné la faute de goût qui aurait consisté à nous montrer Marie Drucker interrogeant son petit ami Gad Elmaleh.

samedi, 20 mars 2010

Le combat des magazines ruthénois II

   On peut s'amuser à comparer le numéro 32 du quinzomadaire gratuit A l'oeil au numéro 3 de l'hebdomadaire payant Le Ruthénois. Ce dernier a poursuivi ses progrès en matière de correction des coquilles. Elles sont désormais marginales. Je ne vais quand même pas me priver de signaler quelques erreurs.

   Ainsi, en page 4, dans l'article qui évoque l'entre-deux-tours des élections régionales, on retrouve l'évocation de la mini-polémique qui agite la gauche locale, concernant la délocalisation de certains élus du Front de Gauche. Benoît Garret se trompe sur le positionnement de Martine Perez, qui a été basculée sur la liste de Haute-Garonne, non pas quatorzième comme il est écrit dans l'article, mais douzième, comme cette capture d'écran le prouve :

Perez régionales.jpg

   Plus bas, dans l'article consacré au bilan du premier tour, Alice Tulle s'emmêle un peu les pinceaux quand elle parle des "déçus du sarkozysme qui n'ont pas été tentés par la solution de centre-gauche représentée par François Bayrou". Vite, une aspirine ! Le principal rédacteur, Hugues Robert lui-même, se prend les pieds dans le tapis quand il évoque une victoire à la Pyrrhus (devenu "Pirus") de la gauche. La consultation d'un dictionnaire lui aurait évité commettre cette bourde :

Pyrrhus I.jpg
Pyrrhus II.jpg

   Bon, je râle mais, dans l'ensemble, il me plaît bien ce journal. Page 3, le portrait de la semaine est consacré à une figure attachante de la presse aveyronnaise, Roger Lajoie-Mazenc, dont les ouvrages sont toujours passionnants à lire.

   Page 4, l'éditorial d'Hugues Robert, intitulé "Miroir mon beau miroir", s'il fait allusion au comportement du personnel politique, est peut-être aussi une réponse ironique à une caricature parue dans un récent numéro de A l'oeil. Le coeur de l'édito est consacré à un sondage bidon publié fin 2009 dans le quotidien Centre Presse. Dans le petit monde journalistique, cela fit du bruit, mais je peux vous garantir que le commun des mortels n'en a rien su...

   La suite des articles est plus "anecdotique". On apprend que l'opération Rodez-plage va être reconduite, du 14 juillet au 15 août...

   Cette semaine, c'est la commune de Luc-La Primaube qui est à l'honneur : page 13 pour une présentation générale, page 14 pour des informations culturelles, pages 22 et 24 pour l'historique (toujours passionnant) signé Jean-Michel Cosson.

   Notons aussi (à ma grande surprise) le poids de la télé-réalité, à travers le cas de ce jeune agriculteur aveyronnais, Nicolas Vacquier, devenu une véritable vedette locale en raison de sa participation à l'émission L'Amour est dans le pré. Ce garçon a déjà eu les honneurs de La Dépêche du Midi et de A l'oeil :

Vacquier à l'oeil.JPG

   Cela nous amène tout naturellement à traiter du numéro 32 du gratuit grand-ruthénois. La caricature d'entrée est consacrée aux déboires du club de football local (qui a connu des heures de gloire en coupe de France l'an dernier). Elle est complétée par un entretien avec l'entraîneur, page 6. Eh bien, figurez-vous que ces déboires sont évoqués en détail page 18 du Ruthénois !

   En page 2 du quinzomadaire, on peut dénicher un petit encadré qui égratigne sans trop le vouloir le député de la première circonscription aveyronnaise, Yves Censi :

SIAAL 2010.JPG

   Ce style est assez représentatif de l'attitude de la droite aveyronnaise vis-à-vis du fils de l'ancien maire de Rodez (qui, à la différence de son père, semble privilégier une carrière nationale) : on se félicite de sa résistance à la poussée de la gauche, on le redoute (il est tout de même président du Comité départemental de l'UMP)... en fait on ne l'apprécie guère. Certains de ses "amis politiques" ont d'ailleurs tenté de lui piquer son siège de député en 2007... sans succès. A mon avis, si un jour il en est déboulonné, ce sera par un-e candidat-e de centre-gauche, certainement pas par un dissident de droite.

   Mais passons au plat de résistance : "la grande interview", consacré à Jean-Philippe Murat, conseiller municipal d'opposition... qui n'est autre que le directeur de la publication de A l'oeil :

Ours n°32.JPG

   On n'est jamais si bien servi que par soi-même !... et ce n'est pas la première fois ! Bon là, c'est l'artillerie lourde, avec 4 pages, incluant une méga photo du bonhomme. L'entretien est tout à la gloire du directeur, qui tente de se dessiner un profil centriste qui ne résiste pas à l'examen : ses positions économiques et fiscales sont plus droitières que celles du président Sarkozy ! Ceci dit, je partage son souhait d'attendre pour se prononcer sur la gestion de l'actuelle équipe municipale de Rodez. De surcroît, certaines de ses réflexions à propos du Grand Rodez ne me paraissent pas dénuées de bon sens.

   Cependant, à l'image de toute l'élite snobinarde de Rodez, droite et gauche confondues, il soutient le projet de musée Soulages (tout comme son rival Le Ruthénois d'ailleurs), alors qu'il est mal ficelé et vicié à la base. On n'est pas sorti de l'auberge...

jeudi, 18 mars 2010

Magouille électorale en Aveyron

   Oui, parlons un peu de l'entre-deux-tours des régionales 2010, en Midi-Pyrénées et dans l'Aveyron. Grand seigneur, Martin Malvy (qui a pourtant mis une sacrée pâtée à tous les autres) a voulu intégrer des élus Europe Ecologie (on s'y attendait un peu) et Front de Gauche (c'est un peu plus surprenant) à la nouvelle liste, celle qui concourt pour le second tour.

   Je ne vais pas faire le détail du "remembrement", qui n'a finalement que peu d'intérêt en lui-même. Non. Mais j'ai été choqué par un procédé : la "délocalisation" de certains candidats sur la liste d'un autre département que le leur, cela pour faciliter l'élection de certaines personnes bien en cour.

   Ainsi, sur la nouvelle liste "aveyronnaise" PS-PRG-Europe Ecologie-Front de Gauche (n'en jetez plus !) figure une certaine Nicole Fréchou, en septième position... alors qu'au premier tour, elle figurait en quatrième position sur la liste du Front de Gauche... de Haute-Garonne !

   Mais le meilleur est à venir. En effet, le socialiste Malvy s'est employé à assurer l'avenir de deux membres aveyronnais de la liste du Front de Gauche : Guilhem Serieys et Martine Perez (respectivement numéros 1 et 2 sur la liste du premier tour : voir le lien précédent). Le premier se retrouve numéro 9 sur la nouvelle liste d'union de la gauche... dans le Tarn ! Sa compère a hérité d'une confortable douzième place sur la liste d'union en Haute-Garonne... Tout ça pour des gens qui, au premier tour, dans l'Aveyron, ont recueilli moins de 6 % des suffrages exprimés, moins que le Front national (pourtant peu à l'aise dans le département) et à peine plus que le Modem (j'en vois qui rigolent dans le fond !). Je peux d'ores et déjà vous annoncer mon vote du second tour : je glisserai dans l'enveloppe le bulletin Malvy en ayant barré le nom de Nicole Fréchou... et voilà un vote nul de plus !

   Pour terminer, il faut signaler la différence de couverture des événements selon qu'on lit La Dépêche du Midi, qui a été d'une discrétion exemplaire sur le tripatouillage des listes ou Midi Libre, dont un premier article a évoqué la "stratégie du chausse-pied" (jolie formule) de Martin Malvy avant qu'un autre (très déférent envers le président de l'exécutif régional), le lendemain, se fasse l'écho des tensions suscitées par les manoeuvres d'entre-deux-tours. On voit ici combien il est vital de disposer d'une grande diversité d'organes d'information dans département. J'attends donc avec impatience la parution du numéro 3 du Ruthénois.

samedi, 13 mars 2010

"Le Ruthénois" numéro 2

   Voici donc la "une" du nouveau numéro de l'hebdomadaire grand-ruthénois :

Une du n°2.JPG

   En page 2 se trouve une petite photographie montrant l'équipe devant la vitrine du local du journal, à Rodez. Au-dessus, la rubrique "En quelques mots" présente les principaux articles et n'hésite pas à évoquer le gros reproche fait au premier numéro (celui de la semaine dernière) : les coquilles et les fautes de français. La rédaction s'engage à s'améliorer. A mon avis, c'est la relecture qu'il faut perfectionner. Les erreurs sont inévitables, mais la ou les personnes payées pour relire devraient être plus vigilantes. De ce point de vue, il y a effectivement du progrès (saint-affricain ?...), puisque j'aurais bien du mal à effectuer un relevé des erreurs aussi fourni que la semaine dernière. Cependant, les coquilles et erreurs qui restent sont très voyantes. On en remarque une dès la première page :

Une du n°2 bis.JPG

   La première soulignée phrase comporte une coquille. La seconde est mal construite et donne une estimation approximative de la date d'obtention du droit de vote pour les femmes en France : 2010 - 60 = 1950, alors que c'est l'ordonnance du 21 avril 1944 (bravo les résistants) qui a permis aux Françaises de pouvoir, le 29 avril 1945, exercer pour la première fois ce droit fondamental. Il aurait donc fallu écrire (en redressant la grammaire tout de même) que "les femmes l'exercent depuis seulement 65 ans".

   On retrouve des erreurs page suivante, où le proviseur du lycée agricole du coin (oui, celui qui a mis en place un distributeur de lait cru !) est mis en vedette. Heureusement qu'on nous a mis une photographie et que l'on connaît son prénom (Bernard), parce que la lecture de l'un des encadrés pourrait nous induire en erreur :

"Je suis née le 12 juin 1950 [...]"

"Situation familiale : Mariée, trois enfants"

   Dans le même encadré, on note une certaine difficulté avec le pluriel et l'usage des majuscules :

"Signe Astrologique : Gémeau_"

"Objet à emporter sur une île déserte : Une paire de jumelle  "

   Cependant, globalement, c'est mieux que dans le premier numéro.

   Ah, oui : il est de nouveau question de ce lycée agricole un peu plus loin dans le journal : son gymnase a été victime de jeunes indélicats... eh oui, l'Aveyron a son lot de "racailles"...

   Le "dessin de la semaine" évoque le cumul des mandats, à travers le cas des deux têtes d'affiches aveyronnaises des élections régionales  : Jean-Claude Luche (curieusement placé à gauche) et Christian Teyssèdre (curieusement placé à droite). (Tout le monde sait que, même si la députée de l'ouest Aveyron Marie-Lou Marcel est officiellement numéro 1 de la liste socialiste, c'est un choix tactique, le vrai "leader" étant le numéro 2)

   Page 4, l'éditorial de Hugues Robert traite de la concurrence du groupe Midi Libre (en position dominante à Rodez, avec les deux quotidiens les plus vendus), à travers deux anecdotes. L'une d'entre elle est piquante : des employés du groupe sont allés disposer des fanions en certains lieux stratégiques (par exemple le bureau de tabac de la rue Béteille), avec les formules suivantes :

"L'actualité n'attend pas 8 jours..."

"A Rodez, l'info est meilleure au quotidien !"

   Voici l'un des deux fanions qui ont été disposés en hauteur, de part et d'autre de l'entrée du tabac-presse situé en face de l'évêché, à proximité immédiate de la cathédrale :

Contre-attaque.JPG

   Très classe ! Mais le pire est dans ce qui est écrit au coeur de l'article, une pratique pas très sympathique qui a déjà été évoquée par le blog aveyronnais Aligorchie. Je vous laisse découvrir la chose...

   Toujours page 4, un article est consacré au nouveau logo aveyronnais (dont il a été question la semaine passée... et dont je reparlerai un de ces quatre) :

Fabriqué en Aveyron.jpg

   Il me semble que le journal a voulu se faire pardonner la véhémence avec laquelle il a dénoncé, dans le numéro de la semaine dernière, la manière dont ce logo a été choisi...

   Page 9, nous avons droit à un copinage assumé : un article fait l'éloge du nouvel équipement dont s'est dotée l'imprimerie du Progrès  Saint-Affricain, la maison-mère du Ruthénois. Au passage, un petit coup de griffe est donné (indirectement) aux concurrents. En effet, on insiste, non sans justesse, sur le fait que l'hebdomadaire est imprimé dans l'Aveyron, alors qu'une bonne partie de la presse dite locale a subi des délocalisations. Du côté des quotidiens, Centre Presse comme Midi Libre sont imprimés à proximité de Montpellier (tout comme l'hebdomadaire Le Journal de Millau), La Dépêche du Midi nous vient de Toulouse. 

   Page 11, un article évoque une école primaire (située à deux pas du local du journal), qui tombe en ruine, à la grande fureur de certains parents d'élèves. Leur colère est exclusivement dirigée contre le maire de Rodez (qui est certes responsable de la gestion), alors que les locaux appartiennent... au Conseil général de l'Aveyron. Faut-il préciser que cette école est située en plein centre-ville, dans un quartier assez "bourgeois", pas très loin du lycée privé le plus "classieux" du département ? N'y voyez surtout pas malice...

   Page 20, un entretien avec le directeur des cinémas de Rodez est l'occasion de parler de la sortie du film La Rafle.

   Enfin, pages 22 et 24, Jean-Michel Cosson signe un article toujours aussi intéressant, cette semaine sur l'histoire de la commune d'Onet-le-Château.

  

jeudi, 11 mars 2010

La Rafle

   En dépit des critiques majoritairement négatives, je suis allé voir ce film dès sa sortie. Le sujet est délicat : la plus grande rafle de juifs jamais organisée en France, le 16 juillet 1942, rafle qui a été opérée par les policiers et gendarmes français, pour le compte de l'occupant nazi. Sur le site du film, on peut télécharger des documents intéressants : un dossier pédagogique (il n'y a pas de raison que seuls les enseignants en profitent, non mais), un dossier de presse et une présentation conçue pour la mairie de Paris.

   Cela démarre par des images d'archive montrant Adolf Hitler en visite touristique à Paris. Ach, Barisse et les bédides Fronzaizes ! Je trouve que c'est un bon choix. Il pose bien le problème de la collaboration, voulue par les dirigeants français, faut-il le rappeler.

   Pendant environ 1h15, c'est un bon moment de cinéma. Le début est très agréable, avec la description de la vie quotidienne de ces Parisiens juifs sous l'occupation, avec les peines et les joies familiales, les gamins qui font des conneries... et l'antisémitisme non dissimulé de certains "Français de souche". Les acteurs sont épatants et, parmi les enfants, j'ai été particulièrement touché par le bambin qui parle avec difficulté ("Nono" je crois)... vraiment trognon ! Du côté des adultes, Jean Reno et Gad Elmaleh sont sobres, efficaces. Thierry Frémont fait une composition remarquable. Isabelle Gélinas est craquante. Mélanie Laurent rayonne... ça va se terminer en César, moi je vous le dis ! (J'ai beaucoup moins goûté la prestation de Raphaëlle Agogué, qui m'a parue décalée, excessive... tout comme celle de Sylvie Testud, exceptionnellement décevante.)

   Ces scènes sont croisées avec les "moments d'histoire", durant lesquels on voit les dirigeants ou les hauts fonctionnaires français et allemands. Si les seconds couteaux sont bien interprétés, j'ai des réserves à émettre sur ceux qui incarnent Pétain (le père de Jean-François Copé... si !) et Hitler. (Pour Hitler en particulier, deux scènes sont ratées : celle au cours de laquelle, pendant que son médecin lui administre une piqûre, il affirme appliquer Mein Kampf à la lettre... ce qu'il n'a pas fait en réalité ; l'autre moment le voit, dans son "nid d'aigle", parler, à propos de la déportation des juifs, de "nuit et brouillard"... une expression qui s'applique au sort des résistants.) Par contre, le personnage de Pierre Laval est remarquablement joué.

   L'organisation minutieuse et le déroulement de la rafle sont très bien rendus. Quelques passages sont peut-être surjoués mais, dans l'ensemble, la réalisatrice a réussi à marier la reconstitution historique avec les drames familiaux et le film d'action. Les scènes censées se dérouler dans le fameux Vélodrome d'Hiver (le Vel' d'Hiv' quoi) sont parmi les plus intéressantes du film. On a pris soin de montrer toutes les gammes de comportement, de la résistance active au collaborationnisme en passant par l'attentisme à divers degrés. Du coup, la vision de l'époque est assez nuancée, même si l'action néfaste des forces de police est décrite en détail.

   C'est lorsque les détenus se trouvent dans le camp d'internement de Beaune-la-Rolande que cela se dégrade, en particulier dès qu'il est question de la phase ultérieure, la déportation en Europe de l'Est, toujours évoquée, jamais montrée. Là, l'émotion exacerbée prend le dessus. Je sais bien que ce sont des événements dramatiques, mais on tombe dans le pathos, alors qu'on aurait pu espérer un peu plus de pudeur. C'est peut-être une question d'époque ou de tempérament.

   Du coup, en sortant du cinéma, j'ai cherché à accéder à l'émission que France 2 a consacrée à la sortie du film, mardi 9 mars 2010. Jusqu'au 16, on peut la revoir en intégralité. Si vous pouvez passer les entretiens avec les acteurs (on remarquera que Marie Drucker n'a pas invité Gad Elmaleh... une manifestation de déontologie ?), ne manquez surtout pas les témoignages des rescapés, les interventions des historiens ainsi que les petits documentaires qui émaillent l'émission. Franchement, là, bravo le service public !... et l'audience a suivi.

16:57 Publié dans Cinéma, Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film, cinema, histoire

mercredi, 10 mars 2010

12

   En dépit de ce titre, il ne s'agit pas d'un film aveyronnais. Il n'est pas plus consacré au plus beau département du monde. Non, c'est un (très) long métrage russe, signé Nikita Mikhalkov, sorte de "remake" de Douze Hommes en colère... un "vieux" film de 1957 qui mérite encore le détour, je vous le garantis !

   Il est question d'un jury d'assises, composé exclusivement d'hommes, entre deux âges ou vieux, qui sont un échantillon de la Russie du XXIème siècle. Pour la délibération, ils sont enfermés dans un gymnase un peu nase (à l'image de l'état de délabrement dans lequel les pouvoirs publics laissent trop souvent l'éducation... eh oui, il y a un discours politique dans ce film). Au départ, 11 sur 12 sont convaincus de la culpabilité de ce jeune Tchétchène, qui aurait assassiné son père adoptif, un officier russe qui l'avait sauvé de la poudrière du Caucase. Mais, dès le début, les morceaux de scènes, puis les scènes complètes, avec lesquelles Mikhalkov entrecoupe les discussions des membres du jury introduisent de l'incertitude.

   Tout le talent du film, à l'image de son inspirateur américain, est de s'appuyer sur ce huis-clos pour faire ressortir les contradictions des personnages et brosser ainsi un saisissant tableau de la Russie de Vladimir Poutine, gangrenée par la corruption et la violence, où les mâles dominants ont bien du mal à assumer.

   Les acteurs sont excellents. (Si vous avez vu l'ancien film, vous remarquerez que, dans la version russe, on retrouve les mêmes tempéraments, parfois des physiques proches... et plusieurs éléments de l'intrigue, voire de la mise en scène - comme le coup du couteau, ont été purement décalqués sur le modèle.) Mikhalkov se donne un beau rôle (faut pas déconner, non plus !), mais il l'interprète bien. Le "mouton noir" du groupe, qui  va essayer de convaincre les autres non pas de l'innocence du jeune Tchétchène, mais de la nullité de l'enquête qui a  abouti à son accusation, est un très beau personnage, parce que c'est un ancien homme brisé qui a complètement rétabli sa situation, en profitant du contexte russe.

   Son principal contradicteur est un macho tradi, un peu à la ramasse. L'un des points forts du film est la déconstruction du personnage qui intervient au fur et à mesure que les dialogues progressent.

   Les autres sont plutôt suivistes. On a un intello juif (qui se prend quelques remarques peu amènes...), un dirigeant de télé, un chirurgien originaire du Caucase, un saltimbanque (acteur et musicien), un directeur de cimetière, un chauffeur de taxi, un ancien cheminot... C'est un sacré florilège ! Parfois, les acteurs en font un peu trop, notamment le cheminot, qui a des difficultés d'élocution.

   On remarquera que beaucoup de ces jurés ont de forts préjugés. A travers eux, on sent la société russe traversée par la tentation raciste, aiguisée par la guerre en Tchétchénie. Du coup, à Moscou, on n'aime pas trop les "bronzés" (tchorny dans la langue de Pouchkine), les Caucasiens. Comme quoi, sous tous les cieux, on retrouve la tentation du bouc émissaire...

   Cela nous vaut un moment comique totalement imprévu, uniquement compréhensible par le public français. Pour cela, il faut lire attentivement les sous-titres, lorsque l'ancien cheminot Alexei Petrenko évoque l'agression dont il a été victime, ses bourreaux étant sans doute originaires du Caucase. Il dit que "lorsqu'il y en a un, ça va, mais là ils étaient quatre, ça n'allait plus du tout" ! Brice Hortefeux aurait-il inspiré les rédacteurs des sous-titres ? La question mérite d'être posée ! (Dans une partie de la salle, plus attentive que le reste sans doute, on a ricané sec.)

   Bref, c'est un chouette polar sociologique, un peu long même si je vous assure que les 2h30 passent assez vite.

15:06 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film, cinema

lundi, 08 mars 2010

Le combat des magazines à Rodez

   C'est fou des fois ce à côté de quoi on peut passer ! A l'été 2008, peu de temps après les élections municipales qui virent la gauche l'emporter (un peu à la surprise générale) dès le premier tour, apparut un nouveau magazine gratuit, sur le Grand Rodez : A l'oeil. Ce quinzomadaire farci de publicité locale proposait, outre les programmes télévisés, quelques articles consacrés à la vie politique ruthénoise.

   De mauvaises langues ne tardèrent pas à affirmer que, sous couvert de neutralité, c'était là une machine de guerre anti-Teyssèdre (le nouveau maire P.S. du chef-lieu aveyronnais). Le rédacteur principal (la dénomination de sa fonction peut varier selon le numéro consulté) est Jean-Philippe Murat. En cherchant un peu, je me suis aperçu qu'il avait été candidat aux dernières municipales : c'était le numéro 3 de la liste (de centre-droit et d'ouverture) conduite par Jean-Louis Chauzy, président du Conseil Economique et Social Régional :

Liste Chauzy.JPG

   La liste sur laquelle il figurait, arrivée deuxième, ayant recueilli plus de 19 % des suffrages exprimés, trois sièges lui ont été attribués ; il est donc devenu conseiller municipal (d'opposition).

   On retrouve son orientation politique dans la liste des personnalités dont il publie un entretien, à chaque numéro. Certaines ne sont pas ostensiblement marquées politiquement. Quelques-unes sont de gauche, pour faire bien. Mais on remarque tout de même une prédominance de l'opposition municipale, avec Maïté Laur (ex-colistière de J.-P. Murat) dans le numéro 18, Jean-François Théron (ancien adjoint de Marc Censi qui a figuré en antépénultième position sur la liste de Frédéric Soulié... dans le même numéro, une page est dédiée à un autre vétéran de l'équipe Censi, Dominique Costes, qui figurait en treizième position sur la liste Chauzy, oui, celle du rédacteur de A l'oeil !), Jean-Louis Chauzy himself dans le numéro 23, Jean-Claude Luche (le patron U.M.P. du département) dans le numéro 24, Bernard Saules (élu en deuxième position sur la liste U.M.P. conduite par Régine Taussat en 2008) et enfin Frédéric Soulié (ex-tête de liste soutenue par Marc Censi, auquel des articles font souvent allusion) dans le numéro 30. Ce dernier, qui tente d'apparaître comme le "premier opposant" à Christian Teyssèdre (essayant ainsi d'unifier le centre et la droite ruthénois... ambition que semble aussi caresser J.-P. Murat), a balancé des propos qui ont nécessité la parution d'un droit de réponse du maire de Rodez dans le numéro 31 où, curieusement, le grand entretien se fait avec sa première adjointe... manière de tenter d'apaiser le courroux du premier magistrat ruthénois ?

   Tout cela m'amène donc au dernier numéro de A l'oeil, le 31, qui n'est pas sans perfidie. Les rédacteurs laissent transparaître une certaine inquiétude quant à la parution du premier numéro d'un nouvel hebdomadaire local, Le Ruthénois. Ainsi, comme celui-ci propose, en début de journal, une caricature, pour la première fois depuis sa création en 2008, A l'oeil en publie une (et annonce la naissance de cette nouvelle rubrique) :

A l'oeil n°30.JPG

   C'est évidemment la caricature de l'un des promoteurs du nouvel hebdomadaire, qui vient marcher sur les plates-bandes de A l'oeil... et risque de lui chiper quelques ressources publicitaires. Le magazine gratuit saisit cette occasion pour faire le point sur son credo. L'éditorial, signé Paul d'Orsini (inconnu au bataillon), précise que le quinzomadaire a été fondé par J.-P. Murat et Roselyne Trochessec (qui a déjà une petite expérience dans la gestion des médias locaux). Rien n'est dit malheureusement à propos du "groupe d'actionnaires locaux" qui a financé l'opération. Histoire de couper aussi un peu l'herbe sous le pied du Ruthénois (qui détaille l'affaire dans un article autrement plus fouillé), en page 2, un écho fait état du mini-scandale qui secoue le microcosme à propos du choix du logo de promotion des produits aveyronnais.

   A suivre...

dimanche, 07 mars 2010

Un nouvel hebdomadaire aveyronnais

   Bien que relativement peu peuplé (avec un peu plus de 274 000 habitants en 2007 selon l' I.N.S.E.E. ) - surtout au regard de son étendue (supérieure à 8 700 km²), l'Aveyron est un département où la presse est encore assez diversifiée. Certes, depuis quelques années, cette diversité va en s'amenuisant. Le quotidien local, Centre Presse, est passé dans le giron de Midi Libre et plusieurs périodiques ont disparu des kiosques : le trimestriel Aveyron Magazine (dont, à mon avis, une partie de l'intérêt qu'il pouvait susciter a disparu avec le développement de blogs "pittoresques" tenus par des Aveyronnais) ainsi que les hebdomadaires Le Rouergat (qui a souffert de la forte diminution du lectorat catholique militant) et L'Aveyronnais (une compilation de Centre Presse, autrefois courue dans les communautés exilées, à Paris ou ailleurs, mais qui n'avait plus lieu d'être à une époque ou, d'un clic, il est possible, même à l'autre bout du monde, d'accéder aux articles de la rubrique aveyronnaise ou ruthénoise des quotidiens régionaux, La Dépêche du Midi et Midi Libre).

   Vendredi 5 mars est donc paru le premier numéro d'un nouvel hebdomadaire local (il n'est pas disponible dans tout l'Aveyron), Le Ruthénois, dont voici la "une" :

Une du n°1.JPG

   Il est un peu à l'image de ce qui existe dans d'autres villes du département, avec Le Journal de Millau (qui fait partie du groupe des Journaux du Midi), Le Villefranchois (qui lui dépend du groupe La Dépêche), Le Bulletin d'Espalion et surtout Le Progrès Saint-Affricain, qui a soutenu le projet. Je tire une partie de ces informations du bon article (situé aux pages 22 et 24) signé Jean-Michel Cosson, un ancien prof (dans un bahut privé), historien local... et conseiller municipal de Rodez, élu sur la liste de Christian Teyssèdre (où il figurait en quinzième place).

   Est-ce à dire que le nouvel organe de presse penche à gauche ? Je n'en sais trop rien. Il est vrai que, sur le piton, c'est Centre Presse qui tient la corde... et, comme son lectorat non ruthénois est en grande partie composé de ruraux (plutôt âgés) du Nord Aveyron, les mauvaises langues disent qu'il est très proche de la majorité départementale, avec à sa tête Jean-Claude Luche, membre de l'UMP. Et puis, il y a ce magazine gratuit, A l'oeil, qui, fait étrange, a commencé à paraître juste après la défaite de la droite aux municipales de 2008. Sous une apparence de neutralité (des personnalités diverses sont interrogées), on peut distinguer une évidente sympathie pour l'opposition à l'actuel maire de Rodez, notamment pour Frédéric Soulié, qui fait l'objet d'un nouvel entretien dans le numéro paru fin février.

   En tout cas, page 4, le rédacteur en chef du Ruthénois, Hugues Robert (qui, jadis, fonda Aveyron Magazine... et fut candidat du Modem aux législatives de 2007... où il termina troisième, avec un peu plus de 6 % des suffrages exprimés), n'hésite pas à s'en prendre au directeur de cabinet du président du Conseil général, à propos du label "fabriqué en Aveyron", plus particulièrement de son logo. L'hebdomadaire relève une curieuse "coïncidence" : le vainqueur de l'appel d'offre lancé par le Conseil général est une entreprise basée dans le Val-d'Oise, dont le représentant connaît très bien le directeur de cabinet puisqu'il a déjà passé ses vacances avec lui et que son entreprise a eu pour client la municipalité où travaillait auparavant le directeur de cabinet (Saint-Gratien... dans le Val-d'Oise !). Dans l'histoire, ce sont les concurrents aveyronnais qui repartent la queue basse. Mais la suite de l'article est tout aussi intéressante. Je vous laisse le soin de la découvrir dans Le Ruthénois.

   Toujours dans ce numéro 1, deux élues locales sont interrogées, façon questionnaire de Proust. Ah ben tiens, je vais vous donner mes réponses :

Titanic ou Star Wars ? Star Wars (en vo sous-titrée)

Roquefort ou Laguiole ? Roquefort (bio)

Christian Teyssèdre ou Jean-Claude Luche ? Je me garderai bien de juger de leur bilan alors qu'ils n'exercent de vraies responsabilités que depuis peu de temps (Luche est un peu à Puech ce que Larcher est à Poncelet au Sénat. Attendons pour voir.)

Beatles ou Mozart ? Dur, dur. Les deux, mon général !

Semaine de 4 jours ou de cinq jours ? De cinq jours, bien sûr ! La semaine de quatre jours est une aberration destinée à contenter les parents qui partent en week-end et les enseignants feignants.

Tour de France ou coupe du monde de foot ? Ni l'un ni l'autre.

Vacances sport ou détente ? Détente.

Réforme de la carte judiciaire ou réforme des collectivités locales ? Réforme des collectivités locales, dont on a dit injustement beaucoup de mal, alors que les conséquences de la première sont uniquement négatives.

Musée Soulages ou Fenaille ? Fenaille sans hésiter (Moi qui n'aime pas les musées, en plus.) Halte au gouffre à pognon que va être Soulages, le Cap Découverte du Grand Rodez !

L'amour est dans le pré ou La ferme célébrités en Afrique ? Ni l'un ni l'autre, dans les deux cas, c'est de la merde !

Atlantique ou Méditerranée ? Montagne (moyenne).

Les Parapluies de Cherbourg ou Le Gendarme de Saint-Tropez ? Le Gendarme de Saint-Tropez.

Internet ou médiathèque ? Internet (mais la médiathèque de Rodez est très bien).

Vache Aubrac ou brebis Lacaune ? Vache Aubrac.

Les bonnes choses de la vie sont illégales, immorales ou font grossir ? Elles font plutôt grossir, hélas !

   Ensuite, nous avons droit au dessin de la semaine. Le premier est très politique, placé, à mon avis, sous le patronage d'Honoré Daumier. Il s'agit de caricature politique, avec deux anciens souverains (Napoléon III plus réussi que Louis-Philippe) placés au-dessus des "grosses têtes" ruthénoises :

Dessin n°1-bis.JPG

   On peut donc reconnaître le président du Conseil général, Jean-Claude Luche, celui de la communauté d'agglomération du Grand Rodez Ludovic Mouly, le maire d'Onet-le-Château Fabrice Geniez et celui de Rodez Christian Teyssèdre. Le piton étant passé à gauche, on voit donc que les cibles sont plutôt P.S., ce qui a peut-être pour objectif d'équilibrer l'article situé page suivante : l'hebdomadaire ne va pas "rouler" pour un camp plus que pour l'autre. Le chien est peut-être une allusion à une formule malheureuse (et injuste) de François Mitterrand après la mort de Pierre Bérégovoy. En tout cas, la dessinatrice, Stéphanie Gras,  a du talent !

   On passe ensuite à quelques considérations sur les élections régionales, parmi lesquelles je note la complexité du mode de scrutin, pas fait pour rapprocher l'électeur lambda de la politique. Bien vu.

   Le Ruthénois semble aussi orienter l'organisation de certaines rubriques vers une version participative, faisant de certains lecteurs des rédacteurs. Pour quoi  pas ? Mais on semble avoir trouvé bien vite cette "Lou", en cinquième au collège Fabre... la fille de l'un des collaborateurs du journal peut-être ?

   Suivent des articles qui sont dans la lignée de ce qui se fait dans le reste de la presse locale. J'aurais aimé que celui consacré à l'aide à l'apprentissage du français soit davantage développé. C'est l'un des fondements de l'intégration des étrangers et il a été négligé par tous les gouvernements. Dernier élément : un supplément télévisuel est fourni avec le journal. Un bilan globalement positif, donc, pour ce premier numéro, avec un bémol : les coquilles. Je me suis amusé à en relever quelques-unes :

- page 2 : la première fois que la fréquence de Radio Temps est notée, elle est fausse : "105 FM". Elle est juste dans la suite de l'article : "107 FM".

- page 4, dans l'article expliquant le fonctionnement des élections régionales, à la fin du groupe de paragraphes intitulé  "Une nouvelle donne avec la réforme des collectivités", il y a une erreur de date : "l'inverse sera possible en 2004"... en 2014 en fait.

- page 7 : il aurait fallu écrire "tous les Ruthénois".

- page 8 : dans l'encadré "Paroles d'expert", l'adjectif "aveyronnais" est écrit à plusieurs reprises avec une majuscule. Voyons ! Le patriotisme local (ou du moins son affirmation quelque peu exacerbée) ne doit pas conduire à mépriser les règles d'orthographe.

- page 10 : dans l'article consacré à Severine (sans accent ?) Peyssi, on trouve "le conseil de quartier du Nord s'est autosaisit".

- page 10 : juste à côté, l'article sur les "teyssèdrettes" (je ne mettrais pas de majuscule, perso), évoquant la chapelle Paraire, dit qu'elle est "immaculée de déjections de la gent canine". Voilà une drôle de conception !

   Je ne vais pas toutes les relever, mais sachez qu'on en trouve une en moyenne par grand article : j'en ai vu deux page 11, une page 12 (une coquille dans l'article annonçant une animation culinaire citoyenne au lycée La Roque), une page 13 (dans la blague sur Jeanne d'Arc). Cela se calme dans les pages suivantes... ouf !

   J'ai décidé d'acheter le numéro 2.

 

vendredi, 05 mars 2010

Invictus

   J'ai mis du temps à voir ce film, parce que je redoutais qu'il ne soit un peu trop "politiquement correct". Mais, la personnalité du réalisateur, la distribution et le sujet m'ont finalement traîné dans une salle.

   C'est incontestablement un film "eastwoodien" : il est question d'hommes qui se dépassent (ou tentent de le faire) et de barrières qui tombent. C'est en général plutôt bien fichu : les scènes intimistes sont réussies, les séquences "rugbystiques" aussi (elles sont assez spectaculaires), mais les spécialistes de ce sport en sortiront déçus : le jeu au pied, pourtant fondamental, est quasiment absent. On ne voit que des drops et des pénalités, celles-ci toujours très bien placées par rapport aux poteaux. De plus, les sons ont été "grossis" pour accroître l'impression qui résulte des chocs des corps, lors des mêlées et des placages. Il est possible que, dans sa manière de filmer le rugby à XV, le bon vieux Clint ait été influencé par le football américain.

   Il faut aussi relever une séquence ratée : celle qui voit Freeman-Mandela (excellent) danser et fleureter avec une femme pulpeuse. La direction d'acteurs a péché (Eastwood a-t-il voulu la jouer "cool" avec son pote Morgan, qui est l'âme de ce film ?). De plus, on voit très bien que l'orchestre ne joue pas ! Clint ne nous avait pas habitués à laisser passer ce genre d'erreur.

   Le Français que je suis se doit de râler aussi sur le fond. Le scénario masque certains éléments très importants de la coupe du monde. Ainsi, si, à partir de la victoire inaugurale contre l'Australie, on nous présente le parcours intégral de l'équipe sud-africaine, la demi-finale contre la France est réduite aux pluies diluviennes et à des Français boueux et très déçus. Or, il ne fait aucun mystère que la victoire 19 à 15 de l'équipe locale est entachée d'irrégularités. On peut s'amuser à revisionner la toute fin du match, qui voit l'équipe de France marquer un essai que l'arbitre refuse très rapidement de valider, sans chercher à savoir vraiment si Abdelatif Benazzi avait franchi la ligne.

   Le film ne présente pas non plus la finale contre la Nouvelle-Zélande de manière objective : si le duel fut très physique, très "rugueux", les Néo-Zélandais étaient affaiblis par une intoxication alimentaire.

   Reste l'épopée antiraciste, bien rendue, d'abord grâce à la qualité de l'interprétation : on ne peut pas disjoindre la performance de Morgan Freeman de celle de Matt Damon... et n'oublions pas la foultitude de seconds rôles. Ainsi, le fond raciste de nombreux Blancs sud-africains (des Afrikaners) n'est pas caché, même si le film pêche par excès d'optimisme (à l'inverse de Disgrace) en les montrant presque tous "convertis" à la fin. La même démarche est à l'oeuvre quand on veut nous faire croire que le rugby, jadis honni par les Noirs (qui lui préfèrent le football), va devenir un sport métissé, à l'image de la "nation arc-en-ciel" (quand on analyse la composition de l'équipe qui a remporté la coupe en 2007, on s'aperçoit que, si elle est un peu moins blanche qu'en 1995, avec 5 joueurs "de couleur", trois sont des remplaçants).

   C'est aussi une comédie, que l'on peut prendre le temps de savourer, vu que l'on connaît déjà la fin de l'histoire. Certains des moments les plus cocasses sont ceux qui voient les deux équipes de gardes du corps du nouveau président se côtoyer.

   Enfin, c'est un peu un film d'histoire (meilleur que Goodbye Bafana). Il fait revivre le contexte de l'époque, tout tournant autour de Mandela : ses gardes du corps sont persuadés qu'un Blanc fanatique va tenter de l'assassiner et lui se donne pour mission de réconcilier les communautés (dont la présentation est hyper simplifiée dans le film). On perçoit bien son intelligence politique, qui le pousse parfois à s'opposer aux personnes de son propre camp.

   Nelson Mandela a donc inspiré pas mal de monde... même très loin de son pays. Ainsi, si l'on cherche un président qui a porté le maillot national à l'occasion d'une coupe du monde, événement censé symboliser l'union des habitants d'un pays, quelle que soit leur origine... on tombe sur un certain Jacques Chirac ! La différence est que, si Mandela a d'abord pensé à son pays, l'ancien maire de Paris visait sa réélection. Le point commun est que, dans les deux cas, l'image d'unité ne fut qu'un écran de fumée... ou, si l'on est plus naïf, un fugace état de grâce. L'Afrique du Sud d'aujourd'hui n'est pas encore vraiment devenue une vraie "nation arc-en-ciel" et la France "black-blanc-beur" est la même que celle qui a porté Jean-Marie Le Pen au second tour de l'élection présidentielle de 2002 et la même que celle dont les banlieues sont enflammées par la violence, les inégalités et le désespoir.